Résolument Modernes (1)

Le premier âge d’or du conte de fées littéraire en France (1690-1700) correspondit à peu près à la période qui vit s’affronter les Anciens et les Modernes : c’est ainsi entre 1688 et 1697 que Perrault publia les quatre volumes de son imposant Parallèle des Anciens et des Modernes1. Pourtant, pendant longtemps, les lecteurs des contes n’accordèrent pas grande importance à la coïncidence de ces deux chronologies. Sainte-Beuve estimait même que les contes entraient en contradiction complète avec les principes Modernes ailleurs professés par Perrault :

Si j’osais revenir, à propos de ces contes d’enfants, à la grosse querelle des Anciens et des Modernes, je dirais que Perrault a fourni là un argument contre lui-même, car ce fonds d’imagination merveilleuse et enfantine appartient nécessairement à un âge ancien et très antérieur.2

Surprenant aveuglement, que Sainte-Beuve corrigea quelque peu dix ans plus tard  : ”[Perrault] réussit mieux à servir la cause des Modernes, en montrant, par ses contes naïfs, qu’eux aussi ils possèdent un merveilleux qui n’a rien à envier à celui des Anciens”3 . Mais malgré cette volte-face partielle, la “Modernité” de Perrault n’arrêta guère Sainte-Beuve : pour lui, les Histoires ou contes du temps passé, pure transcription du fonds folklorique, possédaient un statut à part, bien distinct du reste de la production de l’Académicien. Ainsi que nous l’avons vu, l’auteur des Lundis croyait à tort que Perrault n’avait été que “secrétaire” des mères-grands. Il eût été vain, pour les tenants de cette approche ethnographique, de chercher dans ces contes donnés comme traditionnels l’écho des différends qui agitaient l’élite littéraire parisienne.

Il fallut attendre longtemps pour que l’on se décidât à admettre l’évidence : l’impact éventuel du folklore patoisant sur les contes de fées de la fin du XVIIe siècle restera toujours de l’ordre de la conjecture ; en revanche, l’influence sur ce corpus des débats littéraires de l’époque, dans lesquels Perrault joua l’un des premiers rôles, n’est que trop assurée. Le conte de fées littéraire français, en particulier tel qu’il était pratiqué par les conteuses, reflétait les aspirations propres aux milieux mondains et aux salons : une société élégante et aristocratique y favorisait une littérature plaisante et enjouée, sous l’égide de femmes brillantes, comme Madame de Rambouillet (1588-1665), qui recevait dans sa Chambre Bleue, ou la romancière Madeleine de Scudéry (1607-1701), qui donnait rendez-vous le samedi aux meilleures plumes de Paris. La préférence des dames, peu férues de culture latine, allait aux opéras de Quinault et Lully, aux romans, aux pièces de circonstance, ou encore aux tragédies galantes de Thomas Corneille4 , dans lesquelles les sentiments délicats primaient sur la fureur et la terreur. Les maîtresses des salons dictaient le goût  et régnaient en souveraines sur le monde des lettres, assurant le succès ou l’échec des artistes et des écrivains, aussi bien que le triomphe ou la chute des pièces de théâtre. Racine, qui s’employa à séduire ce public en composant Andromaque et plus encore Bérénice (1670)  ne s’était pas mépris sur l’ascendant exercé par ce milieu sur la vie littéraire. Elles-mêmes prenaient volontiers la plume, en cette période qui fut celle de la “naissance de la femme de lettres”5 . Delphine Denis 6 et Alain Viala ont imposé le terme de culture galante pour définir ce mouvement littéraire placé sous le signe de l’agrément, dont Voiture, Pellisson, Sarasin, mais aussi Mademoiselle de Scudéry ou encore la comtesse de La Suze ont fixé le modèle ; l’art de converser, mêlant avec exigence humour et urbanité, était au cœur de cette sociabilité mondaine et lettrée. Davantage qu’un simple courant littéraire, la galanterie tendait à établir un modèle de société, ou plutôt de ce que les sociologues appellent aujourd’hui de “vivre-ensemble” : il s’agissait de trouver les conditions propres à assurer une cohabitation heureuse entre individus, et en particulier de régir harmonieusement les relations entre les genres. Les femmes y jouaient un rôle décisif : elles avaient pour mission de dégrossir les hommes — de les “débrutaliser”, comme disait Madame de Rambouillet –, pour leur faire acquérir politesse et civilité. On y parlait d’amour, on y disséquait à l’infini les mille nuances du sentiment amoureux, afin de sublimer la sauvagerie du désir : la galanterie servait ainsi au processus de civilisation des mœurs identifié par Norbert Elias7 , et dans lequel Perrault avait déjà repéré le rôle éminent joué par les femmes :

Peux-tu ne pas savoir que la civilité
Chez les femmes naquit avec l’honnêteté ?
Que chez elles se prend la fine politesse,
Le bon air, le bon goût et la délicatesse ?8 

Le terme de galanterie, revendiqué par les contemporains, explique Viala, est préférable à d’autres, comme Préciosité, chargé de connotations péjoratives, même si les deux mots renvoient à des réalités très proches. Si Madame de Rambouillet ouvre les portes de son salon dès le début du règne de Louis XIII, ce sont les années 1650 qui virent la première “floraison” de cette “France galante”9 . Le Mercure galant, dirigé par Donneau de Visé, en devint très vite l’organe de presse privilégié, assurant la “dissémination” (A. Viala) de la galanterie à travers tout le royaume. Les abonné(e)s, chaque mois, recevaient en effet un fort volume composé de nouvelles, de poèmes, de comptes rendus des parutions récentes, parfois de récits d’actualité. Le Mercure galant constitua aussi l’un des principaux canaux de la pensée Moderne, galanterie et “modernité” étant inséparables. J’ai eu l’occasion l’an dernier, dans le carnet d’Agrégation consacré à Boileau, d’expliciter les termes et les enjeux de ces polémiques dans les années 1670 : je me contenterai donc ici d’y renvoyer le lecteur bénévole (“Mondains et modernes: menace d’une hégémonie galante“). Dès cette période, les principaux points du débat étaient déjà en discussion : valeur des Anciens et nécessité ou non de les imiter ; supériorité du latin ou du français ; privilège accordé au merveilleux chrétien ou païen.

Le succès de l’Art poétique de Boileau, en 1674, donna quelque répit aux Anciens, mais la Querelle reprit, plus vive que jamais, le 22 janvier 1687, lorsque Charles Perrault fit lecture à l’Académie française du Siècle de Louis Le Grand, où il prononça un retentissant éloge du roi. Boileau furieux, quitta la séance. Non qu’il se distinguât sur le fond de son collègue et prétendît priver le monarque des louanges que nul n’aurait alors songé à lui refuser. Mais sur la forme, l’auteur de L’Art poétique reprochait à Perrault de donner une préférence absolue au “siècle de Louis” sur le “siècle d’Auguste”, c’est-à-dire du temps présent sur la plus belle période de la latinité : 

La docte Antiquité dans toute sa durée
À l’égal de nos jours ne fut point éclairée
Et l’on peut comparer sans craindre d’être injuste,
Le Siècle de LOUIS au beau Siècle d’Auguste.

Les  Modernes tenaient la position la plus facile : partisans de l’agrément, soucieux de briller, ils célébraient dans tous les domaines – techniques, moraux, artistiques et littéraires – un progrès qui devait selon eux culminer avec leur siècle, sous le règne du plus grand des rois. Les œuvres de l’Antiquité, composées dans l’enfance de l’humanité, leur paraissaient maladroites, malséantes, incapables de plaire aux habitués des cercles mondains. Ce public préférait aux œuvres des anciens les créations contemporaines, dans lesquelles il voyait le point d’aboutissement d’une évolution qui parvenait alors, estimait Perrault, à son point de perfection insurpassable.

La partie des Anciens, plus ou moins rassemblés autour de Boileau, était moins aisée et moins séduisante : héritiers du grand humanisme de la Renaissance, ils défendaient une conception de la littérature plus haute, soucieuse de former l’esprit et d’élever l’âme, en s’appuyant sur les œuvres latines et grecques. L’imitation raisonnée des modèles antiques leur semblait aussi la voie la plus sûre pour toucher profondément le cœur. Ils s’effrayaient de l’hégémonie galante, qui privilégiait à leurs yeux le badinage et la facilité, et mettait ainsi en péril la dignité et l’ambition des belles lettres,  au plan esthétique mais aussi moral, comme cœur même de la formation de l’individu.

Il était sans aucun doute assez tentant pour les Modernes de faire la satire de ces Anciens, décrits comme d’ennuyeux pédants crispés sur un culte poussiéreux de l’Antiquité : dans le Parallèle de Perrault, le Président, censé incarner la voix des Anciens, est ridiculisé d’un bout à l’autre des dialogues. La réalité était bien plus complexe, comme l’a montré Marc Fumaroli dans la préface de l’anthologie publiée en collection Folio10 . La Querelle des Anciens et des Modernes ne fut en rien l’épisode d’une lutte éternelle des vieux contre les jeunes, où les seconds incarneraient le sens de l’Histoire et s’opposeraient aux premiers, barbons recroquevillés sur leurs positions et leurs privilèges. En réalité, c’était plutôt le contraire : les galants, soutiens indéfectibles du trône, et dont les œuvres badines ne paraissaient guère menaçantes, étaient vus d’un bon œil par le pouvoir politique, qui les laissait en paix ; c’est d’ailleurs à Perrault lui-même, pendant vingt ans (1663-1683), que revint la tâche de fixer la liste des pensionnés bénéficiant de subventions royales : l’on se doute bien de quel côté penchaient déjà les préférences du futur conteur. La Querelle des Anciens et des Modernes n’était en rien un débat d’idées abstrait et décroché de toute réalité concrète : au delà de deux visions de la littérature, c’étaient deux conceptions du rôle de la culture dans la société qui s’affrontaient, sur fond de rivalité pour obtenir des pensions du roi et des places dans les Académies. Non seulement la mode des contes n’aurait pu rester à l’écart de ces polémiques, mais les contes de fées galants et mondains furent précisément inventés dans ce contexte, tout exprès pour servir la cause des Modernes.

On doit au “tournant littéraire” des années 1980 d’avoir révélé cette dimension idéologique et polémique d’un genre dont la légèreté n’est qu’apparente, et qui entretient en réalité un dialogue serré avec les points théoriques alors débattus par les partisans de l’un et l’autre camp.

  • En 1982, dans un article déjà plusieurs fois mentionné dans le présent carnet, Marc Fumaroli décela dans Les Fées l’affirmation d’une contre-culture féminine, moderne, médiévale, française et “naïve” (au sens de “naturel”), contre la culture officielle des collèges, latine, antique, érudite, âpre et triste.11 . Dans ce contexte, les femmes se trouvent détentrices et protectrices de cette “mémoire” occultée, méprisée, qui mêle  sans doutes des traditions populaires orales, mais aussi les souvenir des romans médiévaux traversés par le merveilleux, l’héroïsme, les amours courtoises, et les enchantements : “les mères et les mères-grands” sont les gardiennes de cette culture autochtone menacée d’effacement; c’est grâce à elles qu’on en “gardera la mémoire” (p. 157).
  • La même année, Raymonde Robert vit dans les contes le rêve d’une société aristocratique hantée par le modèle chevaleresque  et l’éthique nobiliaire, alors menacés par l’affairisme bourgeois qui avait pris les rênes du royaume12 .
  • Dès 1987, Jules Brody pouvait considérer sans paradoxe “La Belle au bois dormant” comme un conte “agressivement moderne”.13  
  • En 1995, développant des points soutenus dans sa thèse de 1987, Anne Defrance montrait que Madame d’Aulnoy, en “auteure moderne”, détournait la mythologie de son usage traditionnel14 
  • Nadine Jasmin, dans sa thèse soutenue en 1999 sur Madame d’Aulnoy, intitulait un long chapitre “Du côté des Modernes  : l’esthétique mondaine”15
  • En 2004, Gérard Gélinas voyait dans “Peau d’Âne” un “piège à multiples facettes” tendu au chef de file des Anciens, Nicolas Boileau16 
  • Marc Escola, en 200617 estimait que : “A l’évidence, le projet des contes […] est lié dans l’esprit de Perrault […] à cette Querelle qui fut la grande affaire de sa vie”.

La plupart des chercheurs, aujourd’hui, explorent avec succès ces pistes et révèlent que les contes de notre corpus, ceux de Perrault comme ceux de Madame d’Aulnoy, constituent des pièces essentielles de la Querelle : Constance Cagnat montre que des proverbes sont dissimulés dans les contes afin d’exercer la sagacité des lecteurs (nous l’avons vu) ; Ute Heidmann considère que Perrault “reconfigure”, à des fins de parodie ou de mise à distance, l’héritage littéraire latin18 .

Est-ce à dire que les contes de fées sont des œuvres à thèse ? Nous verrons qu’il convient d’être prudent envers ces textes dont nous avons déjà pu mesurer la complexité. L’allégeance de Madame d’Aulnoy à la cause des Modernes est certes facilement perceptible (satire aimable de l’Antiquité, célébration d’une éthique et d’une esthétique enjouées et galantes, promotion d’un certain type de figures féminines) ; Perrault ne manque pas de son côté de rappeler qu’à Paris “les femmes y sont souveraines” (p. 89). Mais certaines dissonances empêchent de réduire nos œuvres à des échantillons de littérature engagée en faveur d’une cause galante et/ou Moderne. Plus d’un demi-siècle après le triomphe de Madame de Rambouillet et de Mademoiselle de Scudéry, la galanterie devient, dans nos contes de la fin du siècle, bien davantage le lieu d’une interrogation que celui d’une simple glorification.

Ces questions de la galanterie et de la “Modernité” nous occuperont dans les prochains billets, où nous aborderons trois thèmes assez proches : le goût aristocratique et l’esthétique galante et mondaine ; la place de la mythologie et de la culture antique ; enfin la promotion d’un certain type de figures féminines.

Abraham Bosse, “Les Femmes à table en l’absence de leurs maris”, v. 1636. Eau-forte.
  1. Voir en ligne l’édition de Delphine Reguig déjà citée : https://parallele-anciens-modernes.huma-num.fr/integral/ []
  2. C.-A. Sainte-Beuve, Causeries du lundi, Paris, Garnier Frères, troisième édition, t. V, s.d., 29 décembre 1851, p. 273. []
  3. C.-A. Sainte-Beuve, Nouveaux Lundis, Paris, Calmann-Lévy, sixième édition, t. I, 1884, 23 décembre 1861, p. 296-314. []
  4. Sur ce genre, voir Carine Barbafieri, Atrée et Céladon. La galanterie dans le théâtre tragique de la France classique (1634-1702), Presses universitaires de Rennes, 2006. []
  5. Myriam Dufour-Maître, Les Précieuses. Naissance des femmes de lettres en France au XVIIe siècle, nouvelle édition corrigée et augmentée, Paris, Champion, 2008. []
  6. Le Parnasse galant, Paris, Honoré Champion, 2001. []
  7. Norbert Elias, La Civilisation des mœurs, 1939, trad. fr. 1973, rééd. Calmann-Lévy, coll. « Liberté de l’esprit », 1991. []
  8. Charles Perrault, L’Apologie des femmes, Paris, Coignard, 1694, url: https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k108213g.image []
  9. Pour reprendre le titre de l’ouvrage d’Alain Viala consacré à cette question: La France galante
    Essai historique sur une catégorie culturelle, de ses origines jusqu’à la Révolution, Paris, P.U.F., 2008. []
  10. La Querelle des Anciens et des Modernes (XVIIᵉ-XVIIIᵉ siècles). Précédé de Les abeilles et les araignées, essai de Marc Fumaroli, édition d’Anne-Marie Lecoq. Postface de Jean-Robert Armogathe, Collection Folio classique (n° 3414), 2001. []
  11. “Les Enchantements de l’éloquence”, art. cit. []
  12. Le Conte de fées littéraire en France, op. cit. []
  13. Jules Brody, « Charles Perrault, conteur (du) moderne » in D’un Siècle à l’autre. Anciens et modernes. Actes du XVIe colloque du C.M.R. 17, Marseille, C.M.R. 17, 1987, p. 79-90. []
  14. Anne Defrance, « Écriture féminine et dénégation de l’autorité : les contes de fées de Madame d’Aulnoy et leurs récits-cadres » Revue des Sciences Humaines, Presses universitaires du Septentrion, 1995, “Auteur, autorité sous l’Ancien Régime” (dir. Pierre Malandain), p. 111-126. []
  15. Mots et merveilles, op. cit., p. 125-205. []
  16. Enquête sur les contes de Perrault, Imago, 2004. []
  17. Marc Escola commente Contes de Charles Perrault, Foliothèque, 2006, p. 34. []
  18. Voir les références de ses travaux en page de bibliographie. []