“Des livres sérieux, de galants, d’historiques” : bibliographie estivale

Par où pénétrer dans le royaume des fées ? Que lire en priorité pendant la période estivale ? Je vous propose une sélection de références classées en fonction des différentes questions littéraires que sont susceptibles de soulever les œuvres au programme.

Lectures complémentaires indispensables

Pour les raisons énoncées dans un précédent billet, il sera nécessaire de lire un peu plus que le corpus stricto sensu au programme.

De Charles Perrault, il convient a minima de lire, outre les huit contes au programme, Grisélidis, Peau-d’Âne et Les Souhaits ridicules (p. 83-170 du volume édité par C. Magnien), publiés en recueil par Perrault en 1694-1695. On pourra éventuellement et facultativement, se reporter à l’édition des Contes en collection Champion classiques (éd. T. Gheeraert), cliquez ici pour suivre le lien chez l’éditeur (mais elle recoupe sur bien des points l’édition de Mme Magnien).

De Madame d’Aulnoy, il faut lire au moins une fois l’ensemble des contes, dans l’édition en deux volumes procurée par Nadine Jasmin:

Le premier tome de cette édition est précédé de deux introductions essentielles  :

  • l’une, de Raymonde Robert, porte sur le siècle des contes de fées (1690-1790);
  • la seconde, de Nadine Jasmin, constitue une excellente présentation de l’œuvre de Mme d’Aulnoy.

A noter que cette édition est également disponible en un seul volume cartonné, et fort onéreux : Contes des fées. Suivis des Contes nouveaux ou les Fées à la mode, édition critique établie par Nadine Jasmin, Paris, Honoré Champion, “La Bibliothèque des génies et des fées”, 2004, 1216 pages. Cliquez ici pour suivre le lien chez l’éditeur. Si ces ouvrages sont inaccessibles, vous pouvez trouver les contes de Mme d’Aulnoy sur Gallica, précédés d’une présentation par Martine Reid: https://gallica.bnf.fr/essentiels/aulnoy

Des contes (et) des fées

Les textes au programme posent des problèmes génériques épineux mais passionnants. Le titre même des contes en prose manifeste l’ambiguïté du genre pratiqué par Perrault, “Histoires ou contes”: les deux mots n’étant pas nécessairement synonymes, le titre introduit un jeu qui autorise (et même encourage) des dérapages interprétatifs. Ailleurs, Perrault désigne ce type de récits comme des “fables”: les moralités finales, ironiques, ont-elles pour objet de légitimer le conte en le rapprochant de la fable, sur un modèle lafontainien, ou au contraire de l’en distinguer en affirmant une poétique originale et des enjeux nouveaux, et partant marquant sa différence avec les “fables et contes” de La Fontaine ? Chez Mme d’Aulnoy, l’hybridation générique tend plutôt à assimiler le conte à la nouvelle, voire au roman.

Pour un premier panorama sur le genre du conte, considéré par rapport à des genres voisins comme la fable et la nouvelle, on pourra se reporter à l’ouvrage ci-dessous de J-P. Aubrit ainsi qu’à l’article suivant de Marc Escola, qui explique la proximité entre le pacte de lecture du conte et celui de la fable, soumis au même régime distancié de fictionnalité.

Sur l’histoire des fées, on consultera la thèse de Laurence Harf-Lancner, Morgane et Mélusine, parue chez Champion, ou l’ouvrage suivant, plus facile d’accès :

  • Laurence Harf-Lancner, Le Monde des fées dans l’occident médiéval, coll. “La vie quotidienne”, Hachette 2003.

La mode du conte de fées à la fin du XVIIe siècle

On ne saurait comprendre l’entreprise de Perrault et d’Aulnoy sans prendre en compte la vogue du conte qui marqua la dernière décennie du XVIIe siècle. En tout, sous la plume d’une douzaine d’auteurs identifiés, femmes et hommes, et de quelques anonymes, une centaine de contes éclosent en quelques années. Le conte ne disparaît pas après cette première “vague” qui s’achève vers 1700 : comme l’ont montré J. Barchilon, R. Robert et plus récemment J.-P. Sermain, le conte de fées, métamorphosé et volontiers libertin, fleurit jusqu’à la Révolution française, et même au-delà. Rien ne serait plus erroné que de considérer Perrault et Mme d’Aulnoy comme des conteurs isolés : il convient de prendre la mesure de cette bouffée féerique qui s’empare de la France des années 1690, et de connaître quelles furent ses principales caractéristiques. A cette fin, je recommande la lecture des deux ouvrages suivants, qui situent Perrault et Mme d’Aulnoy dans la grande forêt des contes “classiques”:

  • Raymonde Robert, Le Conte de fées littéraire en France : de la fin du XVIIe à la fin du XVIIIe siècle [1982], Paris, Champion, 2000.
  • JP Sermain, Le Conte de fées du classicisme aux lumières, Desjonquères, 2005.

On pourra ensuite consulter, pour compléter:

  • Sophie Raynard, La Seconde Préciosité. Floraison des conteuses de 1690 à 1756, Biblio 17, 2002
  • Jacques Barchilon, Le Conte merveilleux français de 1690 à 1790, Paris, Champion, 1975.
  • Mary-Elizabeth Storer, La Mode des contes de fées, Paris, Champion, 1928.
  • Catherine Velay-Vallantin, L’Histoire des contes, Fayard, 1992.

Pour se reposer de ces lectures fort sérieuses, on pourra feuilleter avec grand profit l’exposition virtuelle de la BNF : http://expositions.bnf.fr/contes/index.htm.

Sur les contes de Perrault

Depuis 1968, et la thèse de Marc Soriano, Perrault n’a plus bénéficié de monographie littéraire un peu complète. Nous disposons heureusement d’un essai biographique récent, ainsi que d’excellents ouvrages ponctuels et de grande qualité sur les contes sont disponibles, par exemple : 

  • Patricia Bouchenot-Déchin, Charles Perrault, Paris, Fayard, 2018.
  • Marc Escola, Contes de Charles Perrault (Essai et dossier), Collection Foliothèque (n° 131), Gallimard, 2006.
  • Eric Tourrette, Charles Perrault, Bréal, 2006.
  • Tricentenaire Charles Perrault. Les grands contes du XVIIe siècle et leur fortune littéraire, dir. Jean Perrot, Paris, In Press, 1998. (contient des contributions essentielles sur Perrault mais aussi sur Mme d’Aulnoy)
  • Michèle Simonsen, Michèle Simonsen : Perrault : Contes. Coll. « Études littéraires ». 1992 (en ligne : (https://www.cairn.info/perrault–9782130443605.htm)
Sur les contes de Mme d’Aulnoy

Deux monographies sont à mon sens prioritaires :

  • Anne Defrance, Les contes de fées et les nouvelles de Madame d’Aulnoy, Droz, 1998. 
  • Nadine, Jasmin, Naissance du conte féminin. Mots et Merveilles : les contes de fées de Madame d’Aulnoy (1690-1698), Champion, 2002.

La bibliographie de Constance Cagnat est riche et complète jusqu’à la date de publication de l’édition : on s’y reportera, d’autant qu’elle couvre aussi partiellement les références perraldiennes. Il serait fastidieux de recenser ici la liste des excellents articles qui figurent dans la revue Féeries : il suffit de se reporter au site de la revue pour en consulter la table (https://journals.openedition.org/feeries). Quelques contributions mériteront dès cet été une grande attention: 

La (fausse ?) “piste du folklore”

Dans le troisième quart du XXe siècle, au moment où la culture populaire suscitait le plus vif intérêt des chercheurs, la voie du folklore paraissait la plus prometteuse et suscita un engouement pour Perrault  : anthropologues et ethnologues montraient alors que les contes littéraires relevaient de vastes ensembles narratifs internationaux, et qu’il convenait de lire Perrault à la lumière de ces massifs. Marc Soriano, dont l’ouvrage Les Contes de Perrault est référencé plus haut, fut le plus fameux parmi les chercheurs qui s’engagèrent sur ce chemin, et suivit la “piste du folklore”1. Parmi les autres ouvrages qui peuvent nous guider dans cette lecture, retenons:

  • Marc Soriano,  Les Contes de Perrault. Culture savante et traditions populaires [1968], Paris, Gallimard, Tel, 1978.
  • Le Conte populaire français. Catalogue des versions de France, par P. Delarue et Marie-Louise Tenèze, dont la première édition remonte à 1957, n’est disponible qu’en bibliothèque. Il comporte de précieuses fiches sur l’ensemble de nos contes tirés du folklore, et situe, conte par conte, Perrault et Mme d’Aulnoy par rapport aux traditions populaires. Soriano s’est abondamment appuyé sur ce Dictionnaire qui reste un usuel de référence pour quiconque s’intéresse au conte de fées aujourd’hui.
  • Michèle Simonsen, Le Conte populaire, PUF, 1984.
  • Nicole Belmont, Poétique du conte. Essai sur le conte de tradition orale, Paris, NRF/Gallimard, 1999 (avec de belles pages en particulier sur la confrontation entre la Barbe bleue du folklore et le conte de Perrault)

Comme exemple de brillante lecture ethnologique du “Petit Chaperon rouge”, on regardera l’article suivant, en ligne sur le site de la BNF :

Cette approche fut ensuite progressivement délaissée, à partir des années 1980, au moment où la critique d’inspiration marxiste s’essoufflait, et avec elle l’intérêt pour les traditions populaires et l’interrogation sur l’éventuelle puissance créatrice du “peuple” 2. L’article de Marc Fumaroli intitulé “Les Enchantements de l’éloquence” (1982) marqua un tournant essentiel  : « Si Claude Bernard ne trouvait pas d’âme sous son scalpel, nous n’avons trouvé sous le nôtre aucune trace de ‘l’art populaire’, cher aux romantiques et à Marc Soriano » concluait le critique.

  • Marc Fumaroli, «Les enchantements de l’éloquence: les Fées de Charles Perrault, ou De la littérature», in Le Statut de la littérature. Mélanges offerts à Paul Bénichou, éd. Marc Fumaroli, Genève, Droz, 1982; article reparu sous le titre «Les Contes de Perrault, ou l’éducation à la douceur», in La Diplomatie de l’esprit, Paris, Hermann, «Savoir:lettres»,1998.
  • A compléter par la contribution plus récente et disponible en ligne: Marc Fumaroli, « Les Contes de Perrault et leur sens second : l’éloge de la modernité du siècle de Louis le Grand », Revue d’histoire littéraire de la France, 2014/4 (Vol. 114), p. 775-79 (https://www.cairn.info/revue-d-histoire-litteraire-de-la-france-2014-4-page-775.htm).

Le ton des nouvelles approches était donné. Quelques années plus tard, en 1987, Roger Zuber écrivait ainsi en tête de son édition des Contes de Perrault à l’imprimerie nationale : «  On  peut  entrer  dans  les  Contes  de  Perrault  par  la  voie  du  folklore,  et  décider  que  l’on  y  reste.  Notre  opinion  est  qu’en  ce  cas  on  n’ira  pas  bien  loin  ». Il est frappant que Constance Cagnat n’utilise guère le mot “folklore” dans l’introduction de son édition de Mme d’Aulnoy, et n’évoque qu’en passant, dans ses notes, la dette de Mme d’Aulnoy à l’égard des traditions orales : décisions éditoriales qui témoignent du changement de regard accordé aux contes depuis maintenant quelques décennies. Catherine Magnien n’insiste pas beaucoup non plus sur le rapport de Perrault envers les traditions populaires (sans l’ignorer complètement). Les chercheuses et chercheurs, qui ont maintenant délaissé “la piste du folklore” en privilégient une autre : celle de l’origine italienne et aristocratique des contes. Mme d’Aulnoy et Perrault, d’après ces critiques, seraient des écrivains de cabinet, et se contenteraient le plus souvent de démarquer des contes italiens de la Renaissance, parmi lesquels Straparole, auteur des Facétieuses nuits (1550-1553) et Basile, qui composa le Conte des Contes encore appelé Pentamerone (1634-1636). L’hypothèse n’est pas neuve : François Génin repérait dès le milieu du XIXe siècle les similitudes entre les contes de Perrault et ceux de Basile3. Elle connaît désormais une grande faveur, sous la plume de Bernard Gicquel4 et plus récemment de Charlotte Trinquet.

  • Charlotte Trinquet, Le Conte de fées français (1690-1700). Traditions italiennes et origines aristocratiques, Narr Verlag, 2012.

La démarche de ce livre est ambitieuse : l’autrice estime que, loin de dériver du folklore, les contes littéraires aristocratiques de la Renaissance et du Grand Siècle pourraient au contraire constituer une source essentielle des contes populaires tels qu’ils ont été recueillis lors des grandes collectes des XIXe et XXe siècles. Dans une perspective assez proche, Eric Méchoulan, dans Le Livre avalé adopte une attitude constructiviste et estime que la notion même de culture populaire a été fabriquée de toutes pièces par les élites à partir du XVIIe siècle, afin de la mettre à distance, “à la fois perdue et retrouvée dans la mise en scène de sa perte ou de ses anciennes réussites, exhibée au moment où l’on fait en sorte qu’elle ne soit jamais atteignable”5

Au cours de cette année de préparation aux concours, faudra-t-il rejeter entièrement la “piste du folklore” au profit d’un regard exclusivement “élitiste”, salonnier et mondain ? Il conviendra sans doute de faire preuve de mesure et de précaution. L’existence de contes sans antécédents littéraires connus, mais dont l’existence folklorique indépendante est difficile à nier, invite à une certaine prudence dans les conclusions : symptomatiquement, “Le Petit Chaperon rouge” ou “La Barbe bleue”, qui ne s’inspirent d’aucun modèle littéraire antérieur, ne sont pas étudiés ni même cités par Charlotte Trinquet. A mon sens, la question de l’origine populaire ou littéraire des contes de fées classiques n’est pas encore résolue, et continue de susciter de passionnantes interrogations qu’on ne saurait totalement ignorer, tant les implications en termes d’interprétation sont essentielles.

Le miroir des galants

Oh! ces contes ne sont pas des contes populaires, mais des contes galants, imaginés de toutes pièces, où on introduit des fées, des génies, des chars volants tirés par des dragons, des bergers et des bergères qui sont des princes déguisés parlant un langage de cour.

écrivait déjà Paul Delarue à propos des contes féminins du Grand Siècle.6. L’abandon de la piste du folklore au profit d’une origine “élitiste” des contes7 a permis de réévaluer l’importance de la culture mondaine et galante dans les contes de fées de l’âge classique. Bien des éléments en témoignent : le rôle de la conversation, pratique si essentielle à la sociabilité galante du temps, et qu’on retrouve par exemple dans Riquet à la houppe ; l’importance des codes de la courtoisie et de “l’amour tendre” ; les allusions aux divertissements aristocratiques du temps (opéras, littérature); les éléments d’architecture ou de mobilier, contemporains du rococo naissant (les miroirs “où l’on se voit des pieds jusqu’à la tête”); l’importance de la mode (la “garniture d’Angleterre”, ou “la bonne faiseuse” chez laquelle se rendent les soeurs de Cendrillon); ou encore la place de l’imaginaire pastoral : autant d’éléments qui permettent d’inscrire le corpus féerique dans l’abondante production galante bien identifiée depuis les travaux d’Alain Viala, Delphine Denis, Alain Génetiot ou encore Myriam Dufour-Maître. La culture galante faisait l’objet d’un discrédit chez Paul Delarue: elle lui semblait dénaturer la force et la vigueur du folklore; grâce aux travaux des dernières décennies, nous avons appris aujourd’hui à l’apprécier, et nous pouvons désormais goûter pleinement la saveur de ces contes mondains voire, pourquoi pas,  précieux.

Sur le rococo dans les contes et en particulier chez Mme d’Aulnoy, voir le chapitre consacré à cette question dans le livre de Raymonde Robert, et l’article suivant:

  • Justine de Reynies, « Les ‘affreux séjours’ du conte de fées », in Violence du rococo, éd. René Démoris, Jacques Berchtold et Christophe Martin, Presses de l’université de Bordeaux, 2012 (disponible seulement en papier, sauf erreur).

Tours et détours de l’énonciation  : l’enfant et la nourrice

Un contresens bien enraciné prétend que les contes de fées constituent comme une première forme de littérature pour la jeunesse. Rien n’est plus faux : ces contes ont été écrits par des mondains à destination des grandes dames et des beaux esprits. Mais l’énonciation entretient l’ambiguïté : la préface des contes de Perrault, signée par “un enfant” (en réalité un jeune homme de dix-sept ans), les diminutifs puérils chers à Mme d’Aulnoy, le destinataire fictif présumé des récits, et bien sûr le jeune âge des héros et des héroïnes, aboutissent à mettre au centre des dispositifs féeriques une figure enfantine qui se révèle fictive, et qui nous induirait en erreur si nous la prenions trop au sérieux.

Tout aussi fictive est “Ma Mère L’Oie”, donnée comme narratrice des histoires dans le frontispice des Histoires ou contes du temps passé : cette construction énonciative pourrait laisser croire que les contes ont été recueillis “sur les lèvres parlantes des nourrices et des mères”, comme le pensait Sainte-Beuve8. L’omniprésence de la nourrice et de la grand-mère dans l’imaginaire du conte de fées classique ne doit pas être prise au premier degré : elle participe d’une entreprise de “féminisation du conte“, explique Nadine Jasmin. Sur la place de l’imaginaire enfantin et et le rôle de la nourrice, on consultera par exemple les travaux ci-dessous.

  • Yvan Loskoutoff, “Repuerascentia : un idéal commun à la mystique et aux contes de fées littéraires de la fin du Grand Siècle”, Merveilles & contes, vol. 2, No. 1, mai 1988, p. 3-12. Lien : https://www.jstor.org/stable/41390233 (ou son ouvrage plus complet :  La  sainte  et  la  fée,  dévotion  à  l’enfant  Jésus  et  mode  des  contes  merveilleux  à  la  fin  du règne de Louis XIV, Genève, Droz, 1987.) Yvan Loskoutoff qui met en parallèle la figure de l’enfant dans le conte et la dévotion à l’Enfant-Jésus qui se développe vers la même époque : le conte idéaliserait une simplicité enfantine “jumelle” de la simplicité du Christ enfant.
  • Raymonde Robert, “L’infantilisation du conte merveilleux au XVIIe siècle”, Littératures classiques, 14, janvier 1991, p. 33-46. Lien : https://www.persee.fr/doc/licla_0992-5279_1991_num_14_1_1267 
  • Fanny Népote-Desmarres, “Parole et sacrifice : l’enfant dans les Contes de Perrault”, Littératures classiques, 14, janvier 1991, p. 47-58. www.persee.fr/doc/licla_0992-5279_1991_num_14_1_1268 
  • Sur le “mythe féminin” et l’image de la nourrice : Nadine Jasmin, “Baguettes et bagatelles. La féminisation du conte au XVIIe siècle”, La Femme dans le conte, les femmes conteuses. Actes du colloque du jeudi 21 février 2013, lien : https://conteurspro.fr/site/wp-content/uploads/2019/11/Actes-du-colloque-2013.pdf 
  • Gabrielle Verdier, “Figures de la conteuse dans les contes de fées féminins”,  XVIIe Siècle, 180, 1993, p. 481–99, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k97359267/f55.item#
  • Catherine Velay-Vallantin, “Charles Perrault, la conteuse et la fabuliste : « l’image dans le tapis » “, Féeries, 7, 2010, https://journals.openedition.org/feeries/759.

Une machine de guerre en faveur des Modernes?

A la fin du siècle, les milieux féminins, mondains et galants, au sein desquels naquit le conte littéraire, prirent le parti des Modernes au cours de la fameuse Querelle. Le Mercure galant, organe périodique contrôlé par les Modernes, assure une bonne publicité aux contes de Perrault. Cette coïncidence suffit-elle à conclure que les contes de notre corpus, galants, féminins et mondains, aient été “modernes”, voire aient constitué une arme dans l’arsenal de combat contre les Anciens ? La réponse à cette question ne va pas de soi. Sainte-Beuve, par exemple, hésitait : il considéra d’abord que l’origine des contes attribués à Perrault se perdait dans un passé très lointain, et par conséquent très ancien ; puis se ravisant, il expliqua dix ans plus tard que le conteur tentait de faire pièce au merveilleux gréco-latin en puisant dans des sources populaires. Plus récemment, plusieurs auteurs ont vu les contes comme des manifestes en faveur des thèses modernes : 

  • Jules Brody, “Charles Perrault, conteur (du) moderne”, in D’un Siècle à l’autre. Anciens et modernes. Actes du XVIe colloque du C.M.R. 17, Marseille, C.M.R. 17, 1987, p. 79-90.
  • Claire-Lise Malarte, « Les Contes de Perrault, œuvre ‘moderne’ », ibidem, p. 91-100.

Perrault s’est convaincu que le conte peut devenir un genre ‘moderne’, au même titre que l’opéra”, estime Marc Escola9. Comme sur bien des points cette année, il n’en faudra pas moins faire preuve de prudence. Si l’on repère sans beaucoup d’ambiguïté un parti pris assez agressivement moderne chez Mme d’Aulnoy, il conviendra d’être plus nuancé lorsque nous traiterons des contes de Perrault – ou du moins attribués à Perrault – au statut plus ambigu. Par exemple, le dialogue évident avec La Fontaine, l’un des plus éminents parmi les Anciens, est tout autant fondé sur l’émulation et l’admiration que la confrontation ; il n’est pas non plus évident de saisir pourquoi les Modernes, en principe partisans du merveilleux chrétien,  donnent leurs lettres de noblesse à un merveilleux médiéval païen, dans des contes d’où les traces de christianisme sont assez évanescentes; l’image de la femme chez Perrault reste assez difficile à caractériser; de même encore, les moralités grinçantes, décalées, ironiques, qui condamnent la victime d’un serial killer ou font l’apologie de l’arrivisme, laissent le lecteur perplexe : l’hiatus entre la lecture allégorique et morale proposée dans les péritextes et la cruauté injuste des récits empêchent toute lecture éthique univoque et, partant, ne saurait constituer la démonstration simple de la supériorité d’une littérature moderne, française, médiévale et chrétienne, sur les œuvres antiques. Les Contes de Perrault ne sont précisément “pas des textes édifiants”, écrit encore Marc Escola10. Lire les contes de Perrault comme autant d’œuvres à thèse reviendrait assurément à les appauvrir beaucoup. L’allégeance aux Modernes est en revanche indiscutable chez Mme d’Aulnoy.

Une “apologie des femmes”  ?

Les lectrices du Mercure galant étaient les plus fermes soutiens du parti Moderne : on ne saurait s’étonner de constater que les contes de fées de l’époque, et tout particulièrement ceux de Mme d’Aulnoy, accordent le beau rôle aux femmes, au détriment de figures masculines souvent discréditées et malmenées pour leur faiblesse, leur naïveté, ou leur tyrannique cruauté. Sur cette question, on se reportera en priorité aux chapitres des livres d’Anne Defrance et Nadine Jasmin cités plus haut. On pourra consulter aussi :

  • Marie-Agnès Thirard, Le féminisme dans les contes de Mme d’Aulnoy, Paris, PUF, 2000.

Constance Cagnat, à la fin de son introduction, estime avec justesse que le “féminisme” des contes d’Aulnoy fut historiquement un “frein à leur succès”: nul doute que, désormais, il constitue l’un des principaux moteurs de l’intérêt suscité aujourd’hui par la conteuse. L’anachronique terme de “féminisme” conduit parfois auteurs et autrices à considérer cette littérature merveilleuse comme militante, subversive voire “hautement revendicative”, comme le propose Carlotta Vicens Pujol ; “féminisme, osons le terme” estime de son côté Stéphanie Bernier-Tomas, qui décrit Mme d’Aulnoy “s’insurgeant contre l’idéologie patriarcale”.

Sans nier en rien cette dimension des contes au programme, il conviendra toutefois de faire preuve de prudence et de nuance, là encore, pour ne pas plaquer inconsidérément des préoccupations d’aujourd’hui sur des textes d’autrefois. Ce prétendu “féminisme” avant la lettre, quelque bien identifié qu’il soit maintenant, devra être situé dans son contexte historique, social et intellectuel pour éviter des naïvetés et des contresens.

Satire d’une société bloquée

Les contes constituent “un miroir de leur temps”, expliquait avec justesse Raymonde Robert dans son Conte de fées littéraire en France : ils reflètent d’abord les modes de vie de l’aristocratie fin-de-siècle, mais aussi et surtout les inquiétudes d’une classe nobiliaire en perte de vitesse, en voie d’appauvrissement, et concurrencée par la montée irrésistible de la bourgeoisie. Les contes de Perrault, qui prennent le parti des nobles déclassés, versent volontiers dans la satire : satire du parvenu imposteur, Le Maître Chat, dont la carrière fulgurante est bâtie sur une paire de bottes qui lui donnent l’apparence d’un aristocrate ; satire du bourgeois gentilhomme, dans la Barbe bleue, richissime personnage à qui seul manque un titre pour rejoindre la caste dominante, et qui espère le trouver à la faveur d’une mésalliance ; satire encore de la politique royale, à la fin du Petit Poucet : le héros profite de la vente de charges et d’office pour s’assurer, ainsi qu’à ses frères, une rapide promotion sociale; satire enfin des villageoises, naïves et trop confiantes dans le Petit Chaperon rouge, ou dénaturées dans le Petit Poucet. Mme d’Aulnoy de son côté maintient coûte que coûte la fiction d’une société où le pouvoir et l’argent reviennent in fine au sang pur, et évacue le peuple de ses récits. Pour une lecture socio-politique de La Barbe bleue, on pourra lire :

  • Jean-Marie Apostolidès, “Des choses cachées dans le château de Barbe bleue”, Merveilles & contes, Vol. 5, No. 2, déc. 1991, p. 179-199, https://www.jstor.org/stable/41390294 

Des contes comiques et burlesques

De la satire enjouée au comique et au burlesque, il n’y a qu’un pas. Constance Cagnat, qui a travaillé de près sur cette question, met en évidence le burlesque des contes, fondé sur la trivialité de la langue déguisée sous les oripeaux du rococo et de l’élégance. Ce comique parfois un peu leste ne se laisse percevoir que par des oreilles attentives, mais il n’est guère douteux, ni chez Mme d’Aulnoy, ni chez Perrault. Ces textes, qui ne feignent l’enfantillage que pour multiplier des doubles-sens et des allusions parfois grivoises, ne surprennent pas chez un auteur autrefois burlesque : il participa dans sa jeunesse à la composition des Murs de Troie, en 1653, à l’époque où ce style illustré en particulier par Scarron était en vogue. On prendra la mesure du phénomène en consultant par exemple les travaux suivants :

  • Jean Mainil, Madame d’Aulnoy et le rire des fées. Essai sur la subversion féerique et le merveilleux comique sous l’Ancien Régime, Paris, Kimé, 2001.
  • Chupeau, Jacques, «Sur l’équivoque enjouée au Grand Siècle. L’exemple du Petit Chaperon rouge», XVIIe siècle, janvier-mars 1986, p.36-42, en ligne : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9735212s/f37.item
  • Constance Cagnat-Deboeuf, « Du jeu des proverbes dans les Histoires ou Contes du temps passé : « Cendrillon ou la petite pantoufle de verre » », Dix-septième siècle, 2017/4 (n° 277), p. 631-644. En ligne sur Cairn (accès par les universités): https://www.cairn.info/revue-dix-septieme-siecle-2017-4-page-631.htm 
  • Jean-Paul Sermain, «La parodie dans les contes de fées (1693-1713): une loi du genre?», [in:] Actes de Bangg: Burlesques et formes parodiques, I. Landy-Houillon et M. Menard éds., PFSCL, Biblio-17, vol. 33, 1987, p. 541-552.
  • Michel Serres, «Les métaphores de la cendre ou l’introduction à la féerie expérimentale», in Critique, Novembre 1967, n°246 : l’auteur y montre que, traduits en latin, les mots-clés du conte commencent tous par la syllabe “cu”. Cendrillon ne serait que “jeu de mots, calembour”. Extrait ici

Du temps où les bêtes parlaient: des hommes, des arbres et des animaux

Paul Delarue, au milieu du XXe siècle, soutenait qu’il ne fallait pas chercher trop de symboles derrière la figure du loup: au temps de Perrault, l’animal effrayant et bien réel hantait encore les campagnes. Sous l’influence peut-être des humanités environnementales, les questions animales (et végétales) accèdent au premier plan:

J’ai commencé à compiler sous ce lien une bibliographie récente systématique, mais je ne conseille pas aux étudiants des concours de s’y égarer.

  1. Marc Soriano, Les Contes de Perrault, op. cit., Deuxième partie, p. 73-212. []
  2. Marc Soriano, Les Contes de Perrault, op. cit., p. 479: “le peuple crée, le peuple ne crée pas”. []
  3. François Génin, “Les Contes de Perrault”, in L’Illustration, journal universel, 1er mars 1843, t. XVII, p. 143. []
  4. “Les Contes de Perrault: réception critique et histoire littéraire”, in Tricentenaire Charles Perrault. Les grands contes du XVIIe siècle et leur fortune littéraire, sous la direction de Jean Perrot, Paris, In Press Éditions, “Lectures d’enfance”, 1998, p. 111-122. []
  5. Eric Méchoulan, “La culture et l’exception du peuple : fabrication des contes de fée et de la culture populaire”, in Le Livre avalé. De la littérature entre mémoire et culture (XVIe-XVIIIe siècle), Montréal, 2004. Lien: https://books.openedition.org/pum/9427 []
  6. Le Conte populaire françaisop. cit., p. 19. []
  7. C’est Marc Fumaroli qui considère que les contes de la fin du XVIIe siècle appartiennent à une “élite” maîtrisant bon nombre de codes rhétoriques et mondains. []
  8. C.-A. Sainte-Beuve, Nouveaux Lundis, Paris, Calmann-Lévy, sixième édition, t. I, 1884, 23 décembre 1861, p. 296-314 []
  9. Contes de Charles Perrault, op. cit., p. 47 []
  10. Contes de Charles Perrault, op. cit., p. 120 []