Résolument Modernes (3) : “Miroirs” et “porcelaines”

L’âge du rococo, qui naît à la toute fin du XVIIe siècle et envahit l’Europe dans les décennies suivantes, correspondit précisément au siècle des contes. « Style décoratif du XVIIIe siècle », le rococo est « caractérisé par la profusion ornementale, le goût des courbes et des contrecourbes, des formes tourmentées, des couleurs variées », explique Raymonde Robert qui voit dans les contes de l’époque des échos du goût naissant pour le rococo1 . Les premiers ornemanistes qu’on associera plus tard au style “rococo” sont les exacts contemporains de nos conteurs : Jean Bérain père (1640-1711), qui donnera naissance au “style Bérain”, ou Pierre Lepautre (1652-1716), dont les réalisations exercèrent rapidement une influence internationale. 

Style Bérain. Cliquer pour agrandir.

Ces liens entre féérie et rococo ont été confirmés et approfondis récemment par Kim Gladu, qui souligne en particulier la relation étroite entre galanterie et rococo. Le conte est l’un des lieux où se manifeste le plus fortement cette intrication2. Rococo et galanterie partagent bien des points communs : à la surenchère décorative et à la délicatesse ornementale répond une littérature du plaisir, de la grâce, de la séduction, et de l’abondance stylistique.

La galanterie littéraire se plaira à mettre en scène certains des procédés esthétiques les plus répandus dans l’art rococo : une surabondance d’ornements décoratifs, une « galantisation » des thèmes mythologiques, une représentation de l’amour que marque la volupté et une idée du bonheur qui prend diverses formes, allant d’une nostalgie de l’âge d’or pastoral aux plaisirs bachiques de la sociabilité mondaine.3

Si l’esthétique rococo convient si bien au conte de fées, expliquait déjà Jean Starobinski dans L’Invention de la liberté, c’est que l’un comme l’autre sont associés au féminin et aux puérilités. « La vogue européenne du conte de fées […] accentue encore le climat d’enfantillage ou d’amenuisement dont le rococo s’accompagne »4 , et qui domine par exemple dans “La Princesse Rosette”, le plus infantile des contes de notre corpus, comme on l’a vu.

Bien des éléments décoratifs dans nos textes révèlent l’affinité entre nos contes et le style rococo ou style rocaille qui émergeait alors, et qui était appelé à dominer dans les intérieurs mondains pendant une grande partie du XVIIIe siècle. Pierreries, bibelots, dorures, décorations fleuries, grottes et rocailles, palais de cristal, gazons semés de rubis et d’émeraudes, volutes serpentines et arabesques sinueuses reflètent dans nos contes le goût pour une décoration d’intérieur luxueuse et intime, qui s’accorde avec un esprit galant placé de plus en plus sous le signe de l’hédonisme. Fraîcheur et grâce ingénieuse, volontiers teintées d’un érotisme délicat, sont autant de caractères qu’on retrouve, transposés, dans l’esthétique des contes de fées, qui sont comme des copies embellies, exubérantes et proliférantes, des mobiliers et des décors du temps. Notre corpus ne retient pas les extraordinaires “girandoles” de “La Chatte blanche”, chandeliers torsadés ornés de pendeloques dans le pur goût rococo ; néanmoins, nos contes ne manquent pas de nacre, de perles, de lustres, de lumière, et de mille exemples d’une ornementation superflue constitutive de l’esthétique rocaille.

Cabinet attribué à Pierre Gole (1670), conservé à Nostell Priory, et inspiré par le grand Cabinet réalisé pour Louis XIV, aujourd’hui disparu. Cliquer pour agrandir.

“La richesse des meubles” (“Le Rameau d’or”, p. 183), dont les tiroirs sont “en cristal de roche gravé, ou d’ambre, ou de pierres précieuses”, décorés de “nacre de perle” (p. 181) rappellent les marqueteries des ébénistes du roi travaillant aux Gobelins, André-Charles Boulle (1642-1732) ou Pierre Gole (1620-1684). On doit à ce dernier un “grand cabinet” que les factures des livraisons à la couronne décrivent en des termes semblables à ceux bientôt employés pour le mobilier des contes de fées, ainsi ce “fond d’ivoire à fleurs, oiseaux et papillons de bois de diverses couleurs…”5 . Les meubles ne sont pas moins somptueux chez Perrault, en particulier chez la Barbe Bleue, où l’on ne saurait compter le nombre et la beauté des tapisseries, des lits, des sofas, des cabinets, des guéridons, des tables et des miroirs” (p. 222). L’exotique sofa, au sens de canapé d’inspiration orientale, était si nouveau à l’époque, que Furetière ne retient pas cette acception du terme dans son Dictionnaire universel. Dans “Le Rameau d’or”, c’est toute la décoration intérieure qui se trouve envahie par un luxe rococo: “vestibule tout de porphyre”, “degré d’agate dont la rampe était d’or”, “salon tout de lapis” (p. 183).

Vase milanais en cristal-de-roche, entré dans la collection du roi avant 1673 et conservé aujourd’hui au musée du Louvre. Cliquer pour agrandir.

Dans “Le Nain Jaune”, les précieux “vases d’or d’un travail merveilleux”, voisinant “l’ambre gris”, “le corail”, et “les perles”, ou, dans “La Chatte blanche”, les “vases en cristal de roche” paraissent sortis tout droit de l’incroyable collection de vases de grand prix que possédait le Dauphin6 .

Reconstitution 3D par le Muséum national d’histoire naturelle du Diamant bleu. Cliquer pour agrandir.

Le “cœur d’un rubis gros comme un œuf d’autruche” (p. 97) peut avoir été inspiré par le “diamant bleu de la Couronne de France”, venu d’Inde, retaillé en forme de cœur dans les années 1670 par le bijoutier Pittau, et qui devait devenir l’un des plus fabuleux joyaux de la couronne de France jusqu’à sa disparition en 1792. La fourchette, apparue depuis peu sur les tables de la cour, rejoint chez Perrault la cuiller et le couteau dans le palais de la Belle (p. 186).

Théière en porcelaine tendre de Saint-Cloud (c’est-à-dire sans kaolin). L’objet représenté date de 1720, mais la manufacture commence à produire dès la fin du XVIIe siècle. Cliquer pour agrandir.

Il en va de même de la porcelaine, alors rare, coûteuse à faire venir de Chine, et complexe à fabriquer en occident à une date où l’on n’y incorporait pas encore de kaolin : il fallait donc éviter de les briser par maladresse, comme la princesse de “Riquet à la houppe”, qui “n’eût pu ranger quatre porcelaines sur le bord d’une cheminée sans en casser une” (p. 276).

 

Les contes reflètent ainsi la « pullulation » contemporaine « des menus objets : bibelots venus de Chine, porcelaines décoratives, bonbonnières, tabatières miniatures. »7 . La porcelaine, dont le secret sera bientôt percé en Europe, est appelée à proliférer encore bien davantage dans la féérie du XVIIIe siècle : “L’origine des Pagodes”, conte de 1731, raconte ainsi l’histoire d’un prince métamorphosé en pot à thé.

 

Les grands miroirs, dont nous parlions à la fin du billet précédent, constituent la pièce rococo par excellence, surtout lorsqu’ils sont finement décorés, comme ceux de la Barbe bleue, où l’on trouve

des miroirs où l’on se voyait depuis les pieds jusqu’à la tête, et dont les bordures, les unes de glace, les autres d’argent et de vermeil doré, étaient les plus belles et les plus magnifiques qu’on eût jamais vues. (p. 220)

Les motifs floraux constituent un autre élément très présent dans la décoration rococo, qui se plaît aux motifs végétaux exubérants, comme ces “feuilles d’émeraude” sur la couronne de Gracieuse (p. 52). Plus généralement, c’est la nature tout entière qui s’artificialise et devient décoration rococo : rien de moins naturelle que la végétation des contes. Les plantes n’y sont que des bibelots en forme de végétaux, ainsi dans “Le rameau d’or”, où le rameau apparaît tout « chargé de rubis qui formaient des cerises » (p. 184 et de nouveau p. 211). Lorsque Grillon, Sauterelle et Souris parviennent au rameau enchanté, ils découvrent un jardin artificiel et minéral, dont les fleurs sont de pierres précieuses, et dans lesquels l’on reconnaît le goût du rococo pour la minéralisation des motifs « naturels ». 

Ils arrivèrent ainsi au Rameau d’Or. Il était planté au milieu d’un jardin merveilleux ; au lieu de sable, les allées étaient remplies de petites perles orientales plus rondes que des pois ; les roses étaient de diamants incarnats, et les feuilles d’émeraudes, les fleurs des grenades, de grenats ; les soucis, de topazes les jonquilles, de brillants jaunes ; les violettes, de saphirs les bluets, de turquoises ; les tulipes, d’améthystes, opales et diamants (p. 210)

Les animaux n’ont pas plus de réalité biologique dans cette nature factice : le papillon, animal rococo qui figurera bientôt sur les tentures de Chantilly8 , n’est qu’un matériau décoratif entre les mains des artistes habiles : ainsi les tailleurs et couturières qui confectionnent la tenue de Printanière, vêtue d’une “jupe d’ailes de papillons d’un travail merveilleux”. Le motif réapparaît ailleurs dans le corpus, ainsi dans “La Chatte blanche”, le plus rococo des contes de Madame d’Aulnoy, où les ailes délicates servent à la décoration du palais, et qui constituent comme des fleurs superlatives, selon un procédé qui s’apparente à ces métaphores au carré décrites par Jean Rousset dans Circé et le paon9 :  « tout était tapissé d’ailes de papillon, dont les diverses couleurs formaient mille fleurs différentes ». De même, dans « Le Prince Marcassin », le gazon naturel sur lequel la princesse pense être couchée est-il en fait un matelas : « ce lit qui vous paraît de mousse est d’excellent duvet et de fine laine ». Chez Madame d’Aulnoy, l’art imite la nature, et non l’inverse, comme le montrent les « bouquets de pierreries qui imitaient la couleur des fleurs », offertes par l’Oiseau bleu à Florine (p. 109).

La nature dans les contes n’entretient en rien un rapport mimétique avec l’humble réalité des champs et des bois : elle n’est qu’un décor factice en style rocaille, qui a pour effet de transformer le conte tout entier en objet d’art décoratif.

Le rococo n’est pas seulement un cadre dans lequel s’insère une narration : il existe un rapport d’homologie entre style décoratif et esthétique des contes, bien remarqué par Raymonde Robert10 , perceptible par exemple dans les longues descriptions inutiles à l’action, sans réelle fonction narrative, et qui sont l’équivalent littéraire des surcharges décoratives des architectures rocaille, purement ornementales et qui ne visent qu’au pur plaisir.

Prolongements

Raymonde Robert, “Décor de la féerie, féerie du décor”, in Le Conte de fées littéraire en Franceop. cit., p. 371-388.

Kim Gladu « Féerie du décor », in La grandeur des petits genres. L’esthétique rococo à l’âge de la galanterie, sous la direction de Kim Gladu, Hermann, 2019, p. 213-229, URL: https://www.cairn.info/la-grandeur-des-petits-genres–9782705694722.htm

Pour une discussion récente sur la pertinence de la notion de “rococo”, voir Floriane Daguisé, “Le rococo : une coquille vide ? Pertinence et impertinence d’une construction historiographique”, en ligne sur le carnet du “Séminaire XVII”: https://seminaire17.hypotheses.org/80

 



Citer ce billet
Tony Gheeraert (2021, 19 décembre). Résolument Modernes (3) : “Miroirs” et “porcelaines” Le siècle des merveilles: Mme d'Aulnoy et Perrault. Consulté le 22 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rduc

  1. Voir le chapitre que Raymonde Robert consacre à cette question dans son Conte de fées littéraire en France, op. cit., p. 379 sqq. []
  2. Gladu Kim, La grandeur des petits genres. L’esthétique rococo à l’âge de la galanterie. Hermann, « Les collections de la République des Lettres », 2019. []
  3. Kim Gladu, ibid., “Féerie du décor” []
  4. Jean Starobinski, L’Invention de la liberté, Skira, 1964 p. 23; reparu chez Gallimard. []
  5. Théodor Herman Lunsingh Scheurleer, Pierre Gole, ébéniste de Louis XIV, Editions Faton, 2005. []
  6. Voir Stéphane Castelluccio, “La collection de vases en pierres dures du Grand Dauphin”, Versalia. Revue de la Société des Amis de Versailles, 2001, 4, p. 38-59. []
  7. Jean Starobinski, L’Invention de la liberté, Skira, REF, p. 23. []
  8. Voir Kim Gladu, ibid. []
  9. J. Rousset, Circé et le paon. La littérature baroque en France, Paris, J. Corti, 1954. []
  10. Le Conte de fées littéraire en France, op. cit., p. 376. []