Résolument Modernes (4) : “la magnificence…”

Chez Madame d’Aulnoy, le monde des fées est un univers aristocratique, élégant, où règnent politesse et bonnes manière, où l’on cultive l’art et le plaisirs de la cour : il est placé sous le signe de “la galanterie et la magnificence” (p. 93). On reconnaît dans ces deux mots l’inversion du célèbre incipit de La Princesse de Clèves. Le roman de Madame de Lafayette jouissait déjà d’un prestige tel1 , que l’effet d’intertextualité n’a pu échapper à la conteuse ; elle reprend quasiment la même tournure un peu plus loin dans notre volume (“la galanterie égalait la magnificence”, p. 250). L’adjectif “magnifique” est répété à trente-trois reprises dans notre corpus. Il signifie qu’il ne suffit pas aux nobles d’être riches : est magnifique “celui qui est splendide, somptueux, qui se plaît à faire dépense […]. C’est la principale qualité des princes d’être magnifiques”, explique Furetière. Il convient donc aux princes des contes, pour être dignes des fonctions qu’ils occupent, de faire montre de leur fortune.  La richesse, partout amplifiée et exaltée, s’étale aux yeux de tous : “L’on n’a jamais vu tant de richesses ensemble” (“La Princesse Printanière”, p. 140), et chez Perrault, les miroirs de la Barbe bleue sont “les plus magnifiques qu’on eut jamais vus” (p. 220). Si cette magnificence est aussi essentielle, c’est qu’elle constitue le signe extérieur d’une éthique : l’étalage ostentatoire des richesses est la face visible d’une morale de la dépense, de l’ostentation à laquelle la noblesse est astreinte pour soutenir son rang2

La “prétention aristocratique”, comme l’écrit Pierre Bourdieu dans La Distinction. Critique sociale du jugement (Paris, Éditions de Minuit, 1979), “s’affirme universellement par la destruction de richesses, la dépense ostentatoire, le gaspillage et toutes les formes du luxe gratuit” ; elle s’oppose ainsi à l’utilitarisme bourgeois, méprisable car il n’entend que les nécessités économiques. Nos contes galants et mondains affichent partout cette “prétention aristocratique”. Les objets d’art, si importants dans nos contes (livres et vitraux décorés dans “Le Rameau d’or”, p. 81, histoire gravée dans le cristal de roche, p. 61, tapisseries chez d’Aulnoy, p. 91 et chez Perrault, p. 188), valent par leur inutilité même comme forme parfaite de distinction, comme l’explique encore Bourdieu. Comme à Versailles, paraître à la cour des royaumes imaginaires exige de participer au déploiement du faste curial : la mise éclatante, le luxe, la consommation de prestige sont les marques qui révèlent les âmes bien nées, libérales, “généreuses” (p. 79 et 185), en un mot magnifiques et princières. La magnificence se déploie sans frein au cours des cérémonies, des réceptions d’ambassadeurs (“il n’y aurait rien de si beau que l’entrée de Fanfarinet”) ou des mariages comme celui de Toute-Belle, “grande fête” au cours de laquelle “on tapissa les rues, elles furent jonchées de fleurs, le peuple en foule accourut” (p. 223). La pauvreté n’est jamais désirable chez Madame d’Aulnoy. Contrairement aux héros de l’Astrée, qui avaient délibérément abandonné la cour pour mener une vie simple et modeste, Trognon/Brillante souffre de se voir réduite à l’état de simple bergère : “elle n’était plus qu’une bergère, et la perte de son rang ne laissait pas de lui être sensible” (p. 194). Dépenser sans compter, tel est le rêve d’un groupe social pour qui la consommation somptuaire est devenue indispensable au maintien de son standing. Plus largement, ce parti pris d’ostentation rejoint une conception théâtrale de l’existence, qui fait de la vie princière un spectacle dont palais et jardins constituent le décor scénique, et le couple héroïque, les acteurs privilégiés : la Belle endormie est décrite comme “le plus beau spectacle que [le prince] eût jamais vu” (p. 194)

Si la dépense est une vertu aristocratique, l’épargne, l’intérêt ou l’avarice, qualités bourgeoises, sont dans nos contes le propre des âmes viles, incapables de se distinguer, ignorantes des codes du savoir-vivre et de la civilité, étrangères aux plaisirs comme aux exigences de la vie de cour. Le père de Printanière, bien bourgeois et populaire, s’inquiète des frais entraînés par le mariage de sa fille, “qui nous coûte déjà si cher” (p. 145). Le divertissement principal du mariage de Toute-Belle consiste en un don de numéraires versés à un public incapable de goûter des divertissements plus raffinés (p. 224) : ces dons en espèce sont vulgaires et de mauvais présage. Mais ce sont surtout les adversaires qui font figure de contre-modèles, parce qu’ils s’opposent à la magnificence entendue comme “vertu qui consiste à dépenser son bien à des choses honorables” (Furetière). Truitonne, qui ne propose que cinq sols à Florine en échange des merveilles qu’elle lui offre, ne songe qu’à faire une bonne affaire (p. 127) : elle montre par là l’étendue de sa mesquinerie, et manifeste ainsi, par son attitude égoïste et vénale, qu’elle est indigne du trône qu’elle prétend occuper. Grognon, de même, ignore l’art exquis de la consommation gratuite  : elle thésaurise bourgeoisement ses trésors dans des tonneaux (p. 51), fait des “provisions” pour elle-même, soustrait pistoles et louis à l’échange, pour les entasser en vrac et jouir de leur seule possession. De telles créatures ne sauraient trouver place dans l’univers curial et s’en trouvent toujours exclus au dénouement des contes.

Au delà du cadre et du décor, les contes sont porteurs d’une vision du monde aristocratique, perpétuant les valeurs nobiliaires héritées du moyen-âge : esprit chevaleresque et courtois, sens de l’honneur, souci de la gloire et de la grandeur. Le prince de “La Belle au bois dormant” est “poussé par l’amour et par la gloire” (p. 192). Avenant, comme les chevaliers errants, vient sans espoir de récompense au secours du corbeau et du hibou, animaux réputés méprisables : il est, au sens cornélien du terme, “généreux” (p. 79), comme l’est aussi le prince Percinet, qui sauve sa maîtresse sans extorquer de contrepartie. Les vertueuses princesses, elles aussi, écoutent la voix du devoir. Elles se laissent conquérir à force de prouesses et d’exploits  : c’est pour complaire à la Belle aux cheveux d’or qu’Avenant triomphe de Galifron et des dragons, comme avant lui les chevaliers médiévaux. L’orgueil du sang reste plus que jamais de mise dans ce microcosme où les protagonistes sont du plus haut lignage : “Quatre ou cinq douzaines de princesses du sang” se pressent à l’ambassade de Fanfarinet (p. 141), comme le précise non sans hyperbole la conteuse. Raymonde Robert a insisté sur l’orgueil de caste qui traversait ces contes marqués par la morale nobiliaire : les récits-cadres donnent “l’image d’un groupe social restreint, orgueilleusement replié sur lui-même”3 , mais il en va de même à l’intérieur des récits. Toute-Belle, “destinée à porter une couronne” (p. 214) a “l’orgueil” propre à son rang (p. 215), et refuse les prétendants qu’elle juge indignes d’elle. Sa mère, certes soucieuse de trouver un mari à sa fille, s’inquiète néanmoins qu’elle puisse épouser “quelque chose au-dessous” d’elle (p. 215). Nadine Jasmin parle d’une “exacerbation de l’idéal nobiliaire”4 . Héros et héroïnes sont obsédés par le risque de mésalliance, dont le Nain menace lui-même Toute-Belle en la mettant au défi de préférer la mort (“Vous aurez au moins la gloire de mourir fille, lui dit-il, et de ne pas mésallier votre éclatant mérite avec un misérable nain tel que moi”, p. 220. ). Gracieuse, toute imbue de sa haute naissance, se sent outragée d’être courtisée par un simple page (“Quoi ! un page, s’écria la princesse, un page a l’audace de me dire qu’il m’aime ! Voici le comble à mes disgrâces.”). La reine des Météores reproche à Sans-Pair sa passion “disproportionnée” pour une “petite bergère” (p. 207), objection que le prince ne réfute pas sur le fond. Printanière manque de périr pour avoir suivi son cœur (“Je sais que vous n’êtes pas prince, vous me plaisez autant que si vous l’étiez”, p. 143) : la suite de l’histoire condamnera sa légèreté. La Belle aux cheveux d’or, symétrique de Printanière, épouse avec bonheur l’ambassadeur venu l’épouser au nom de son maître ; mais le conte souligne discrètement la gravité de la mésalliance : le géant Galifron a pour anagramme forligna. Le mot  suggère que la Belle s’est mariée au-dessous d’elle (“Forligner… on le dit particulièrement de ceux qui se sont mésalliés”, écrit Furetière). Plusieurs contes de Perrault semblent admettre plus de fluidité sociale : Cendrillon, fille de hobereau, épouse un prince, de même que l’héroïne des “Fées”, mais dans ce dernier conte, l’intention satirique est si forte qu’il serait imprudent de conclure à une sympathie plus grande de Perrault pour les unions socialement mixtes.

Mademoiselle, alias Elisabeth-Charlotte d’Orléans (1676-1744), fille de Madame et de Monsieur, aurait-elle inspiré “La Belle” et “Toute-Belle” ? Cliquer pour agrandir.

L’ombre des Grands de la cour flotte sur nos deux volumes, dédiés à deux princesses du sang, la Palatine et sa fille, Elisabeth-Charlotte d’Orléans. Madame d’Aulnoy n’oublie pas non plus, de faire sa cour à la nouvelle coqueluche de la cour, la jeune et brillante Marie-Adélaïde de Savoie, qui, à douze ans, en décembre 1697, devient l’épouse du duc de Bourgogne, petit-fils du roi et destiné à lui succéder un jour : Désirée “avait les mêmes attraits / Que fit briller Adélaïde, / Quant, l’hymen lui servant de guide, / Elle vint dans ces lieux pour cimenter la paix”, p. 258. La vivacité de la jeune Savoyarde égayait Versailles en ces années sombres, et réjouissait en particulier le roi qui rapidement ne put se passer de sa présence. “Il ne faut à votre Cour que de jolies personnes”, reprochait Magotine à la mère de Laideronette au seuil de “Serpentin Vert” : tels sont en effet les seuls habitants admis à fréquenter les palais de féerie. Aux princesses nommément désignées s’ajoutent de possibles allusions. Ute Heidmann5 voit dans “La Belle” un double d’Elisabeth-Charlotte, destinataire des Histoires ou contes du temps passé : en effet, malgré la noblesse de son lignage, “Mademoiselle était une victime de guerre”6 , condamnée par la situation internationale à rester célibataire le temps du conflit. A l’époque des contes, elle s’apprêtait, disait-on, à coiffer sainte Catherine. Le parallèle avec une princesse condamnée à “attendre cent ans pour avoir un époux”, “et toujours en dormant”, est effectivement très tentant. Est-il interdit de voir aussi des échos des relations entre la Palatine et sa fille dans les personnages royaux du “Nain Jaune” ? Toute-Belle, orgueilleuse, rejetant toutes les propositions par crainte de mésalliance, n’est pas sans entretenir aussi des ressemblances avec Elisabeth-Charlotte, dont le caractère était difficile et hautain, et que Madame d’Aulnoy désigne comme “destinée à porter une couronne” (p. 214): on reconnaît ici quasi les mêmes termes que ceux de l’épigraphe des Histoires ou contes du temps passé, “Je suis belle et suis née / Pour être couronnée”7 .

“On la voyait presque toujours vêtue en Pallas ou en Diane…”. Portrait de Mademoiselle, Élisabeth Charlotte of Bourbon-Orléans (1676-1744), en Diane, conservé au palais de chasse des Stupinigi. Merci à Constance Cagnat d’avoir signalé ce rapprochement.

L’acharnement de la reine à marier la princesse rappelle les tentatives désespérées de la Palatine pour trouver un parti à Elisabeth-Charlotte, jusqu’à jeter les yeux sur Guillaume d’Orange, roi d’Angleterre, principal adversaire de la France au cours de la Guerre de la Ligue d’Augsbourg. Cette alliance matrimoniale, évidemment, ne put se conclure. “Le Nain Jaune” relaterait-il de façon allégorique la tentative de mariage raté avec Guillaume d’Orange ? On peut en faire l’hypothèse : la répugnante créature n’est pas sans ressembler par la couleur à “l’Oiseau Jaune” qui désigne sans ambiguïté le roi d’Angleterre dans “Sans Parangon” de Préchac, conteur lui-même très lié aux Orléans8 . Par ailleurs, la mise en cause des prouesses sexuelles dont est capable le Nain (“elle m’aura jour et nuit auprès d’elle, beau, dispos et gaillard comme vous me voyez” est évidemment ironique, p. 218) fait écho aux rumeurs sur l’homosexualité de Guillaume d’Orange, et auxquels la Palatine contribua9 . L’histoire finira plus mal pour Toute-Belle que pour Mademoiselle : celle-ci finira par se marier après la guerre, à un âge avancé pour une princesse de l’époque, en 1698, avec Léopold Ier. Elle deviendra alors duchesse de la “cour souveraine de Lorraine”, créée la même année. Notons pour terminer que, dans “La Princesse Rosette”, l’expression puérile employée par la narratrice, “il n’y avait ni Monsieur ni Madame qui ne s’en retournassent contents”, p. 162) peut aussi renvoyer au frère du roi et à son épouse, la princesse Palatine.

Madame, alias Élisabeth-Charlotte de Bavière, d’après Hyacinthe Rigaud, 1713. Cliquer pour agrandir.


Citer ce billet
Tony Gheeraert (2021, 22 décembre). Résolument Modernes (4) : “la magnificence…” Le siècle des merveilles: Mme d'Aulnoy et Perrault. Consulté le 27 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rdud

  1. Madame de Lafayette est proposée en modèle par M.-J. Lhéritier, voir plus haut []
  2. Sur la magnificence, voir en particulier Nadine Jasmin, Mots et merveilles, op. cit., p. 248-259. []
  3. Le Conte de fées littéraire en France, op. cit., p. 350. []
  4. Nadine Jasmin, Mots et merveillesop. cit., p. 207 sqq. []
  5. Ute Heidmann, « Ces images qui (dé)trompent… Pour une lecture iconotextuelle des recueils manuscrit (1695) et imprimé (1697) des contes de Perrault », Féeries, 11 | 2014. URL : http://journals.openedition.org/feeries/937  []
  6. Arlette Lebigre, La Princesse Palatine, Paris, Albin Michel, 1986. []
  7. Texte malheureusement absent de notre édition : on se reportera à la section des illustrations et des textes originaux du présent blog. []
  8. Préchac était gentihomme ordinaire d’Orléans et avait été professeur d’espagnol de Marie-Louise. Voir notre édition des conteurs masculins de la fin du XVIIe siècle, Paris, Champion, 2005. []
  9. “Ce qu’on dit du roi Guillaume n’est que trop vrai, il change souvent de favori, après Bentick et Keppel, il en a un autre. Il n’y a rien d’étonnant que sa femme n’ait pas eu de rivale de son vivant. Ceux qui ont ces goûts-là se moquent pas mal des femmes”, la princesse Palatine est ici citée par Michel Larivière, Dictionnaire historique des homosexuel.le.s célèbres, 2017. []