Variantes et compléments

On peut facilement consulter sur Gallica le texte des Histoires ou contes du temps passétel qu’il sortit des presses de Barbin en 1697, sans modernisation typographique ni orthographique, sans notes, sans appareil critique et sans bibliographie, mais avec les illustrations originales. Le texte est celui du premier tirage1, comme le montre la présence de l’errata en fin de volume: https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k10545223/f1.item

Je vous propose ensuite, ci-dessous, quatre publications ou ensembles de publications susceptibles de compléter l’édition au programme des Histoires ou contes du temps passé.

  • Les Contes de ma Mère l’Oye: cinq contes en prose édités à partir du manuscrit d’apparat remis à Mademoiselle en 1695. Ces cinq contes seront les cinq premiers récits des Histoires ou contes du temps passé. Ils comportent de notables variantes (le texte des “Fées”, en particulier, fait l’objet en 1697 de nombreux remaniements par rapport à cette version manuscrite de 1695)
  • “La Belle au bois dormant” parue séparément dans le Mercure galant de février 1696 (version à part du texte, assez différente et plus romanesque que les deux autres versions conservées, celle de 1695 et de celle de 1697)
  • Deux textes du Mercure galant parus au moment de la publication des Histoires ou contes du temps passé
  • Une version “bleue” de Grisélidis, qui devait correspondre  à celles qui circulaient au XVIIe siècle (elle comporte encore beaucoup d’archaïsmes, comme “ains” à la place de “mais”). Il manque une partie du dénouement, comme il arrive souvent dans les éditions de colportage.

Ces textes sont dépourvus de tout appareil critique, pour des raisons légales. Si vous souhaitez les lire accompagnés de leurs notes, présentation, et variantes, je vous invite à vous reporter à l’édition Champions classiques des Contes de Perrault.


Les Contes de ma mère L’Oye (1695)

À Mademoiselle,

Mademoiselle,

On ne trouvera pas étrange qu’un enfant ait pris plaisir à composer les contes de ce recueil, mais on s’étonnera qu’il ait osé vous les présenter. Cependant, Mademoiselle, quelque disproportion qu’il y ait entre la simplicité enfantine de ces récits, et l’amas surprenant des lumières que la nature et l’éducation ont rassemblées en vous, je ne suis peut-être pas blâmable autant qu’il le paraît d’abord si l’on considère que ces contes renferment presque toujours une morale très sensée, et qu’elle se découvre plus ou moins selon le degré de pénétration de ceux qui les écoutent, et enfin que rien ne marque tant la vaste étendue d’un esprit que de pouvoir en même temps s’élever aux plus grandes choses et s’abaisser aux plus petites . Il est encore vrai que ces contes donnent une image de ce qui se passe dans les moindres familles des particuliers où la louable impatience d’instruire les enfants fait imaginer des histoires dépourvues de raison pour s’accommoder à ces mêmes enfants qui n’en ont pas encore. Mais à qui convient-il mieux de connaître comment vivent les peuples qu’aux personnes que le Ciel destine à les conduire? Le désir de cette connaissance a poussé des héros et des héros de votre race jusques dans des huttes et des cabanes pour y voir de près et par eux-mêmes ce qu’ils ont cru nécessaire pour la parfaite instruction des plus grands monarques. Quoi qu’il en soit, Mademoiselle, 

Pouvais-je mieux choisir pour rendre vraisemblable
Ce que la Fable a d’incroyable?
Et jamais fée au temps jadis
Fit-elle à jeune créature,
Plus de dons, et de dons exquis,
Que vous en a fait la Nature?

Je suis avec un très profond respect, Mademoiselle, de Votre Altesse Royale, Le très humble et très obéissant serviteur, P.P

La Belle au bois dormant. Conte.

Il était une fois un roi et une reine, qui étaient si fâchés de n’avoir point d’enfants, si fâchés qu’on ne saurait dire. Ils allèrent à toutes les eaux du monde, vœux, pèlerinages, menues dévotions, tout fut mis en œuvre et rien n’y faisait. Enfin pourtant la reine devint grosse et accoucha d’une fille. On fit un beau baptême, on donna pour marraines à la petite princesse toutes les fées qu’on put trouver dans le pays (il s’en trouva sept) afin que chacune d’elles lui faisant un don comme c’était la coutume des fées en ce temps-là, la princesse eut par ce moyen toutes les perfections imaginables. Après les cérémonies du baptême, toute la compagnie revint au palais du roi où il y avait un grand festin pour les fées: on mit devant chacune d’elles un couvert magnifique avec un étui d’or massif où il y avait une cuiller, une fourchette et un couteau de fin or garni de diamants et de rubis. Mais comme chacun prenait sa place à table, on vit entrer une vieille fée, qu’on n’avait point priée, parce qu’il y avait plus de cinquante ans qu’elle n’était sortie d’une tour et qu’on la croyait morte ou enchantée. Le roi lui fit donner un couvert mais il n’y eut pas moyen de lui donner un étui d’or massif comme aux autres, parce qu’on n’en avait fait faire que sept pour les sept fées. La vieille crut qu’on la méprisait et grommela quelques menaces entre ses dents. Une des jeunes fées qui se trouva auprès d’elle l’entendit et jugeant qu’elle pourrait donner quelque fâcheux don à la petite princesse alla, dès qu’on fut sorti de table, se cacher derrière la tapisserie, afin de parler la dernière et de pouvoir réparer, autant qu’il lui serait possible, le mal que la vieille aurait fait.

Cependant les fées commencèrent à faire leurs dons à la princesse. La plus jeune lui donna pour don qu’elle serait la plus belle personne du monde. Celle d’après qu’elle aurait de l’esprit comme un ange. La troisième qu’elle aurait une grâce admirable à tout ce qu’elle ferait. La quatrième qu’elle danserait parfaitement bien. La cinquième qu’elle chanterait comme un rossignol. Et la sixième qu’elle jouerait de toutes sortes d’instruments dans la dernière perfection. Le rang de la dernière fée étant venu, elle dit en branlant la tête encore plus de dépit que de vieillesse, que la princesse se percerait la main d’un fuseau et qu’elle en mourrait. Ce terrible don fit frémir toute la compagnie et il n’y eut personne qui ne pleurât. Dans ce moment, la jeune fée sortit de derrière la tapisserie et dit tout haut ces paroles: “Rassurez-vous, Roi et Reine, votre fille n’en mourra pas. Il est vrai que je n’ai pas assez de puissance pour défaire ce que mon ancienne a fait; la princesse se percera la main d’un fuseau, mais au lieu d’en mourir, elle tombera seulement dans un profond sommeil qui durera cent ans, au bout desquels le fils d’un roi viendra la réveiller.” Le roi, pour tâcher d’éviter le malheur annoncé par la vieille, fit publier un édit par lequel il défendait à toutes sortes de personnes de filer au fuseau ni d’avoir des fuseaux chez soi, sur peine de la vie.

Au bout de quinze ou seize ans, le roi et la reine étant allés à une de leurs maisons de plaisance, il arriva que la jeune princesse, courant un jour dans le château, et montant de chambre en chambre, alla jusqu’au haut d’un donjon dans un petit galetas où une bonne vieille était seule à filer sa quenouille. Cette bonne femme n’avait point ouï parler des défenses que le roi avait faites . “Que faites-vous là, ma bonne femme? dit la princesse. – Je file, ma belle enfant, lui répondit la vieille qui ne la connaissait pas. – Ha, que cela est joli, reprit la princesse, comment faites-vous? Donnez-moi que je voie si j’en ferai bien autant.” Elle n’eut pas plutôt pris le fuseau que, comme elle était fort vive, un peu étourdie, et que d’ailleurs l’arrêt des fées l’ordonnait ainsi, elle s’en perça la main et tomba évanouie. La bonne vieille, bien embarrassée, crie au secours, on vient de tous côtés, on jette de l’eau au visage de la princesse, on la délace, on lui frappe dans les mains, on lui frotte les tempes avec de l’eau de la reine de Hongrie, mais rien ne la faisait revenir. Alors le roi, qui était monté au bruit, se souvint de la prédiction des fées, et jugeant qu’il fallait que cela arrivât puisque les fées l’avaient dit, il fit mettre la princesse dans le plus bel appartement du palais, sur un lit en broderie d’or et d’argent; on eût dit d’un ange, tant elle était belle, car son évanouissement n’avait point ôté les couleurs vives de son teint, ses joues étaient incarnates, et ses lèvres comme du corail. Elle avait seulement les yeux fermés, mais on l’entendait respirer doucement, ce qui faisait voir qu’elle n’était pas morte. Il ordonna qu’on la laissât dormir en repos jusqu’à ce que son heure de se réveiller fût venue. La bonne fée qui lui avait sauvé la vie en la condamnant à dormir cent ans était dans le royaume de Mataquin, à douze mille lieues de là, lorsque l’accident arriva à la princesse, mais elle en fut avertie en un instant par un petit nain qui avait des bottes de sept lieues, c’étaient des bottes avec lesquelles on faisait sept lieues d’une seule enjambée. La fée partit aussitôt et on la vit au bout d’une heure arriver dans un chariot tout de feu traîné par des dragons. Le roi lui alla présenter la main à la descente du chariot, elle approuva tout ce qu’il avait fait, mais comme elle était grandement prévoyante, elle pensa que quand la princesse viendrait à se réveiller, elle serait bien embarrassée, toute seule dans ce vieux château. Voici ce qu’elle fit: elle toucha de sa baguette tout ce qui était dans le château (hors le roi et la reine), gouvernante, filles d’honneur, femmes de chambre, gentilshommes, officiers, maîtres d’hôtel, cuisiniers, marmitons, galopins, gardes, Suisses, pages, valets de pied; elle toucha aussi tous les chevaux qui étaient dans les écuries, avec les palefreniers, les gros mâtins des basses-cours et la petite Pouffe, petite chienne de la princesse, qui était auprès d’elle sur son lit. Dès qu’elle les eut touchés, ils s’endormirent tous, pour ne se réveiller qu’en même temps que leur maîtresse, afin d’être tout prêts à la servir quand elle en aurait besoin. Les broches mêmes qui étaient au feu, toutes pleines de perdrix et de faisans, s’endormirent, et le feu aussi. Tout cela se fit en un moment: les fées n’étaient pas longues à leur besogne. Alors le roi et la reine, après avoir baisé leur chère enfant sans qu’elle s’éveillât, sortirent du château et firent publier des défenses à qui que ce soit au monde d’en approcher; ces défenses n’étaient pas nécessaires, car il crût dans un quart d’heure, tout autour du parc, une si grande quantité de grands arbres et de petits, de ronces et d’épines entrelacées les unes dans les autres, que bêtes ni hommes n’y auraient pu passer, en sorte qu’on ne voyait plus que le haut des tours du château, encore n’était-ce que de bien loin. On ne douta point que la fée n’eût encore fait là un tour de son métier afin que la princesse, pendant qu’elle dormirait, n’eût rien à craindre des curieux.

Au bout de cent ans, le fils du roi qui régnait alors, et qui était d’une autre famille que la princesse endormie, étant allé à la chasse de ce côté-là, demanda ce que c’était que des tours qu’il voyait au-dessus d’un grand bois fort épais. Chacun lui répondit selon qu’il en avait ouï parler: les uns disaient que c’était un vieux château où il revenait des esprits; les autres que tous les sorciers de la contrée y faisaient leur sabbat; la plus commune opinion était qu’un ogre y demeurait, et que là il emportait tous les enfants qu’il pouvait prendre pour les manger à son aise, et sans qu’on le pût suivre, ayant seul le pouvoir de se faire passage au travers du bois. Le prince ne savait qu’en croire, lorsqu’un vieux paysan prit la parole et lui dit: “Mon Prince, il y a plus de cinquante ans que mon père m’a dit qu’il y avait dans ce château une princesse, la plus belle qu’on eût sue voir, qu’elle y devait dormir cent ans et qu’elle serait réveillée par le fils d’un roi à qui elle était destinée.” Le jeune prince, à ce discours, se sentit tout de feu. Il crut sans balancer qu’il mettrait à fin une si belle aventure et, poussé par l’amour et par la gloire, il résolut de voir sur-le-champ ce qui en était. À peine s’avança-t-il vers le bois que tous ces grands arbres, ces ronces et ces épines s’écartèrent d’elles-mêmes pour le laisser passer. Il marche vers le château qu’il voyait au bout d’une grande avenue où il entra et, ce qui le surprit un peu, il vit que personne de ses gens ne l’avait pu suivre parce que les arbres s’étaient rapprochés dès qu’il avait été passé. Il ne laissa pas de continuer son chemin: un homme jeune, prince et amoureux est toujours vaillant. Il entra dans une grande anti-cour, où tout ce qu’il vit d’abord était capable de le glacer de crainte; c’était un silence affreux, l’image de la mort s’y présentait partout, et ce n’était que des corps étendus par terre , hommes et animaux, qui paraissaient morts. Il reconnut pourtant bien, au nez bourgeonné et à la face vermeille des Suisses, qu’ils n’étaient qu’endormis, et leur tasse, où il y avait encore quelques gouttes de vin, montrait assez qu’ils s’étaient endormis en buvant. Il passe une grande cour pavée de marbre, il monte l’escalier, il entre dans la salle des gardes qu’il trouva rangés en haie, la carabine sur l’épaule, et ronflants de leur mieux. Il traverse plusieurs chambres pleines de gentilshommes et de dames dormants tous, les uns debout, les autres assis. Enfin, il entre dans une chambre toute dorée, où il vit sur un lit dont les rideaux étaient ouverts de tous côtés, le plus beau spectacle qu’il eût jamais vu: une princesse, qui paraissait quinze ou seize ans, et dont l’éclat resplendissant avait quelque chose de lumineux et de divin. Il s’approcha en tremblant et en admirant, et se mit à genoux auprès d’elle. Alors, comme la fin de l’enchantement était venue, la princesse s’éveilla, et le regardant avec des yeux plus tendres qu’une première vue ne semblait le permettre: “Est-ce vous, mon Prince? lui dit-elle, vous vous êtes bien fait attendre.” Le prince, charmé de ces paroles, et encore plus de la manière dont elles étaient dites, ne savait comment lui témoigner sa joie et sa reconnaissance. Il l’assura qu’il l’aimait plus que lui-même; ses discours furent mal rangés, ils en plurent davantage: peu d’éloquence, beaucoup d’amour. Il était plus embarrassé qu’elle, et l’on ne doit pas s’en étonner: elle avait eu le temps de songer à ce qu’elle avait à lui dire (car il y a apparence, l’histoire n’en dit pourtant rien, que la bonne fée, pendant un si long sommeil, lui procurait le plaisir des songes agréables); enfin, il y avait quatre heures qu’ils se parlaient, et ils ne s’étaient pas encore dit la moitié de ce qu’ils avaient à se dire.

Cependant, tout le palais s’était réveillé en même temps que la princesse; chacun songeait à faire sa charge, et comme ils n’étaient pas tous amoureux, ils mouraient de faim; il y avait longtemps qu’ils n’avaient mangé. La dame d’honneur, pressée comme les autres, s’impatienta et dit tout haut à la princesse que la viande était servie. Le prince aida à la princesse à se lever, elle était tout habillée et fort magnifiquement, mais il se garda bien de lui dire qu’elle était habillée comme ma mère-grand, et que son collet était monté, elle n’en était pas moins belle. Ils passèrent dans un salon de miroirs et y soupèrent, servis par les officiers de la princesse. Les violons et les hautbois jouèrent de vieilles pièces, mais excellentes, quoiqu’il y eût cent ans qu’on ne les jouât plus, et après souper, sans perdre de temps, le premier Aumônier les maria dans la chapelle , et la dame d’honneur leur tira le rideau. Ils dormirent peu, la princesse n’en avait pas grand besoin, et le prince la quitta dès le matin pour retourner à la ville, où le roi son père devait être en peine de lui. Le prince lui dit qu’en chassant, il s’était perdu dans la forêt et avait couché dans la hutte d’un charbonnier qui lui avait fait manger du pain noir et du fromage. Le roi son père, qui était bonhomme, le crut, mais la reine sa mère n’en fut pas bien persuadée et, voyant qu’il allait presque tous les jours à la chasse, et qu’il avait toujours une raison en main pour s’excuser quand il avait couché deux ou trois nuits dehors, ne douta plus qu’il n’eût quelque amourette, car il vécut ainsi avec la princesse pendant plus de deux ans entiers, et en eut deux enfants, dont le premier, qui fut une fille, fut nommée l’Aurore, et le second, un fils, qu’on nomma le Jour, parce qu’il paraissait encore un peu plus beau que sa sœur. La reine dit plusieurs fois au prince, pour le faire expliquer, qu’il fallait se contenter dans la vie, mais il n’osa jamais se fier à elle de son secret. Il la craignait, quoiqu’il l’aimât; elle était de race ogresse, et le roi ne l’avait épousée qu’à cause de son grand bien: on disait même tout bas à la cour qu’elle avait les inclinations des ogres, et qu’en voyant passer de petits enfants, elle avait toutes les peines du monde à se retenir de se jeter sur eux. Ainsi le prince ne lui voulut jamais rien dire. Mais quand le roi fut mort, ce qui arriva au bout de deux ans, et qu’il se vit le maître, il déclara publiquement son mariage et alla quérir en grande pompe sa femme qui fit son entrée magnifique dans la ville capitale au milieu de ses deux enfants.

Quelque temps après, le roi alla faire la guerre à l’empereur Cantalabutte, son voisin. Il laissa la régence du royaume à la reine sa mère, et lui recommanda fort sa femme et ses enfants. Il devait être à la guerre tout l’été, et dès qu’il fut parti, la reine mère envoya la jeune reine et ses enfants à une maison de campagne dans les bois, pour y pouvoir plus aisément assouvir son horrible envie. Elle y alla quelques jours après, et dit un soir à son maître d’hôtel: “Je veux manger demain à mon dîner la petite Aurore. – Ah! Madame! dit le maître d’hôtel. – Je le veux, dit-elle d’un ton d’ogresse qui a envie de manger de la chair fraîche, et je la veux manger à la sauce Robert.” Le pauvre homme, voyant bien qu’il ne se fallait pas jouer à une ogresse, prit son grand couteau et monta à la chambre de la petite Aurore; elle avait quatre ans, et vint en sautant et en riant se jeter à son cou et lui demander du bonbon. Il se mit à pleurer, le couteau lui tomba des mains, et il alla dans la basse-cour couper la gorge à un petit agneau qu’il mit à une si bonne sauce que la méchante reine l’assura qu’elle n’avait jamais rien mangé de si bon. Il avait emporté en même temps la petite Aurore et l’avait donnée à sa femme pour la cacher dans le logement qu’elle avait au fond de la basse-cour. Huit jours après, la méchante reine dit à son maître d’hôtel: “Je veux demain manger le Jour.” Il ne répliqua pas, résolu de la tromper comme la première fois. Il alla chercher le petit Jour, et le trouva avec un petit fleuret à la main, faisant des armes avec un gros singe; il n’avait pourtant que trois ans. Il le porta à sa femme, qui le cacha avec la petite Aurore, et donna en sa place à la méchante reine un petit chevreau fort tendre, qu’elle trouva admirable .

Cela était fort bien allé jusque-là, mais un soir, cette méchante reine dit au maître d’hôtel: “Je veux demain manger la reine à la même sauce que ses enfants.” Ce fut alors que le maître d’hôtel désespéra de la pouvoir encore tromper; la jeune reine avait vingt ans passés, sans compter les cent ans qu’elle avait dormis, sa peau était un peu dure, quoique belle et blanche, et le moyen de trouver dans la ménagerie une bête de cet âge-là? Il prit donc la résolution, pour sauver sa vie, de couper la gorge à la reine, et monta à sa chambre dans la résolution de n’en pas faire à deux fois. Il s’excitait à la fureur, et entra le poignard à la main dans la chambre de la jeune reine, il ne voulut pourtant pas la surprendre et lui dit avec beaucoup de respect l’ordre qu’il avait reçu de la reine mère. “Faites, faites, lui dit-elle en lui tendant le cou, exécutez l’ordre qu’on vous a donné. J’irai revoir mes enfants, mes pauvres enfants que j’ai tant aimés.” Elle les croyait morts depuis qu’on les avait enlevés sans lui rien dire. “Non, non, Madame, lui dit le pauvre maître d’hôtel tout attendri, vous ne mourrez point. Vous irez revoir vos chers enfants, mais ce sera chez moi, où je les tiens cachés, et je tromperai encore la reine en lui faisant manger une jeune biche en votre place.” Il la mena aussitôt à sa chambre où il la laissa embrasser ses enfants et pleurer avec eux, et alla accommoder la biche que l’ogresse mangea à son souper avec le même appétit que si ç’avait été la jeune reine. Elle était bien contente de sa cruauté et se préparait à dire au roi, à son retour, que les loups enragés avaient mangé sa femme et ses enfants. Un soir qu’elle rôdait à son ordinaire dans les cours et basses-cours du château pour y halener quelque viande fraîche, elle entendit dans une salle basse le petit Jour qui pleurait parce que la reine sa mère le voulait faire fouetter à cause qu’il avait été méchant, et elle entendit aussi la petite Aurore qui demandait pardon pour son petit frère. L’ogresse reconnut la voix de la mère et des enfants et, furieuse d’avoir été trompée, elle commanda dès le lendemain au matin, avec une voix épouvantable qui faisait trembler tout le monde, qu’on apportât au milieu de la cour une grande cuve qu’elle fit emplir de crapauds, de vipères, de couleuvres et de serpents, pour y faire jeter la reine et ses enfants, le maître d’hôtel, sa femme et sa servante. Elle avait donné ordre de les amener, les mains liées derrière le dos. Ils étaient là, et les bourreaux se préparaient à les jeter dans la cuve, lorsque le roi, qu’on n’attendait point si tôt, entra dans la cour à cheval. Il était venu en poste et demanda tout étonné ce que voulait dire cet horrible spectacle. Personne n’osait l’en instruire quand l’ogresse, enragée de ne pouvoir satisfaire sa fureur, se jeta elle-même la tête la première dans la cuve où elle fut dévorée en un instant par les vilaines bêtes qu’elle y avait fait mettre. Le roi ne laissa pas d’en être fâché: elle était sa mère. Mais il s’en consola bientôt avec sa belle reine et ses chers enfants.

Moralité

Attendre quelque temps pour avoir un époux
Riche, vaillant, aimable et doux
La chose est assez naturelle;
Mais l’attendre cent ans et toujours en dormant,
On ne trouve plus de femelle
Qui dormît si tranquillement. 

Le Petit Chaperon rouge. Conte.

Il était une fois une petite fille de village, la plus jolie qu’on eût su voir. Sa mère en était folle, et sa mère-grand, plus folle encore. Cette bonne femme lui fit faire un petit chaperon rouge qui lui seyait si bien, que partout on l’appelait le Petit Chaperon rouge.

Un jour sa mère, ayant cuit et fait des galettes, lui dit: “Va voir comment se porte ta mère-grand, car on m’a dit qu’elle était malade. Porte-lui une galette et ce petit pot de beurre.” Le Petit Chaperon rouge partit aussitôt pour aller chez sa mère-grand qui demeurait dans un autre village. En passant dans un bois, elle rencontra compère le loup qui eut bien envie de la manger, mais il n’osa à cause de quelques bûcherons qui étaient dans la forêt. Il lui demanda où elle allait. La pauvre enfant, qui ne savait pas encore qu’il n’est pas bon de s’arrêter à écouter un loup, lui dit: “Je vais voir ma mère-grand et lui porter une galette avec un petit pot de beurre que ma mère lui envoie. – Demeure-t-elle bien loin d’ici ? lui dit le loup. – Oh, oui, lui dit le Petit Chaperon rouge, c’est par delà le moulin que vous voyez tout là-bas, là-bas, à la première maison du village. – Eh bien, lui dit le loup, j’y veux aller aussi. Je m’y en vais par ce chemin-ci, et toi par ce chemin-là, nous verrons qui plus tôt y sera.” Le loup se mit à courir de toute sa force par le chemin le plus court, et la petite fille alla par le plus long, s’amusant à cueillir des noisettes, à courir après des papillons et à faire des bouquets des petites fleurs qu’elle rencontrait. Le loup ne fut pas longtemps à arriver à la maison de la mère-grand. Il heurta à sa porte : “Toc! Toc! – Qui est là? – C’est votre fille, le Petit Chaperon rouge, dit le loup en contrefaisant sa voix, qui vous apporte une galette et un petit pot de beurre que ma mère vous envoie.” La bonne mère-grand, qui était dans son lit parce qu’elle se trouvait un peu mal, lui cria: “Tire la chevillette, la bobinette cherra.” Le loup tira la chevillette et la porte s’ouvrit; il se jeta aussitôt sur la bonne femme et la dévora en moins de rien car il y avait trois jours qu’il n’avait mangé. Ensuite, il ferma la porte et s’alla coucher dans le lit de la mère-grand, en attendant le Petit Chaperon rouge qui, un moment après, vint heurter à la porte. “Toc! Toc! – Qui est là?” Le Petit Chaperon rouge, qui entendit la grosse voix du loup, eut peur d’abord, mais croyant que sa mère-grand était enrhumée, répondit: “C’est votre fille le Petit Chaperon rouge, qui vous apporte une galette et un petit pot de beurre que ma mère vous envoie.” Le loup lui cria, en adoucissant un peu sa voix: “Tire la bobinette, la chevillette cherra.” Le Petit Chaperon rouge tira la chevillette, et la porte de la maison s’ouvrit. Le loup, la voyant entrer, lui dit de dedans le lit où il se cachait sous la couverture: “Mets la galette et le petit pot de beurre sur la huche, et viens te coucher avec moi.” Le Petit Chaperon rouge se déshabille et s’alla mettre dedans le lit, où elle fut bien étonnée de voir comment sa mère-grand était faite en son déshabillé; elle lui dit: “Ma mère-grand, que vous avez de grands bras? – C’est pour mieux t’embrasser, mon enfant”, lui dit le loup . “Ma mère-grand, que vous avez de grandes jambes? – C’est pour mieux courir, mon enfant. – Ma mère-grand, que vous avez de grandes oreilles? – C’est pour mieux entendre, mon enfant. – Ma mère-grand, que vous avez de grands yeux? – C’est pour mieux voir, mon enfant. – Ma mère-grand, que vous avez de grandes dents? – C’est pour te manger.” En disant ces mots, le méchant loup mangea le pauvre Petit Chaperon rouge.

Moralité

Dans ce conte on peut voir qu’à de jeunes enfants,
Et surtout à de jeunes filles,
Belles, bien faites et gentilles,
Il prend mal d’écouter toutes sortes de gens,
Et que ce n’est pas chose étrange,
S’il en est tant que le loup mange. 

La Barbe bleue. Conte. 

Il était une fois un homme qui avait de belles maisons à la ville et à la campagne, de la vaisselle d’or et d’argent, des meubles en broderie et des carrosses tout dorés, mais qui par malheur avait la barbe bleue. Cela le rendait si laid et si terrible que filles et femmes s’enfuyaient dès qu’il paraissait. Une de ses voisines, dame de qualité, avait deux filles parfaitement belles; il lui en demanda une en mariage, lui laissant le choix de celle qu’elle voudrait lui donner. Elles n’en voulaient point deux et elles se le renvoyaient l’une à l’autre, ne pouvant se résoudre à prendre un homme qui eut la barbe bleue. Ce qui les dégoûtait encore, c’est qu’il avait déjà épousé plusieurs femmes, et qu’on ne savait ce qu’elles étaient devenues. La Barbe bleue, pour faire connaissance, les mena avec leur mère et trois ou quatre de leurs meilleures amies et quelques jeunes hommes du voisinage à une de ses maisons de campagne, ou on demeura trois jours entiers. On ne s’est jamais tant diverti , ce n’était que promenades, que parties de chasse et de pêche, que danses, que festins et que collations, on ne dormait point et on passait toutes les nuits à se faire des malices les uns aux autres. Enfin tout alla si bien que la cadette commença à trouver que le maître du logis n’avait plus la barbe si bleue et que c’était même un fort honnête homme. Dès qu’on fut de retour à la ville, le mariage se conclut. Au bout d’un mois, la Barbe bleue dit à sa femme qu’il était obligé de faire un voyage en province de six semaines ou environ , qu’il la priait de se bien divertir pendant son absence, qu’elle fît venir ses bonnes amies, qu’elle les menât à la campagne si elle le voulait, et que partout elle leur fît bonne chère. “Voilà, lui dit-il, les clefs des deux grands garde-meubles, voilà celle de la vaisselle d’or et d’argent qui ne sert pas tous les jours, voilà celles de mes coffres-forts où est mon or et mon argent, celles des cassettes où sont mes pierreries, et voilà le passe-partout de tous les appartements. Pour cette petite clef-ci, c’est la clef du cabinet au bout de la grande galerie de l’appartement bas. Ouvrez tout, allez partout, mais pour ce petit cabinet, je vous défends de l’ouvrir, ni d’y entrer, et je vous le défends de telle sorte que s’il vous arrive de l’ouvrir et que je vienne à le savoir , il n’y a rien que vous ne deviez craindre de ma colère.” Elle promit d’observer exactement tout ce qui venait de lui être ordonné et lui, après l’avoir embrassée, monte en carrosse et part pour son voyage. Les voisines et bonnes amies n’attendirent pas qu’on les mandât pour venir chez la jeune mariée, tant elles avaient d’impatience de voir toutes les richesses de sa maison, n’ayant osé y venir à cause de la Barbe bleue qui leur faisait peur. Les voilà aussitôt à parcourir les chambres, les cabinets, les garde-robes, toutes plus belles et plus riches les unes que les autres. Elles montèrent ensuite aux garde-meubles, où elles ne pouvaient assez admirer le nombre et la beauté des tapisseries, des lits, des sophas, des cabinets, des guéridons, des tables, des miroirs où on se voyait depuis les pieds jusques à la tête, et dont les bordures, les unes de glaces, les autres d’argent, et les autres de vermeil doré, étaient les plus belles et les plus magnifiques qu’on eût jamais vues. Elles ne cessaient d’exagérer, et d’envier le bonheur de leur amie, qui cependant ne se divertissait point à voir toutes ces richesses, à cause de l’impatience où elle était d’aller ouvrir le cabinet de l’appartement bas. Elle fut si pressée de sa curiosité, que sans considérer qu’il était malhonnête de quitter sa compagnie, elle y descendit par un petit escalier dérobé avec tant de précipitation qu’elle pensa se rompre le cou deux ou trois fois. Étant arrivée à la porte , elle s’y arrêta quelque temps, songeant à la défense que son mari lui avait faite et considérant qu’il pourrait lui arriver malheur d’avoir été désobéissante. Mais la tentation était si forte qu’elle ne put la surmonter. Elle prit donc la petite clef et ouvrit en tremblant la porte du cabinet. D’abord elle ne vit rien, parce que les fenêtres étaient fermées; après quelques moments, elle commença à voir que le plancher était tout couvert de sang caillé dans lequel se miraient les corps de plusieurs femmes mortes, dressées et attachées le long des murs . Elle pensa mourir de peur et la clef du cabinet, qu’elle venait de retirer de la serrure, lui tomba de la main. Après avoir un peu repris ses esprits, elle ramassa la clef et referma la porte. Elle monta à sa chambre pour se remettre un peu et elle n’en pouvait venir à bout tant elle était émue. Ayant remarqué que la clef du cabinet était tachée de sang, elle l’essuya , mais le sang ne s’en allait point; elle eu beau la laver, et même la frotter avec du sablon et avec du grès, il y demeura toujours du sang, car la clef était fée et il n’était pas possible de la nettoyer tout à fait . La Barbe bleue revint de son voyage dès le soir même et dit qu’il avait reçu des lettres par le chemin, qui lui avaient appris que l’affaire pour laquelle il était parti venait d’être terminée à son avantage. Sa femme fit tout ce qu’elle put pour lui persuader qu’elle était ravie de son prompt retour. Le lendemain, il lui redemanda ses clefs et elle les lui donna, mais d’un air si interdit et d’une main si tremblante qu’il devina sans peine tout ce qui s’était passé. “D’où vient, lui dit-il, que la clef du petit cabinet n’est pas avec les autres? – Il faut, dit-elle, que je l’ai laissée là-haut sur ma table. – Ne manquez pas, reprit la Barbe bleue, de me la donner tantôt.” Après plusieurs remises, il fallut apporter la clef. La Barbe bleue, l’ayant considérée, dit à sa femme: “Pourquoi y a-t-il du sang sur cette clef? – Je n’en sais rien, répondit la pauvre femme, plus pâle que la mort. – Vous n’en savez rien? reprit la Barbe bleue. Je le sais bien, moi. Vous avez voulu entrer dans le cabinet: eh bien, Madame, vous y entrerez et irez prendre votre place auprès des dames que vous y avez vues.” Elle se jeta aux pieds de son mari en pleurant et en lui demandant pardon, avec toutes les marques d’un vrai repentir de n’avoir pas été obéissante. Elle aurait attendri un rocher, belle et affligée comme elle était, mais la Barbe bleue avait un cœur plus dur que tous les rochers. “Il faut mourir, Madame, dit-il, et tout à l’heure! – Puisqu’il faut mourir, répondit-elle, en le regardant les yeux baignés de larmes, donnez-moi un peu de temps pour prier Dieu. – Je vous donne un demi-quart d’heure, lui dit la Barbe bleue, mais pas un moment davantage.” Lorsqu’elle fut seule, elle appela sa sœur et lui dit: “Ma sœur Anne (car elle s’appelait ainsi), monte, je te prie, sur le haut de la tour, pour voir si mes frères ne viennent point; ils m’ont promis qu’ils me viendraient voir aujourd’hui, et si tu les vois, fais-leur signe de se hâter.” La sœur Anne monta sur le haut de la tour, et la pauvre affligée lui criait de temps en temps: “Anne, ma sœur Anne, ne vois-tu rien venir?” Et la sœur Anne lui répondait: “Je ne vois rien que le soleil qui poudroie et l’herbe qui verdoie.” Cependant la Barbe bleue, tenant un grand coutelas à sa main, criait de toute sa force à sa femme: “Descends vite, ou je monterai là-haut! – Encore un moment, s’il vous plaît”, lui répondait sa femme. Et puis elle criait tout bas: “Anne, ma sœur Anne, ne vois-tu rien venir?” Et la sœur Anne répondait: “Je ne vois que le soleil qui poudroie et l’herbe qui verdoie. – Descends donc vite, criait la Barbe bleue, ou je monterai là-haut! – Je m’en vais”, répondait la femme; et puis elle criait: “Anne, ma sœur Anne, ne vois-tu rien venir? – Je vois, répondit sa sœur Anne, une grosse poussière qui vient de ce côté-ci. – Sont-ce mes frères? – Hélas non, ma sœur, c’est un grand troupeau de moutons. – Ne veux-tu pas descendre? criait la Barbe bleue. – Encore un moment”, répondait sa femme, et puis elle criait: “Anne, ma sœur Anne, ne vois-tu rien venir? – Je vois, dit-elle, deux cavaliers qui viennent de ce côté-ci, mais ils sont bien loin encore. – Dieu soit béni! s’écria-t-elle un moment après, ce sont mes frères! Je leur fais signe tant que je puis de se hâter.” La Barbe bleue se mit à crier si fort que toute la maison en trembla. La pauvre femme descendit et alla se jeter à ses pieds, toute épleurée et toute échevelée. “Cela ne sert de rien, dit la Barbe bleue, il faut mourir.” Puis, la prenant d’une main par les cheveux et de l’autre levant son coutelas en l’air, il allait lui abattre la tête. La pauvre femme se retournant vers lui et le regardant avec des yeux mourants, le pria de lui donner un petit moment pour se recueillir. “Non, non, dit-il, recommande-toi bien à Dieu.” Et, levant son bras… Dans ce moment, on heurta si fort à la porte du château que la Barbe bleue s’arrêta tout court. On ouvrit aussitôt et on vit entrer deux cavaliers qui, mettant l’épée à la main, coururent droit à la Barbe bleue en criant de toute leur force: “Arrête, malheureux, arrête!” La Barbe bleue, qui reconnut que c’était les frères de sa femme, l’un dragon et l’autre mousquetaire, s’enfuit pour se sauver, mais les deux frères le poursuivirent de si près qu’ils l’attrapèrent avant qu’il eût pu gagner le perron. Ils lui passèrent leur épée au travers du corps et le laissèrent mort. La pauvre femme était presque aussi morte que son mari, et n’avait pas la force de se relever pour embrasser ses frères. Il se trouva que la Barbe bleue n’avait point d’héritiers et qu’ainsi sa femme demeura maîtresse de tous ses biens. Elle en employa une partie à marier sa sœur Anne avec un jeune gentilhomme dont elle était aimée depuis longtemps; une autre partie à acheter des charges de capitaine à ses deux frères et le reste à se marier elle-même à un fort honnête homme qui lui fit oublier le mauvais temps qu’elle avait passé avec la Barbe bleue.

Moralité

La curiosité, malgré tous ses attraits,
Cause souvent bien des regrets,
On en voit tous les jours mille exemples paraître.
C’est, n’en déplaise au sexe, un plaisir bien léger;
Dès qu’on le prend il cesse d’être,
Et toujours il coûte trop cher. 

Le Maître chat ou le chat botté. Conte.

Un meunier ne laissa en mourant pour tous biens à trois enfants qu’il avait que son moulin, son âne et son chat. Les partages furent bientôt faits: ni le notaire ni le procureur, qui auraient mangé tout le patrimoine, n’y furent point appelés. L’aîné eut le moulin, le second eut l’âne et le plus jeune n’eut que le chat. Ce dernier ne pouvait se consoler d’avoir un si pauvre lot. “Mes frères, disait-il, pourront gagner leur vie honnêtement en se mettant ensemble. Pour moi, lorsque j’aurai mangé mon chat et que je me serai fait un manchon de sa peau, il faudra que je meure de faim.” Le chat, qui entendit ce discours, mais qui n’en fit pas semblant, dit à son maître: “Ne vous affligez point, vous n’avez qu’à me donner un sac et à me faire faire une paire de bottes pour aller dans les broussailles, et vous verrez que vous n’êtes pas si mal partagé que vous le pensez.” Quoique le maître du chat ne fit pas grand fonds là-dessus, il lui avait vu faire tant de tours de souplesse pour prendre des rats et des souris, comme quand il se pendait par les pieds ou qu’il se cachait dans la farine , qu’il ne désespéra pas d’en être secouru dans sa misère. Lorsque le chat eut ce qu’il avait demandé, il se botta bravement et, mettant le sac à son cou, il en prit les cordons avec ses deux pattes de devant et s’en alla dans une garenne où il y avait grand nombre de lapins, il mit du son et des lacerons dans son sac et, s’étendant sur l’herbe comme s’il eût été mort, il attendit que quelque jeune lapin peu instruit encore des ruses de ce monde vînt se fourrer dans son sac pour manger ce qu’il y avait mis. À peine fut-il couché qu’il eut contentement, un jeune étourdi de lapin entra dans son sac et le maître chat tirant aussitôt les cordons le prit et le tua sans miséricorde. Tout glorieux de sa proie, il s’en alla chez le roi et demanda à lui parler. On le fit monter à l’appartement de Sa Majesté et, lui ayant fait une profonde révérence : “Voilà, Sire, lui dit-il, un lapin de garenne que Monsieur le marquis de Carabas (c’est ainsi qu’il voulait qu’on appelât son maître) m’a chargé de vous présenter de sa part. – Dis à ton maître, répondit le roi, que je le remercie et qu’il me fait plaisir.” Une autre fois, il alla se cacher dans un blé, tenant toujours son sac ouvert, et lorsque deux perdrix y furent entrées pour manger les grains d’orge qu’il y avait mis , il tira les cordons et les prit toutes deux. Il alla ensuite les présenter au roi comme il avait fait le lapin de garenne. Le roi reçut encore avec plaisir les deux perdrix et lui fit donner pour boire. Le chat continua ainsi, pendant un mois ou deux, à porter de temps en temps au roi quelques pièces de gibier de la chasse de son maître. Un jour qu’il sut que le roi devait aller se promener sur le bord de la rivière avec sa fille, la plus belle princesse du monde, il dit à son maître: “Si vous voulez suivre mon conseil, votre fortune est faite: vous n’avez qu’à vous baigner dans la rivière à l’endroit que je vous montrerai .” Le marquis de Carabas fit ce que son chat lui conseillait sans savoir à quoi cela était bon. Dans le temps qu’il se baignait, le roi vint à passer et le chat se mit à crier de toute sa force: “Au secours! Au secours! Voilà Monsieur le marquis de Carabas qui se noie!” À ce cri, le roi mit la tête à la portière et, reconnaissant le chat qui lui avait apporté tant de fois du gibier, ordonna aussitôt à ses gardes d’aller au secours de Monsieur le marquis de Carabas. Dans le temps que l’on retirait le pauvre marquis de la rivière, le chat s’approcha du carrosse et dit au roi que, pendant que son maître se baignait, il était venu des voleurs qui lui avaient emporté ses habits quoiqu’il eût crié au voleur de toute sa force (le chat les avait cachés sous une grosse pierre). Le roi ordonna aussitôt aux officiers de sa garde-robe d’aller quérir un de ses plus beaux habits pour Monsieur le marquis de Carabas. Le roi lui fit mille caresses et, comme les beaux habits qu’on venait de lui donner relevaient fort sa bonne mine, car il était beau et très bien fait de sa personne, la fille du roi en devint amoureuse . Le roi voulut qu’il montât dans son carrosse et qu’il fût de la promenade. Le chat, ravi de ce que son dessein commençait à réussir, prit les devants et, rencontrant des paysans qui fauchaient un grand pré, il leur dit: “Bonnes gens qui fauchez, si vous ne dites au roi que ce pré appartient à Monsieur le marquis de Carabas, vous serez hachés menu comme chair à pâté.” Le roi ne manqua pas de demander aux faucheurs à qui appartenait le pré qu’ils fauchaient. “C’est à Monsieur le marquis de Carabas”, répondirent-ils tous ensemble, car la menace du chat leur avait fait peur. “Vous avez là un bel héritage, dit le roi au marquis de Carabas. – Vous voyez, Sire, dit le marquis, c’est un pré qui ne manque jamais à rapporter abondamment toutes les années.” Le maître chat, qui allait toujours devant, rencontra des moissonneurs et leur dit: “Bonnes gens qui moissonnez, si vous ne dites que tous ces blés appartiennent à Monsieur le marquis de Carabas, vous serez hachés menu comme chair à pâté.” Le roi qui passa un moment après voulut savoir à qui appartenaient les terres où il voyait qu’on moissonnait de si beaux blés. “C’est à Monsieur le marquis de Carabas”, répondirent les moissonneurs, et le roi s’en réjouit encore avec le marquis. Le chat, qui allait devant le carrosse, disait toujours la même chose à tous ceux qu’il rencontrait, et le roi était étonné des grands biens de Monsieur le marquis de Carabas. Le maître chat arriva enfin dans un beau château dont le maître était un ogre, le plus riche qu’on ait jamais vu, car toutes les terres par où le roi avait passé étaient de la dépendance de son château. Le chat, qui avait eu soin de s’informer qui était cet ogre et ce qu’il savait faire, demanda à lui parler et lui dit qu’il n’avait pas voulu passer si près de son château sans avoir l’honneur de lui faire la révérence. L’ogre le reçut autant civilement que le peut un ogre et le pria de se reposer. “On m’a assuré, dit le chat, que vous aviez le don de vous changer en toutes sortes d’animaux; que vous pouviez par exemple vous transformer en lion, en éléphant. – Cela est vrai, répondit l’ogre brusquement, et pour vous le montrer, vous m’allez voir devenir lion.” Le chat fut si effrayé de voir un lion devant lui qu’il gagna aussitôt les gouttières, non sans peine , à cause de ses bottes qui ne valaient rien pour marcher sur les tuiles. Quelque temps après, ayant vu que l’ogre avait repris sa forme d’homme, il descendit et avoua qu’il avait eu peur. “On m’a encore assuré, dit le chat, mais je ne le puis croire, que vous avez le pouvoir de prendre aussi la forme des plus petits animaux, par exemple de vous changer en un rat, en une souris; je vous avoue que je tiens cela tout à fait impossible. – Impossible? répondit l’ogre, vous allez voir.” Et dans le même temps il se changea en une petite souris qui se mit à courir sur le plancher. Le chat ne l’eut pas plutôt aperçue qu’il se jeta dessus et la mangea. Cependant le roi, qui vit en passant le beau château de l’ogre, voulut entrer dedans. Le chat, qui entendit le bruit du carrosse qui passait sur le pont-levis, courut au-devant et dit au roi: “Votre Majesté soit la bienvenue dans le château de Monsieur le marquis de Carabas! – Comment, Monsieur le marquis, s’écria le roi, ce château est encore à vous? Il ne se peut rien de plus beau que cette cour et que tous ces bâtiments qui l’environnent. Voyons les dedans, s’il vous plaît.” Le marquis donna la main à la jeune princesse et, suivant le roi qui marchait le premier, ils entrèrent dans une grande salle où ils trouvèrent une collation magnifique que l’ogre avait fait préparer à ses amis qui devaient le venir voir mais qui, ayant su que le roi était dans le château, n’osèrent pas y entrer. Le roi, charmé des bonnes qualités de Monsieur le marquis de Carabas, de même que sa fille qui en était folle, et des grands biens qu’il possédait, lui dit, après avoir bu cinq ou six coups: ” Touchez-là, Monsieur le marquis , il ne tiendra qu’à vous que vous ne soyez mon gendre.” Le marquis, faisant de grandes révérences, accepta l’honneur que lui faisait le roi et dès le même jour épousa la princesse. Le chat devint un grand seigneur et ne courut plus après les souris que pour son plaisir.

Moralité

Quelque grand que soit l’avantage
De jouir d’un riche héritage
Venant à nous de père en fils,
Aux jeunes gens pour l’ordinaire
L’industrie et le savoir-faire
Valent mieux que des biens acquis. 

Les Fées. Conte.

Il était une fois un gentilhomme qui, étant veuf d’une femme très douce et très honnête, et ayant eu d’elle une fille toute semblable à sa mère, épousa en secondes noces une femme très hautaine et très fâcheuse qui avait une fille de sa même humeur, aussi laide et aussi maussade que l’autre était belle et civile. Cette femme, cependant, n’aimait que sa propre fille et haïssait à mort celle de son mari. Elle la faisait manger à la cuisine et faire tout ce qu’il y avait de plus bas et de plus vil dans le ménage, pendant que sa sœur la maussade n’avait autre chose à faire tout le matin que d’être à sa toilette et de faire ou de recevoir des visites l’après-dînée. Sa pauvre sœur allait deux fois le jour puiser de l’eau à une fontaine qui était à une grande demie lieue du logis . Un jour qu’elle était à cette fontaine, il vint à elle une pauvre femme qui la pria de vouloir bien lui donner à boire. “Oui-da, ma bonne mère”, dit cette belle fille, et, rinçant aussitôt sa cruche, elle puisa de l’eau au plus bel endroit de la fontaine et la lui présenta, soutenant toujours la cruche pour lui aider à boire plus facilement. La pauvre femme, ayant bu, lui dit: “Vous êtes si bonne, si belle et si honnête que je ne puis m’empêcher de vous faire un don” (Car c’était une fée qui avait pris la forme d’une pauvre femme de village pour mieux voir jusques où irait l’honnêteté et la bonté de cette jeune fille). “Je vous donne le don, poursuivit la fée, qu’à chaque parole que vous direz, il vous sortira de la bouche ou une fleur ou une pierre précieuse.” Lorsque cette belle fille arriva au logis, sa belle-mère la gronda de revenir si tard de la fontaine. “Je vous demande pardon, Madame, dit cette pauvre fille, d’avoir tardé si longtemps.” Et en disant ces mots, il lui sortit de la bouche deux roses, deux grosses perles et deux gros diamants. “Que vois-je là! dit la belle-mère toute étonnée. Je crois, Dieu me soit en aide , qu’il lui sort de la bouche des perles et des diamants. D’où vient cela, ma fille?” (Ce fut la première fois qu’elle l’appela sa fille). La pauvre enfant lui raconta naïvement la chose, comme elle s’était passée, non sans jeter une grande quantité de perles, de diamants, de rubis, de topazes, d’émeraudes et d’autres pierres précieuses . “Vraiment, dit la belle-mère, il faut que j’y envoie ma fille. Venez, Fanchon, voyez comme votre sœur jette des pierreries de sa bouche en parlant; ne seriez-vous pas bien aise de faire la même chose? Vous n’avez qu’à aller puiser de l’eau à la fontaine, et, quand une pauvre femme viendra vous prier de lui donner à boire, de lui en donner bien honnêtement. – Il me ferait beau voir, répondit la brutale, aller à la fontaine avec une cruche à mon bras ou sur ma tête . – Je veux résolument que vous y alliez, reprit la mère avec hauteur , et tout à l’heure.” Elle y alla donc , mais toujours en grondant, et après s’être fait donner un flacon d’argent, le plus beau du logis. Elle ne fut pas plutôt arrivée à la fontaine qu’elle vit sortir du bois une dame magnifiquement vêtue qui vint lui demander à boire; c’était la même fée qui avait apparu à sa sœur sous l’habit d’une pauvre femme mais qui avait pris la forme d’une princesse pour voir jusqu’où irait la brutalité de cette fille qui, ne croyant pas que ce fut là la fée, lui dit en grommelant : “Est-ce que je suis venue ici pour vous donner à boire? Justement, on aura apporté un flacon d’argent pour donner à boire à Madame, je suis de cet avis. Buvez à même, si vous voulez. – Vous n’êtes guère honnête, Mademoiselle , lui répondit la fée . – Je suis ce que je suis, reprit la brutale, et ce n’est pas à vous à me réprimander. – Eh bien, Mademoiselle, reprit la fée sans se mettre en colère , puisque vous êtes si peu civile, je vous donne pour don (car il faut que chacun soit traité selon son mérite) qu’à chaque parole que vous direz il vous sortira de la bouche une couleuvre, une grenouille ou un crapaud.” D’abord que sa mère l’aperçut revenant de la fontaine, elle courut au-devant d’elle pour voir si elle avait été aussi heureuse que sa sœur . “Eh bien, ma fille? lui cria-t-elle. – Eh bien, ma mère, répondit la fille malapprise en jetant par la bouche deux couleuvres et deux crapauds, il était bien nécessaire de m’envoyer si loin”, et alors, autres crapauds, autres couleuvres . “Ô ciel! s’écria la mère, que vois-je là? C’est sa sœur qui en est cause, elle me le paiera”, et aussitôt elle courut pour la battre. La pauvre enfant s’enfuit et alla se sauver dans la forêt prochaine; là, comme elle pleurait au pied d’un arbre , le fils du roi, qui s’était égaré en chassant, l’aperçut et, la trouvant fort belle, lui demanda pourquoi elle pleurait et paraissait si affligée. “Hélas, Monsieur, dit-elle (car elle ne savait pas que ce fut le fils du roi) , je suis une pauvre malheureuse que sa mère a chassée de chez elle.” Le fils du roi, qui vit sortir de sa bouche cinq ou six perles et autant de diamants, la pria de lui dire d’où venait cette merveille dont on n’avait jamais ouï parler . Elle lui conta toute son aventure. Le fils du roi, qui en devint amoureux et qui considéra qu’un tel don valait mieux que toutes les autres richesses imaginables, l’emmena au palais du roi son père où il l’épousa peu de jours après . Pour sa sœur l’incivile , elle se fit tellement haïr et regarder avec horreur à cause des vilaines bêtes qui lui sortaient de sa bouche toutes les fois qu’elle parlait , que sa propre mère ne pouvait la souffrir et la chassa honteusement. La malheureuse courut longtemps de tous côtés sans que personne voulut la recevoir et on dit qu’elle alla mourir malheureusement au coin d’un buisson. 

Moralité

Les diamants et les pistoles
Peuvent beaucoup sur les esprits;
Cependant les douces paroles
Ont encor plus de force et sont d’un plus grand prix. 

Fin

La Belle au bois dormant (Mercure galant, février 1696)

 Quoique les contes des fées et des ogres semblent n’être bons que pour les enfants, je suis persuadé que la lecture de celui que je vous envoie vous fera plaisir. Il est écrit d’une manière agréable, et le style convient parfaitement au sujet. On doit ce petit ouvrage à la même personne qui a écrit l’histoire de la petite marquise dont je vous fis part il y a un an, et qui fut si applaudie dans votre province.

La Belle au bois dormant. Conte.

Il était une fois un roi et une reine, qui étaient si fâchés de n’avoir point d’enfants, si fâchés, qu’on ne saurait dire. Ils allèrent à toutes les eaux du monde; vœux, pèlerinages, menues dévotions, tout fut mis en œuvre, et rien n’y faisait. Enfin, pourtant, la reine devint grosse, et accoucha d’une fille. On fit un beau baptême; on donna pour marraines à la petite princesse, toutes les fées qu’on pût trouver dans le pays (il s’en trouva sept), afin que chacune d’elles lui faisant un don, comme c’était la coutume des fées en ce temps-là, la princesse eût par ce moyen toutes les perfections imaginables. Après les cérémonies du baptême, toute la compagnie revint au palais du roi , où il y avait un grand festin pour les fées. On mit devant chacune d’elles un couvert magnifique avec un étui d’or massif, où il y avait une cuiller, une fourchette et un couteau de fin or, garni de diamants et de rubis. Mais comme chacun prenait sa place à table, ont vit entrer une vieille fée, qu’on n’avait point priée de la fête , parce qu’il y avait plus de cinquante ans qu’elle n’était sortie de la tour, et qu’on la croyait morte ou enchantée. Le roi lui fit donner un couvert, mais il n’y eut pas moyen de lui donner un étui d’or massif comme aux autres, parce qu’on n’en avait fait faire que sept pour les sept fées. La vieille crut qu’on la méprisait, et grommela quelques menaces entre ses dents. Une des jeunes fées, qui se trouva auprès d’elle, l’entendit, et jugeant qu’elle pourrait donner quelque fâcheux don à la petite princesse, elle alla, dès qu’on fut sorti de table, se cacher derrière la tapisserie, afin de parler la dernière, et de pouvoir réparer autant qu’il lui serait possible, le mal que la vieille aurait fait.

Cependant les fées commencèrent à faire leurs dons à la princesse. La plus jeune lui donna pour don, qu’elle serait la plus belle personne du monde; celle d’après, qu’elle aurait de l’esprit comme un ange; la troisième, qu’elle aurait une grâce admirable à tout ce qu’elle ferait; la quatrième, qu’elle danserait parfaitement bien; la cinquième, qu’elle chanterait comme un rossignol; et la sixième, qu’elle jouerait de toutes sortes d’instruments dans la dernière perfection. Le rang de la vieille fée étant venu, elle dit en branlant la tête, encore plus de dépit que de vieillesse, que la princesse se percerait la main d’un fuseau, et qu’elle en mourrait. Ce terrible don fit frémir toute la compagnie, et il n’y eut personne qui ne pleurât. Dans ce moment, la jeune fée sortit de derrière la tapisserie, et dit tout haut ces paroles: “Rassurez-vous, Roi, et vous Reine. Votre fille n’en mourra pas. Il est vrai que je n’ai pas assez de puissance pour défaire entièrement ce que mon ancienne a fait. La princesse se percera la main d’un fuseau, mais au lieu d’en mourir, elle tombera seulement dans un profond sommeil, qui durera cent ans, au bout desquels le fils d’un roi viendra la réveiller.” Le roi, pour tâcher d’éviter le malheur annoncé par la vieille fée , fit publier aussitôt un édit, qui défendait à toutes sortes de personnes de filer au fuseau, ni d’avoir de fuseaux chez soi, sous peine de la vie.

Au bout de quinze ou seize ans, le roi et la reine étant allés à une de leurs maisons de plaisance, il arriva que la jeune princesse, courant un jour dans le château, et montant de chambre en chambre, alla jusqu’au haut du donjon dans un petit galetas, où une bonne femme était seule à filer sa quenouille. Cette bonne vieille n’avait point ouï parler des défenses que le roi avait faites . “Que faites-vous là, ma bonne femme? lui dit la princesse. – Je file, ma belle enfant, lui répondit la vieille, qui ne la connaissait pas. – Ah! Que cela est joli! reprit la princesse. Comment faites-vous cela ? Donnez-moi, que je vois si j’en ferais bien autant.” Elle n’eut pas plutôt pris le fuseau que, comme elle était fort vive, un peu étourdie, et que d’ailleurs l’arrêt des fées l’ordonnait ainsi, elle s’en perça la main, et tomba évanouie. La bonne vieille, bien embarrassée, crie au secours. On vient de tous côtés; on jette de l’eau au visage de la princesse; on la délace; on lui frappe dans les mains; on lui frotte les tempes avec de l’eau de la reine de Hongrie, mais rien ne la fait revenir. Alors le roi, qui était rentré dans le palais , et qui monta aussitôt au bruit, se souvint de la prédiction des fées, et jugeant fort prudemment , qu’il fallait bien que cela arrivât, puisque les fées l’avaient dit, il fit mettre la princesse dans le plus bel appartement du palais, sur un lit de broderie d’or et d’argent. On eût dit d’un ange, tant elle était belle, car son évanouissement n’avait point ôté les couleurs vives de son teint; ses joues étaient incarnates et ses lèvres comme du corail. Elle avait seulement les yeux fermés, mais on l’entendait respirer doucement, ce qui faisait voir qu’elle n’était pas morte. Il ordonna qu’on la laissât dormir en repos, jusqu’à ce que son heure fût venue. La bonne fée, qui lui avait sauvé la vie en la condamnant à dormir cent ans, était dans le royaume de Mataquin, à douze mille lieues de là, lorsque l’accident arriva à la princesse, mais elle en fut avertie en un moment par un petit nain qui avait des bottes de sept lieues. C’était des bottes avec lesquelles on faisait sept lieues d’une seule enjambée. La fée partit aussitôt, et on la vit au bout d’une heure dans un char tout de feu traîné par des dragons, descendre dans la cour du château . Le roi lui alla présenter la main à la descente du chariot. Elle approuva tout ce qu’il avait fait, mais comme elle était grandement prévoyante, elle pensa que quand la princesse viendrait à se réveiller, elle serait bien embarrassée toute seule dans ce vieux château. Qu’y avait-il à faire? Quel expédient? Elle en eut bientôt trouvé. Elle toucha de sa baguette tout ce qui était dans le château, hors le roi et la reine, gouvernantes, filles d’honneur, femmes de chambre, gentilshommes, officiers, maîtres d’hôtel, cuisiniers, marmitons, galopins, gardes, Suisses, pages, valets de pied. Elle toucha aussi tous les chevaux qui étaient dans les écuries, avec les palefreniers, les gros mâtins des basses-cours, et la petite Pouffe, petite chienne de la princesse, qui était auprès d’elle sur son lit. Dès qu’elle les eut touchés, ils s’endormirent tous, pour ne se réveiller qu’en même temps que leur maîtresse, afin d’être tout prêts à la servir, quand elle en aurait besoin. Les broches même qui étaient au feu toutes pleines de perdrix et de faisans, s’endormirent, et le feu aussi. Tout cela se fit en un moment. Les fées n’étaient pas longues à leurs besognes. Alors le roi et la reine, après avoir baisé leur chère enfant, sans qu’elle s’éveillât, sortirent du château, et firent publier des défenses à qui que soit au monde d’en approcher. Ces défenses n’étaient pas nécessaires, car il crût dans un quart d’heure tout autour du parc, une si grande quantité de grands arbres et de petits, de ronces et d’épines entrelacées les unes dans les autres, que bête ni homme n’y aurait pu passer; en sorte qu’on ne voyait plus que le haut des tours du château, encore n’était-ce que de bien loin. On ne doute point que la fée n’eût fait là un tour de son métier, afin que la princesse pendant qu’elle dormirait, n’eût rien à craindre des curieux.

Au bout de cent ans, le fils d’un roi qui régnait alors, et qui était d’une autre famille que la princesse endormie, étant allé à la chasse de ce côté-là, demanda ce que c’était, que des tours qu’il voyait au-dessus d’un grand bois fort épais. Chacun lui répondit selon qu’il en avait ouï parler. Les uns disaient que c’était un vieux château où il revenait des esprits; les autres, que tous les sorciers de la contrée y faisaient leur sabbat. La plus commune opinion était qu’un ogre y demeurait, et que là il emportait tous les enfants qu’il pouvait prendre, pour les manger à son aise, et sans qu’on le pût suivre, ayant seul le pouvoir de se faire passage au travers du bois. Le prince ne savait qu’en croire, lorsqu’un vieux paysan prit la parole, et lui dit: “Mon Prince, il y a plus de cinquante ans que mon père m’a dit, qu’il y avait dans ce château une princesse, la plus belle qu’on pût voir, qu’elle y devait dormir cent ans, et qu’elle serait éveillée par le fils d’un roi, à qui elle était destinée.” Le jeune prince à ce discours se sentit tout de feu. Il crut sans balancer qu’il mettrait à fin une si belle aventure, et poussé par l’amour et par la gloire, il résolut de voir sur-le-champ ce qui en était. À peine s’avança-t-il vers le bois, que tous ces grands arbres, ces ronces et ces épines s’écartèrent d’elles-mêmes pour le laisser passer. Il marcha vers le château, qu’il voyait au bout d’une grande avenue, où il entra; mais ce qui le surprit un peu, il vit que personne de ses gens ne l’avait pu suivre, parce que les arbres s’étaient rapprochés dès qu’il avait été passé. Il ne laissa pas de continuer son chemin. Un homme, jeune, prince et amoureux, est toujours vaillant. Il entra dans une grand anticour, où tout ce qu’il vit d’abord était capable de le glacer de crainte. C’était un silence affreux; l’image de la mort s’y présentait partout, et ce n’était que des corps étendus, hommes et animaux, qui paraissaient morts. Il reconnut pourtant bien au nez bourgeonné et à la face vermeille des Suisses, qu’ils n’étaient qu’endormis, et leurs tasses, où il y avait encore quelques gouttes de vin, montraient assez qu’ils s’étaient endormis en buvant. Il passe une grande cour pavée de marbre. Il monte l’escalier, il entre dans la salle des gardes, qui étaient rangés en haie, la carabine sur l’épaule, et ronflant de leur mieux. Il traverse plusieurs chambres pleines de gentilshommes et de dames qui dormaient tous, les uns debout, les autres assis. Enfin il entre dans une chambre toute dorée où il vit sur un lit, dont les rideaux étaient ouverts de tous côtés, le plus beau spectacle qu’il eût jamais vu, une jeune personne qui paraissait quinze ou seize ans, et dont l’éclat resplendissant avait quelque chose de lumineux et de divin. Il s’approcha en tremblant et en admirant, et se mit à genoux auprès d’elle.

Alors comme la fin de l’enchantement était venue, la princesse s’éveilla et, le regardant avec des yeux plus tendres qu’une première vue ne semblait le permettre: “Est-ce vous, mon Prince? lui dit-elle. Vous vous êtes bien fait attendre.” Le prince charmé de ces paroles, et encore plus de la manière dont elles étaient dites, ne savait comme lui témoigner sa joie et sa reconnaissance. Il l’assura qu’il l’aimait plus que lui-même. Ses discours furent mal rangés; ils en plurent davantage; peu d’éloquence, beaucoup d’amour, avec cela on va bien loin . Il était plus embarrassé qu’elle, et l’on ne doit pas s’en étonner. Elle avait eu le temps de songer à ce qu’elle avait à lui dire: car il y a apparence (l’histoire n’en dit pourtant rien) que la bonne fée, pendant un si long sommeil, lui procurait le plaisir des songes agréables. Enfin, il y avait quatre heures qu’ils se parlaient, et ils ne s’étaient pas encore dit la moitié de ce qu’ils avaient à se dire. “Quoi, belle princesse, lui disait le prince en la regardant avec des yeux qui en disaient mille fois plus que ses paroles, quoi, les destins favorables m’ont fait naître pour vous servir? Ces beaux yeux ne se sont ouverts que pour moi, et tous les rois de la terre, avec toute leur puissance, n’auraient pu faire ce que j’ai fait avec mon amour? – Oui, mon cher prince, lui répondit la princesse, je sens bien à votre vue que nous sommes faits l’un pour l’autre. C’est vous que je voyais, que j’entretenais, que j’aimais pendant mon sommeil. La fée m’avait rempli l’imagination de votre image. Je savais bien, que celui qui devait me désenchanter serait plus beau que l’Amour, et qu’il m’aimerait plus que lui-même, et dès que vous avez paru, je n’ai pas eu de peine à vous reconnaître” .

Cependant tout le palais s’était réveillé en même temps que la princesse. Chacun songeait à faire sa charge, et comme ils n’étaient pas tous amoureux, ils mouraient de faim, il y avait longtemps qu’ils n’avaient mangé. La dame d’honneur, pressée comme les autres, s’impatientant, dit tout haut à la princesse, que sa viande était servie. Le prince aida à la princesse à se lever. Elle était toute habillée, et fort magnifiquement, mais il garda bien de lui dire, qu’elle était habillée comme ma mère-grande et que son collet était monté. Elle n’en était pas moins belle. Ils passèrent dans un salon de miroirs et y soupèrent . Les violons et hautbois jouèrent de vieilles pièces, mais excellentes, quoiqu’il y eût cent ans qu’on ne les jouât plus, et après souper, sans perdre de temps, le premier Aumônier les maria dans la chapelle , et la dame d’honneur leur tira le rideau. Ils dormirent peu. La princesse n’en avait pas grand besoin, et le prince la quitta dès le matin pour retourner à la ville, où le roi son père devait être en peine de lui. Ce prince lui dit qu’en chassant, il s’était perdu dans la forêt, et avait couché dans la hutte d’un charbonnier, qui lui avait fait manger du pain noir et du fromage. Le roi son père, qui était bonhomme, le crut, mais la reine sa mère n’en fut pas bien persuadée, et voyant qu’il allait presque tous les jours à la chasse, et qu’il avait toujours une raison en main pour s’excuser, quand il avait couché deux ou trois nuits dehors, elle ne douta plus qu’il n’ y eût quelque amourette . Elle lui dit plusieurs fois , pour le faire expliquer, qu’il fallait se contenter dans la vie, mais il n’osa jamais se fier à elle de son secret: il la craignait, quoiqu’il l’aimât. Elle était de race ogresse, et le roi ne l’avait épousée qu’à cause de son grand bien. On disait même tout bas à la cour, qu’elle avait toutes les inclinations des ogres, et qu’en voyant de petits enfants, elle avait beaucoup de peine à se retenir de se jeter dessus. Ainsi le prince ne lui voulut jamais rien dire. Il continua pendant deux ans à voir en secret sa chère princesse, et l’aima toujours de plus en plus. L’air de mystère lui conserva le goût d’une première passion, et toutes les douceurs de l’hymen ne diminuèrent point les empressements de l’amour . Mais quand le roi son père fut mort , et qu’il se vit le maître, il déclara publiquement son mariage, et alla en grande pompe quérir la reine sa femme dans son château. On lui fit une entrée magnifique dans la ville capitale . Quelque temps après, le roi alla faire la guerre à l’empereur Cantalabutte, son voisin. Il laissa la régence du royaume à la reine sa mère, et lui recommanda fort la jeune reine , qu’il aimait plus que jamais, depuis qu’elle lui avait donné de beaux enfants, une fille qu’on nommait l’Aurore, et un garçon, qu’on appelait le Jour, à cause de leur extrême beauté .

Le roi devait être à la guerre tout l’été, et dès qu’il fut parti, la reine mère envoya la jeune reine et ses enfants, à une maison de campagne dans les bois, pour y pouvoir assouvir plus aisément son horrible envie. Elle y alla quelques jours après, et dit un soir à son maître d’hôtel: ” Maître Simon , je veux manger demain à mon dîner la petite Aurore. – Ah! Madame! dit le maître d’hôtel. – Je le veux”, reprit-elle d’un ton d’ogresse, qui a envie de manger de la chair fraîche . Ce pauvre homme voyant bien qu’il ne fallait pas se jouer à une ogresse, prit son grand couteau, et monta à la chambre de la petite Aurore. Elle avait quatre ans, et vint en sautant, en riant, se jeter à son col, et lui demander du bonbon. Il se mit à pleurer. Le couteau lui tomba des mains, et il alla dans la basse-cour couper la gorge à un petit agneau, auquel il fit une si bonne sauce, que la méchante reine l’assura qu’elle n’avait jamais rien mangé de si bon. Il emporta en même temps la petite Aurore, et il la donna à sa femme, pour la cacher dans le logement qu’elle avait au fond de la basse-cour. Huit jours après, la méchante reine dit à son maître d’hôtel: ” Maître Simon , je veux manger demain le Jour.” Il ne répliqua pas, résolu de la tromper comme la première fois. Il alla chercher le petit Jour, et le trouva avec un petit fleuret à la main, dont il faisait des armes contre un gros singe. Il n’avait pourtant que trois ans. Il le porta à sa femme, qui le cacha avec la petite Aurore, et donna à sa place à la méchante reine un petit chevreau fort tendre, qu’elle trouva admirable.

Cela était fort bien allé jusque-là, mais un soir cette méchante reine cria d’un ton effroyable: “Maître Simon! Maître Simon!” Il alla aussitôt, et elle lui dit : “Je veux manger demain ma bru.” Ce fut alors que Maître Simon désespéra de la pouvoir encore tromper. La jeune reine avait vingt ans passés, sans compter les cent ans qu’elle avait dormis. Sa peau était un peu dure, quoique belle et blanche, et le moyen de trouver dans la ménagerie une bête de cet âge-là? Il prit donc la résolution, pour sauver sa vie, de couper la gorge à la reine, et monta à sa chambre, dans l’intention de n’en point faire à deux fois. Il s’excitait à la fureur, et entra le poignard à la main dans la chambre de la jeune reine. Il ne voulut pourtant pas la surprendre, lui dit avec beaucoup de respect l’ordre qu’il avait reçu de la reine mère. “Faites, faites, lui dit-elle en lui tendant le cou, exécutez l’ordre que l’on vous a donné. J’irai revoir mes enfants, mes pauvres enfants, que j’ai tant aimés.” Elle les croyait morts, depuis qu’on les avait enlevés sans lui rien dire. “Non, non, Madame, lui répondit le pauvre maître Simon tout attendri, vous ne mourrez point. Vous irez revoir vos chers enfants, mais ce sera chez moi où je les tiens cachés, et je tromperai encore la reine, en lui faisant manger une jeune biche en votre place.” Il la mena aussitôt à la chambre de sa femme , où il la laissa embrasser ses enfants, et pleurer avec eux, et alla accommoder la biche, que l’ogresse mangea à son souper avec le même appétit que si ç’avait été la jeune reine. Elle était bien contente de sa cruauté, et se préparait à dire au roi à son retour, que les loups enragés avaient mangé la reine sa femme et ses deux enfants. Un soir qu’elle rôdait à son ordinaire dans les cours et basses-cours du château, pour y halener quelque viande fraîche, elle entendit dans une salle basse, le petit Jour qui pleurait, parce que la reine sa mère le voulait faire fouetter, à cause qu’il avait été méchant, et elle entendit aussi la petite Aurore qui demandait pardon pour son petit frère. L’ogresse reconnut la voix de la mère et des enfants, et furieuse d’avoir été trompée, elle commanda dès le lendemain au matin avec cette voix épouvantable qui faisait trembler tout le monde, qu’on apportât au milieu de la cour une grande cuve, qu’elle fit remplir de crapauds, de vipères, de couleuvres et de serpents, pour y faire jeter la reine et ses enfants, maître Simon, sa femme et sa servante. Elle avait donné l’ ordre de les amener les mains liées derrière le dos. Ils étaient là, et les bourreaux se préparaient à les jeter dans la cuve, lorsque la jeune reine demanda qu’au moins on lui laissa faire ses doléances, et l’ogresse, toute méchante qu’elle était, le voulut bien. “Hélas! Hélas! s’écria la pauvre princesse, faut-il mourir si jeune? Il est vrai qu’il y a assez longtemps que je suis au monde, mais j’ai dormi cent ans, et cela me devrait-il être compté? Que diras-tu, que feras-tu, pauvre prince, quand tu reviendras, et que ton pauvre petit Jour, qui est si aimable, que ta petite Aurore, qui est si jolie, n’y seront plus pour t’embrasser, quand je n’y serai plus moi-même? Si je pleure, ce sont tes larmes que je verse, tu nous vengeras, peut-être, hélas! sur toi-même. Oui, misérables, qui obéissez à une ogresse, le roi vous fera tous mourir à petit feu.” L’ogresse, qui entendit ces paroles qui passaient les doléances, transportée de rage, s’écria: “Bourreaux, qu’on m’obéisse, et qu’on jette dans la cuve cette causeuse.” Ils s’approchèrent aussitôt de la reine, et la prirent par ses robes; mais dans ce moment, le roi qu’on n’attendait pas si tôt, entra dans la cour à cheval. Il était venu en poste, et demanda tout étonné ce que voulait dire cet horrible spectacle. Personne n’osait l’en instruire, quand l’ogresse enragée de voir ce qu’elle voyait, se jeta elle-même la tête la première dans la cuve, et fut dévorée en un instant par les vilaines bêtes qu’elle y avait fait mettre. Le roi ne laissa pas d’en être fâché. Elle était sa mère, mais il s’en consola bientôt avec sa belle reine et ses chers enfants.

Attendre quelque temps pour avoir un époux
Riche, vaillant, aimable et doux,
La chose est assez naturelle;
Mais l’attendre cent ans, et toujours en dormant,
On ne trouve plus de femelle,
Qui dorme si tranquillement.

Deux extraits du Mercure galant 

Extrait de L’Histoire de la marquise-marquis de Banneville (Mercure galant, septembre 1696, p. 151-156)

Quelquefois la petite marquise et ses compagnes se jetaient dans la belle conversation. Mademoiselle d’Aletref y brillait extrêmement, et faisait des contes avec un agrément infini. “Convenez-vous, ma chère, disait-elle un jour à la petite marquise, des principes qu’on veut établir pour bien faire un conte? Il faut, dit-on, que les aventures soient toujours contre la vraisemblance, et les sentiments toujours naturels. J’avoue que pour attacher des jeunes gens, et principalement des enfants, il est bon de donner souvent dans le merveilleux, mais il faut bien se garder d’y donner toujours. Un héros ne doit pas être toujours l’épée à la main et couper un homme en deux. En un mot, pour avoir du plaisir, nous aimons à être trompés, mais on ne nous trompe pas longtemps, quand on le veut faire si grossièrement. Le petit char d’ivoire traîné par des papillons ne me réjouit point, et la fée est trop petite, pour que je m’amuse à la regarder. Il faudrait avoir toujours le microscope à la main. – Vous nous dites là de grands mots, interrompit la petite marquise, et vous oubliez sans doute, que vous parlez contre une Muse qui fait honneur à notre sexe. Ne voudriez-vous point encore la condamner lorsqu’elle dit que les sentiments doivent être toujours naturels? – Ne croyez pas vous moquer, reprit Mademoiselle d’Aletref, cela n’est pas encore tout à fait vrai. Quand les sentiments sont retenus dans les bornes exactes de la nature, ils ne sont pas assez vifs, et comme il faut qu’un héros du conte soit un peu plus beau et un peu plus vaillant que les autres hommes, il faut aussi, pour bien faire, que les sentiments de son cœur répondent aux agréments de sa personne et qu’il aime un peu plus fort qu’on n’aime ordinairement. Avez-vous lu La Belle au bois dormant? – Si je l’ai lue? s’écria la petite marquise, je l’ai lue quatre fois, et ce petit conte m’a raccommodée avec le Mercure galant, où j’ai été ravie de le trouver. Je n’ai encore rien vu de mieux narré: un tour fin et délicat, des expressions toutes neuves, mais je ne m’en suis point étonnée, quand on m’a dit le nom de l’auteur. Il est fils de maître, et s’il n’avait pas bien de l’esprit, il faudrait qu’on l’ait changé en nourrice. – Pour moi, dit le marquis de Bercourt, je suis ravi de me promener entre ces deux haies de gardes du corps, qui dorment et même qui ronflent le mousquet sur l’épaule, mais j’ai toutes les peines du monde à respecter les jeunes attraits d’une demoiselle de cent quinze ans.” Ils en étaient là, quand on vit entrer la collation, des fruits rouges et des tasses de glaces .

Présentation des Histoires ou contes du temps passé dans le Mercure galant (janvier 1697, p. 249-252)

Je me souviens de vous avoir envoyé l’année dernière le conte de La Belle au bois dormant, que vous me témoignâtes avoir lu avec beaucoup de satisfaction. Ainsi je ne doute point que vous n’appreniez avec plaisir que celui qui en est l’auteur vient de donner un recueil de contes qui en contient sept autres, avec celui-là. Ceux qui font de ces sortes d’ouvrages sont ordinairement bien aises qu’on croit qu’ils sont de leur invention. Pour lui, il veut bien qu’on sache qu’il n’a fait autre chose que de les rapporter naïvement en la manière qu’il les a ouïs conter dans son enfance. Les connaisseurs prétendent qu’ils en sont plus estimables, et qu’on doit les regarder comme ayant pour auteurs un nombre infini de pères, de mères, de grand-mères, de gouvernantes et de grand’amies, qui depuis peut-être plus de mille ans y ont ajouté en enchérissant toujours les uns sur les autres beaucoup d’agréables circonstances, qui y sont demeurées, pendant que tout ce qui était mal pensé est tombé dans l’oubli. Ils disent que ce sont tous contes originaux et de la vieille roche, qu’on retient sans peine, et dont la morale est très claire, deux marques les plus certaines de la bonté d’un conte. Quoi qu’il en soit, je suis fort sûr qu’ils vous divertiront beaucoup, et que vous y trouverez tout le mérite que de semblables bagatelles peuvent avoir. C’est chez le sieur Barbin qu’ils se trouvent.

 

La patience de Grisélidis

La patience de Griseledis

Comme le marquis de Saluces passait sa jeunesse sans se vouloir marier.

Au pied des Alpes, du côté d’Italie, est le riche pays du Piémont, et en une contrée d’icelui, est le marquisat de Saluces, où sont plusieurs bonnes villes, châteaux et bourgades fort peuplés, lequel a toujours été gouverné par de grands seigneurs entre lesquels on trouve que le plus grand et le plus renommé de leur race fut un nommé Gautier de Saluces, auquel appartenait la seigneurie dudit pays. Il était plein de bonnes mœurs: gouvernant ses sujets avec douceur: il était aimé d’eux, ce qui le rendait renommé partout. Le marquis, passant le temps au divertissement de la chasse, ne se souciait de rien plus: il ne songeait point à se marier, quoique souvent on lui eût persuadé cela, ce qui chagrinait fort ses vassaux, pour éviter les guerres civiles. Un jour, s’étant assemblés pour cela, ils le prièrent de recevoir leur requête; et un seigneur du pays lui dit au nom de tout le peuple: “Monseigneur, votre débonnaireté nous donne hardiesse toutes les fois que le besoin nous contraint de vous parler librement. Tous vos vassaux m’ont chargé de vous faire une prière touchant ce qu’ils désirent de vous, non pas qu’en ce j’aie quelque singularité, mais parce qu’ils ont connu que vous me faisiez la grâce de m’aimer comme vous me l’avez témoigné en plusieurs rencontres, dont je vous en remercie. Or est-il, Monseigneur, que tout ainsi, que de raison, tous vos faits et dits nous doivent plaire, dont nous sommes heureux d’avoir un tel seigneur; encore plus si nous voyions de votre lignée qui nous pût gouverner après vous; c’est ce qui manque à notre bonheur; c’est pourquoi nous vous prions de nous l’accorder, ce qui augmentera votre honneur et nous causera un grand bonheur en vous mariant. Et s’il vous plaît nous commander de vous chercher une femme, nous tâcherons de vous contenter. – Mes amis, dit-il, vous me voulez contraindre à une chose pour laquelle je n’ai jamais eu de volonté, et que j’avais résolu de ne faire jamais, me délectant de vivre en liberté.

Considérez combien il est difficile de trouver chose qui convienne bien à toutes les complexions qu’on a, et combien est malheureuse la vie de celui qui se trouve lié à une femme non convenable à soi, et jugez combien le mariage est une chose douteuse; et si quelque bonne rencontre vient à l’homme, tout vient de celui qui est au Ciel. Mais pour adhérer à vos volontés, mes amis, je veux bien me marier. Et quant à l’offre que vous me faites de m’en trouver une, je me contente de votre bonne volonté, la réputant procéder d’une sincère foi et loyauté. Mais afin que je n’aie à me plaindre de personne, si mal en venait, je veux moi-même en choisir une à mon gré, espérant avec l’aide de Dieu, auquel je recommande toutes mes actions, que par sa divine bonté il m’octroiera avec le conseil de mes amis, le parti que je vivrai en paix et au salut de mon âme. Mais je veux que dès maintenant vous me promettiez tous que celle que je choisirai pour ma femme sera honorée de vous et révérée pour votre princesse, comme si elle était fille du plus grand roi du monde.” Ses gens désirant sur toutes choses que leur seigneur fût marié et voyant qu’il accordait leur demande, lui répondirent tous joyeusement qu’ils en étaient fort contents. La résolution prise, les députés remercièrent leur seigneur et prirent congé de lui. Aussitôt le marquis dépêcha aucuns de ses familiers pour l’apprêt des noces, et leur assigna le jour.

Comme le marquis de Saluces résolut de se marier avec Griseledis.

Auprès du château du marquis il y avait un petit village mal peuplé de gens tous pauvres, où le marquis passait souvent à la chasse. Entre ces pauvres gens était un homme nommé Janicole, fort nécessiteux des biens du monde, mais fort homme de bien; et la grâce de Dieu ne laisse pas d’être dans les pauvres maisons aussi bien que dans les riches. Ce bonhomme avait une fille nommée Griseledis, bien faite de corps et de visage; mais sa vertu et bonnes moeurs la rendaient encore plus recommandable. Ayant été nourrie pauvrement, elle ignorait les délices mondains et les délices de la cour.

Sa jeunesse était conduite par un viril courage, sa virginité accompagnée d’humilité et bonnes grâces, car de son petit travail elle nourrissait son pauvre père avec quelques brebis qu’elle menait paître en faisant quelque chose de ses mains; et ainsi ils subsistaient pauvrement.

Ses bonnes mœurs avaient beaucoup plu au marquis qui, allant à la chasse, avait jeté quelquefois les yeux sur elle: il l’avait d’autant plus regardée, non pas d’un voluptueux regard, mais par admiration de sa grande vertu et sagesse; ce que remarquant ledit seigneur, et lui semblant assez belle, se résolut de la prendre pour sa femme.

“J’ai trouvé, dit-il un jour, une jeune fille proche d’ici que je veux pour ma femme et l’emmener dans peu de jours dans mon palais; c’est pourquoi songez comment vous pourrez la recevoir honorablement, afin que je me puisse dire content de vos promesses, et que vous le soyez de même.”

Les seigneurs répondirent qu’ils s’efforceraient de l’honorer et tenir pour leur souveraine dame et maîtresse.

Puis chacun se prépara à faire grande fête: le marquis la fit préparer somptueusement, et telle que jamais on ne vit dans Saluces une si grande magnificence, invitant tous ses parents et amis avec toute la noblesse circonvoisine.

Il avait déjà fait tailler de beaux habits pour sa future épouse, et aussi fait préparer plusieurs bagues, ceintures et joyaux de grand prix, avec une belle couronne ornée de pierreries, et généralement de tout ce qui était convenable à une grande dame.

Au jour destiné pour les noces, le palais fut plein de chevaliers, gentilshommes, dames et demoiselles, bourgeois et autres. Le dîner était prêt, que personne ne savait quelle était la nouvelle marquise.

Comme le marquis partit avec sa compagnie pour emmener la fille à Janicole

Le marquis, ayant donné ordre à toutes les choses nécessaires, dit aux assistants: “Messieurs, il est temps d’aller quérir Madame, s’il vous plaît de venir avec moi.” Ils répondirent qu’ils seconderaient ses desseins. D’abord ils montèrent à cheval et marchèrent en grande pompe vers ledit village, et quand ils furent devant la maison de Janicole, père de Griseledis, ils la rencontrèrent qui portait une cruche d’eau sur sa tête.

Griseledis ne savait rien de tout cela, mais seulement ayant ouï dire que le marquis devait se marier ce jour-là, s’était hâtée de faire sa besogne pour aller voir passer Madame la marquise avec ses compagnes.

Comme elle voulait entrer chez elle, le marquis lui dit: “Griseledis, où es ton père?” Elle, toute honteuse, lui répondit: “Monseigneur, il est dans la maison.” Le marquis dit: “Fais-le venir”, et mit pied à terre. Quand le bonhomme fut venu, il le prit par la main et lui dit: “Mon ami, je sais que tu es un fidèle vassal, que tu m’as toujours aimé et feras tout ce que je te commanderai; ainsi, pour te dire mon dessein, je suis ici pour te demander ta fille en mariage. Regarde si tu veux me la donner?” Cet homme fut étonné de ces paroles; il crut qu’on se moquait de lui, et, rougissant de honte, il dit au marquis: “Je veux ce qu’il vous plaît, car vous êtes mon souverain. – Entrons dans la maison, dit le marquis, car je veux parler à ta fille en ta présence.” Il commanda à ses gens de l’attendre. Puis il entra dans la pauvre maison de Janicole, s’étonnant des bons services que cette pauvre fille rendait à son père, se tenant si bien en ordre, nonobstant leur pauvreté, et du bon accueil qu’ils lui faisaient.

Quand le marquis fut entré, il dit à Griseledis: “Il faut que tu sois ma femme; n’en es-tu pas bien aise?” Elle fut bien surprise de ses paroles, et de voir tels hôtes dans sa cabane. Elle répondit: “Monseigneur, je sais bien que je ne suis pas digne d’un si grand honneur que d’être la moindre de vos servantes; néanmoins, si c’est votre volonté et celle de mon père, je ne vous dois désobéir en rien.

– Eh bien, dit-il, ma chère amie, puisque selon ma demande il plaît à ton père que tu sois ma femme fidèle, je veux savoir de toi, si te prenant pour ma femme, comme j’ai résolu de faire, ta volonté se voudrait accorder à la mienne; en sorte que tu t’efforceras toujours de me complaire et ne me contraindras jamais en aucune manière sans murmurer de rien, et que tout ce qui me plaira te plaise. – Mon Seigneur, je vous ai déjà dit que je ne suis pas digne de l’honneur que vous m’offrez d’être votre épouse; il me suffit d’être la moindre de vos servantes. Toutefois, puisqu’il plaît à Votre Grandeur, je prie Dieu que votre volonté soit mon bonheur; je vous promets que pour ce qui est de moi, je ne ferai chose contre votre volonté, quand ce serait qu’il me faudrait mourir.

– En voilà assez”, dit le marquis. La prenant par la main, il l’emmena dehors, où, en présence de sa compagnie, il dit: “Mes amis, c’est celle-ci que je tiens pour ma femme, et elle me veut pour son mari.” Et se tournant devers elle, qui était toujours honteuse, il lui dit: “Ma mie, me veux-tu pour mari? – Elle lui répondit: Oui, Monsieur, si c’est votre volonté. – Et il dit: Je te veux pour ma femme.” 

Aussitôt il dit au peuple: “Voici votre Dame. Je vous commande de l’aimer et honorer comme moi-même.” Et afin qu’elle ne parût point pauvre et misérable, il lui fit quitter ses habits et la fit orner de beaux et somptueux vêtements qu’il lui avait fait préparer pour ses noces.

Les dames l’entourèrent de précieux joyaux et, lui ayant accommodé ses blonds cheveux, le marquis lui mit une riche couronne sur sa tête, toute garnie de diamants.

Comme le marquis de Saluces épousa la belle Griseledis.

Griseledis étant ornée, comme nous avons dit, le marquis la fit monter à cheval, accompagnée des dames du pays, la fit conduire à l’église où se fit le mariage, et lui donna un riche anneau fait exprès. Les cérémonies de l’église étant achevées, ils furent conduits en grande magnificence au palais.

Les noces furent belles et grandes, autant que s’il eût épousé la fille du roi de France. Elle était belle de face et de corps, comme nous l’avons dit: de sorte qu’elle paraissait si avenante par toutes ses qualités, qu’on ne l’eût point prise pour la fille de Janicole, ni pour bergère, et semblait mieux la fille d’un roi que d’un paysan.

Les nobles estimaient le marquis d’avoir fait un si beau choix; et au lieu de la mépriser à cause de sa pauvreté, ils l’estimaient autant qu’une princesse.

Enfin, elle fit si bien par sa sagesse et douceur, que ses sujets et tous ses voisins parlaient de ses bonnes grâces; de sorte que les seigneurs et dames lui venaient rendre visite, et s’en retournaient contents et satisfaits. Elle donnait bon ordre aux affaires domestiques et d’État.

Comme le marquis de Saluces résolut d’éprouver la patience de sa femme par tourment: la confiance qu’elle témoigna.

Griseledis ne fut pas longtemps avec son mari qu’elle devint enceinte, et enfanta une fille dont le marquis et ceux du pays firent grande fête, bien qu’ils eussent mieux aimé un garçon; elle l’allaita jusqu’à l’âge d’être sevrée. Peu de temps après, le marquis ne se contentant pas des vertueuses bontés qu’il connaissait en sa femme et de l’amitié et obéissance qu’elle lui portait, entra dans sa chambre, faisant le fâché, et lui dit: “Bien que tu sois à présent élevée en dignité, tu n’as pas oublié ton état du temps passé, et de quel lieu tu es sortie: mais il n’est pas ainsi de mes chevaliers, barons, gentilshommes et autres, qui ne peuvent cacher le mépris qu’ils font de moi, pour m’être marié à une femme de si basse condition: et même de ce que tu as enfanté une fille, ils te supportent à regret.”

La marquise entendant ces discours ne se troubla point; mais lui dit humblement: “Monseigneur, faites de moi ce qui vous plaira; je suis la moindre de vos servantes; je n’étais pas digne de l’honneur que vous m’avez fait, mais c’est vous-même qui l’avez voulu.” Cette réponse fut fort agréable au marquis.

Peu de jours après, pour l’exercer davantage, il lui dit: “Mon peuple ne peut souffrir la fille que tu as enfantée, et moi qui veux vivre en paix avec eux, il faut que je condescende aux volontés publiques, pour être fait de notre fille chose qui ne me saurait être plus fâcheuse, mais à quoi je n’ai pas voulu consentir sans t’en donner avis, afin que tu supportes patiemment le mal.”

Quand le marquis eut achevé ce discours, qui était des glaives tranchants pour percer le cœur de cette dame, laquelle gémissant, mais sans témoigner sa tristesse, lui dit: “Vous êtes mon seigneur et mon époux: moi et ma pauvre fille nous vous sommes soumises, pour que vous disposiez de nous à votre volonté; car je vous ai si bien gravé dans mon cœur, qu’il n’y a que la mort qui puisse effacer votre image et votre mémoire.”

Comme le marquis envoya quérir sa fille par un de ses serviteurs, feignant de lui avoir donné commandement de la tuer, et comme il l’envoie à Boulogne chez sa cousine.

Quand le marquis eut ouï la réponse de sa femme, et considérant sa patience, il en fut joyeux, bien qu’il fît le fâché. Il se sépara d’elle, ayant averti un de ses serviteurs touchant ce qu’il devait faire envers la petite fille. Il l’envoya secrètement à sa femme, lequel faisant triste mine lui dit: “Madame, si je veux sauver ma vie, il faut que je fasse le commandement de mon maître; c’est pourquoi je vous prie de m’excuser à l’avenir ce que je ferai. Vous êtes trop sage, Madame, et trop clairvoyante pour ne pas connaître que c’est par l’ordre de Monseigneur, lequel veut être obéi en toutes choses, que j’entreprends cela. Il m’a commandé de prendre votre fille, et que je…” Et comme si la parole lui eût manqué, il ne dit plus mot.

Griseledis voyant cela, et la pâleur douce du serviteur, se souvenant bien des paroles que son mari lui avaient dites, ne doutait pas qu’on n’allât l’égorger. Elle prit donc courage, et forçant la nature, elle prit la fille, ayant un grand déplaisir en son cœur; et l’ayant quelque temps regardée, lui donna sa bénédiction. Le valet la porta à son maître, qui l’éleva soigneusement et l’endoctrina en toutes bonnes mœurs et honnêtetés comme il convient à la fille d’un grand seigneur.

Comme le marquis de Saluces voulut encore derechef éprouver la patience de sa femme, faisant semblant de vouloir tuer son fils.

Cette tempête passée n’apaisa point la rigueur que le marquis avait résolu de faire souffrir à sa femme. Bien que la seule croyance qu’elle avait que sa fille fût morte était suffisante pour lui crever le cœur et la mettre dans un désespoir, elle n’en témoigna aucun ressentiment; mais continua son amitié et service, faisant gaiement envers son mari ce qui était de son devoir, et ne parlait nullement de sa fille en sa présence ni en son absence. Le marquis ne lui en parlait point aussi, ains prenait garde à sa contenance, pour éprouver s’il trouverait en elle aucun signe de douleur. Ainsi ils passèrent quatre ans ensemble, au bout desquels la marquise accoucha d’un beau fils, dont le marquis fut bien aise, et tout le peuple aussi.

Quand il fut un peu grand et sevré, le marquis derechef ému de cruauté, et non content encore de ce qu’il avait fait, avec des paroles plus piquantes que devant, dit à sa femme avec fureur: “Tu sais bien qu’il y a longtemps que mes gentilshommes et mes sujets sont mécontents de notre mariage, et plus encore depuis que tu as eu des enfants qu’auparavant; et principalement depuis que tu as eu cet enfant, je n’ai pu vivre en aucune manière avec eux, murmurant sans cesse, et ne les ai jamais vus si dépités. Ils ont oublié leur devoir jusqu’au point de dire: ‘Il ferait beau voir que nous qui sommes gentilshommes, fussions gouvernés après la mort de notre prince par le fils de la fille à Janicole, d’un chétif paysan.’ Voilà les discours qu’ils tiennent de nous-mêmes; dont je suis contraint de te quitter et prendre une autre femme; c’est pourquoi tu te disposeras à cela.”

Griseledis ayant entendu cela fut fort affligée, et lui dit qu’il était maître d’elle et de faire ce qu’il jugerait à propos, ainsi que de son fils.

Comme le marquis faisait courir le bruit qu’il voulait épouser une autre femme.

Douze ans après que la fille du marquis fut née, il sembla au marquis que le temps fût venu pour faire la dernière preuve de la patience de sa femme. Il fit courir un bruit entre les siens qu’il voulait répudier Griseledis et épouser une autre femme.

La marquise sachant ceci, et voyant qu’elle devait retourner en la maison de son père pour garder les brebis, comme auparavant, et voyant qu’une autre femme aurait celui qu’elle aimait uniquement, sentit en soi-même un grand chagrin, se disposa à supporter celui-ci avec un visage arrêté, et se consolait, en attendant la miséricorde de celui qu’elle avait donné son cœur quand il épousa, pour en faire à sa volonté. “Quant au demeurant, dit-elle, je consens de retourner chez mon père finir ma vie, et céder la place à votre seconde épouse, et de vous laisser tous mes habillements, bijoux et anneaux, ne vous demandant que de me laisser une chemise.”

Comme Griseledis s’en retourna en chemise en la maison de son père.

Après que Griseledis, par ordre de son mari, se fut dépouillée de tout, et qu’elle eut dit tous ses adieux, elle sortit du palais en chemise, nus pieds et tête nue, et s’en retourna ainsi chez son père.

Le pauvre homme, qui n’avait jamais pu croire que le marquis eût réputé sa fille pour son épouse, ains avait toujours douté que quand son seigneur en aurait passé son envie il la renvoierait, s’attendant à toute heure de voir ce qu’il voyait, lui avait toujours gardé les vieux habits qu’elle avait quittés lorsque le marquis l’épousa, et n’en ayant point d’autres il les lui remit ainsi, en présence de plusieurs gens d’honneur qui l’avaient accompagnée, desquels le bonhomme avait plutôt entendu les cris que de sa fille. Elle prit son ancien habit, bien qu’il lui fût trop étroit, et sans montrer d’être fâchée remercia ceux qui l’avaient accompagnée, et leur ayant recommandé l’amour et l’obéissance de leur seigneur, se remit à faire de petits services en la maison de son père comme elle avait accoutumé.

Comme le marquis envoya quérir Griseledis pour lui faire garnir la chambre de sa nouvelle épouse.

Quand le marquis eut fait tout ceci, il fit entendre à tous ses sujets qu’il avait arrêté son mariage avec la fille du comte de Paniche, et faisant faire un grand apprêt pour la noce, il envoya quérir Griseledis, et étant venue il lui dit: “Ma future épouse doit arriver en peu de jours, c’est pourquoi je veux la recevoir honorablement avec toute sa compagnie. Tu sais bien que je n’ai personne ici qui sache bien orner des chambres et faire toutes choses nécessaires pour un tel sujet; ainsi je veux que toi, qui sais mieux les endroits du palais que toute autre, fasses tout ce que tu verras être nécessaire. Fais inviter tels seigneurs et dames que bon te semblera, et reçois tant les étrangers venus avec ma future épouse que ceux que tu auras invités, comme si tu étais encore dame de céans; et tous mes officiers t’obéiront; et après la consommation du mariage tu t’en retourneras chez ton père.”

Le jour des noces étant venu, bien qu’elle n’eût que ses pauvres habits sur le corps, elle reçut courtoisement et avec un gracieux visage tous les invités; et semblait bien à tous ceux qui la voyaient qu’elle était remplie d’une grande sagesse et prudence.

Comme le marquis envoya quérir ses enfants à Boulogne, feignant que sa fille fût celle qu’il voulut épouser, et comme Griseledis fut remise en honneur.

Le marquis ayant fait nourrir soigneusement ses enfants à Boulogne, sa fille étant déjà âgée de douze ans, et son fils d’environ six, avait envoyé son fidèle serviteur à Boulogne vers la comtesse de Paniche, la priant de dire qu’elle emmenait cette fille pour être femme du marquis de Saluces, et sans déclarer à personne aucunement qui elle était.

Le comte, pour faire ce que le marquis le priait, dans peu de jours se mit en chemin avec sa femme et lesdits enfants, et une grande compagnie; puis ayant donné avis par un courrier de son départ, arriva au jour assigné à Saluces environ midi, rencontrant ceux de la ville qui attendaient cette nouvelle marquise; dont chacun fut surpris de la beauté de cette jeune princesse, disant tous que le marquis ne perdait rien au change, et qu’elle était bien d’une autre condition que la fille de Janicole.

Les dames auparavant avaient instamment prié le marquis de permettre ou que Griseledis demeurât enfermée dans une chambre, ou de lui donner un des habits qui lui avaient servi autrefois, afin que, pour son honneur, celle qui avait été sa femme fidèle si longtemps, ne fût ainsi mal vêtue devant ces étrangers; mais il n’en voulut rien faire.

Griseledis ayant été longtemps dans la chambre avec la pucelle et son frère, ne se pouvait soûler de les regarder, admirant grandement la beauté de sa fille et sa bonne grâce. Le dîner étant prêt, Griseledis l’amena dans une salle, où elle fut assise au milieu des plus grandes dames du pays ou des autres de sa compagnie, tandis que Griseledis était occupée à mettre ordre que rien ne manquât.

 

Comme le comte et la comtesse de Paniche retournèrent en leur pays.

Après plusieurs jours de réjouissances et de divertissements, le comte et la comtesse de Paniche voulurent retourner en leur pays, étant bien aise de voir cette conjugalité remise; mais auparavant le marquis voulut les remercier des bons offices qu’ils lui avaient rendus, et leur fit de beaux présents. Et s’étant embrassés les uns les autres, ils partirent pour Boulogne, dont le marquis et les principaux de sa cour les conduisirent pendant six lieues.

  1. ou plutôt, selon Schröder, de la première édition. []
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search