“Aux foires Saint-Germain et Saint-Laurent” (p. 127) : Mme d’Aulnoy et le comique forain

Ajoutons pour terminer que les contes baignent dans une ambiance générale de dérision et de dégradation grotesque venue de la farce, de la comédie italienne, voire du comique forain   : 

    • Briscambille, singe savant du “Prince Lutin”, évoque Bruscambille, célèbre farceur du début du siècle (1575-1634)1 .
    • “Fanfarinet” est polyphonique, comme le note C. Cagnat, mais on y entend aussi le mot “enfariné”, qui décrivait les acteurs de farce au visage couvert de farine2  : “Enfariner, s’est dit aussi des bouffons et farceurs qui se barbouillaient le visage avec de la farine pour faire rire le peuple, tels qu’ont été Jodelet et Gilles le Niais”. Fanfarinet s’apparente aussi à un personnage de farce par son comportement glouton et grossier sur l’île aux Ecureuils. Son opportunisme et sa gloutonnerie sont non seulement dignes d’un personnage de farce, mais conformes au proverbe qui porte sur son nom : “On dit proverbialement qu’un homme est venu la gueule enfarinée, pour dire, avec bon appétit, avec grande ardeur, pour profiter de quelque conjoncture dans les affaires”. Mais Fanfarinet est en fait bien moins qu’un farceur : il n’est qu’une marionnette.  Il est en effet qualifié de godenot (p. 148) terme qui signifie “Petite figure ou marionnette. Se dit aussi par dérision des personnes laides et mal faites, des figures mal taillées ou dessinées”, selon Furetière3 
    • Carabosse n’est pas enfarinée mais “barbouillée de suie”; or, nous dit Furetière, “les bouffons, les masques se barbouillent le visage”, ce qui apparente la mauvaise fée à une figure carnavalesque et farcesque (cf. La Jalousie du Barbouillé de Molière) ; “le personnage du ramoneur de cheminées, qui apparaît si souvent dans notre farce française du Moyen-Âge”, explique Robert Garapon, persiste aussi dans les ballets de cour4 . La situation de la créature tombant dans la cheminée comme une pierre est en elle-même ridicule, et comporte des connotations scabreuses5 .
    • Fagotin, qui apparaît dans “La Princesse Printanière” p. 135) mais aussi dans “Le Prince Lutin” et “Babiole”, était “le singe savant de Brioché, célèbre montreur de marionnettes”6. Jean Brioché, de son vrai nom François Datelin (1567-1671) se produisait sur le Pont-Neuf, à la foire Saint-Germain et à la foire Saint-Laurent ; son fils (mort au début des années 1680) reprit son théâtre et son activité avec succès. Un texte tardif (1704) raconte que Fagotin mourut de la main de Cyrano : historiquement peu crédible, ce récit fantaisiste atteste que le singe était devenu légendaire vers l’époque des Contes.
    • L’amiral “Chapeau pointu”, toujours dans “La Princesse Printanière”, s’apparente aussi à Fagotin qui portait ce couvre-chef démodé et ridicule, à en croire la description qui nous en est donnée dans “Babiole”7; mais Etienne Tabourot (1549-1590) fait aussi rimer “chapeau pointu” avec  “chapeau de cocu”8 , et nous ramène ainsi encore au monde de la farce. 
    • Le Nain Jaune, qualifié régulièrement de “magot”, entretient également une ressemblance avec les singes savants des marionnettistes.
    • Créatures de foire également, toujours dans “La Princesse printanière”, celles qui traînent le chariot de Carabosse, elle-même réduite à une “petite magotine” [Fagotin au féminin], avec un “escarbot” (hanneton) pour postillon (p. 154).
    • “Le fameux Polichinelle”, général de Magotine dans “Serpentin vert”9 , est d’abord un personnage de la Commedia dell’arte bossu et vulgaire, mais il devint vite un personnage forain : dès le début du XVIIe siècle,  Brioché en avait fait une marionnette dont il racontait les histoires. Il est effectivement “fameux”: sa popularité est immense10 . Des affiches conservées témoignent de ce succès : nous savons ainsi que la “Troupe des Marionnettes italiennes […] avec son Polichinelle romain” s’est ainsi produite à la Foire Saint-Laurent en 167811 . Chez Mme d’Aulnoy, la petite taille et la perversité de Polichinelle le destinaient à lutter contre les microscopiques Pagodes, et à en triompher.
    • Les Pagodes qui apparaissent dans “Serpentin Vert”, sont définies par Furetière comme des “petites idoles de porcelaines qui viennent de Chine”, mais la conteuse les apparente aux marionnettes, bien que, dit-elle, ils aient “la voix plus claire” que ces dernières. 

[Laideronnette] vit venir à elle cent pagodes vêtus et faits de cent manières différentes; les plus grands avaient une coudée de haut, et les plus petits n’avaient pas plus de quatre doigts; les uns beaux, gracieux, agréables; les autres hideux, et d’une laideur effrayante : ils étaient de diamants, d’émeraudes, de rubis, de perle, de cristal, d’ambre, de corail, de porcelaine, d’or, d’argent, d’airain, de bronze, de fer, de bois, de terre: les uns sans bras, les autres sans pieds, des bouches à l’oreille, des yeux de travers, des nez écrasés: en un mot il n’y a pas plus de différence entre les créatures qui habitent le monde, qu’il y en avait entre ces pagodes. (Edition N. Jasmin, p. 580)

  • Ces Pagodes préfigurent la “fureur” des pantins de bois et des petits sujets de porcelaine quelques décennies plus tard, inspirés, explique Françoise Joulie, par “les populaires marionnettes dansantes et chantantes des foires Saint-Germain ou Saint-Laurent”12.
  • Si l’on ne trouve ni Pagodes ni Pagodines dans notre corpus, Gracieuse fait la rencontre d’être minuscules qui leur ressemblent, p. 70 : “aussitôt il en sort tant de petits hommes et de petites femmes, de violons, d’instruments, de petites tables, petits cuisiniers, petits plats ; enfin, le géant de la troupe était haut comme le doigt.” La “boîte” magique peut aussi faire penser aux “théâtres catoptriques”, décrits par Athanase Kircher (Ars magna lucis et umbrae, 1646), et autres “perspectives curieuses”. Ces illusions optiques permettaient, déclare Charles Patin, de “placer la moitié du monde dans un point”13 , tous artifices qui trouveront assurément leur place dans les foires ultérieures et qui peut-être s’y trouvaient déjà.
  • Autres marionnettes dans “L’Oiseau bleu”: on en compte quatre, sorties non d’une boîte, mais d’un œuf cassé par Mie-Souillon ; elles sont “plus fringantes et plus spirituelles que toutes celles qui paraissent aux foires Saint-Germain et Saint-Laurent” (p. 127). L’allusion à Léance reste obscure, comme le note C. Cagnat, mais les danseurs de corde et les funambules constituaient l’un des principaux divertissements des foires.
  • Dans le “Rameau d’or”, les “petites figures” du livre médiéval peuvent être rattachées à l’univers des marionnettes : “La plus grande n’avait pas un quartier de haut.” (soir 30 cm, p. 30).

Le goût de Mme d’Aulnoy pour les objets et les êtres miniaturisés s’éclaire lorsqu’on envisage l’attirance contemporaine pour les spectacles de marionnettes : plus encore que la comédie italienne ou même la farce, c’est bien jusqu’au théâtre de foire parisien qu’il faut descendre pour percevoir le comique décalé et grotesque des contes de Mme d’Aulnoy14 . Au cours de la foire Saint-Germain (l’hiver) et Saint-Laurent (l’été), se produisaient trois types de spectacles : les danseurs de corde, l’Opéra-Comique et les marionnettes, dont Polichinelle était le principal protagoniste. Mme d’Aulnoy transforme ses contes en immense spectacle de marionnettes ;  elle procède comme faisaient alors les marionnettistes, qui faisaient jouer à leurs figurines les grandes œuvres à la mode :  Alexandre Bertrand donna ainsi “en 1715, une adaptation pour marionnettes du Médecin malgré lui de Molière”15 : de même, chez Mme d’Aulnoy, l’on trouve comme des réécritures foraines de Psyché, et “un théâtre, sur lequel douze chats et douze singes dansèrent un ballet”, dans un décor “tapissé d’ailes de papillon”16 . Les marionnettes de la conteuse peuvent constituer aussi une réponse au défi lancé par Perrault au seuil de “Peau d’Âne” : “Pour moi j’ose poser en fait / Qu’en de certains moments l’esprit le plus parfait / Peut aimer sans rougir jusqu’aux marionnettes” (p. 133), données alors comme l’extrémité de la nullité esthétique. Ce que réussit Perrault en contant “Peau d’Âne” à la demande de La Fontaine, Mme d’Aulnoy l’entreprend à l’égard de Perrault en prenant au mot sa proposition de mettre en scène des marionnettes. Par un effet de surenchère à rebours, la conteuse opte pour des motifs plus bas et vils, si c’est possible, que ne le sont les contes de vieille. Réduire les personnages de ses contes à des marionnettes revient aussi à leur ôter toute épaisseur psychologique : ils ne sont littéralement que des pantins entre les mains de la narratrice.

Ainsi, si les comédies féeriques de la foire viennent effectivement “bousculer la préciosité cultivée dans les contes”, comme l’écrit Nathalie Rizzoni,17, il n’en reste pas moins que les féeries foraines “d’une richesse exubérante”  sont déjà là, au moins en germe, chez la conteuse. Si l’on souhaite envisager les contes de Mme d’Aulnoy sous l’angle de l’art populaire, faut-il donc plutôt regarder du côté de la foire que du folklore paysan? Eh bien, pas vraiment non plus, parce que la foire n’est pas aussi populaire que nous pourrions le penser a priori : elle attire un “public socialement mixte”, mais pas foncièrement différent de celui des salles de spectacle à la Ville ; d’ailleurs, les auteurs qui écrivent pour la foire sont aussi ceux qui composent pour les théâtres parisiens.

Représentation de “La Chatte blanche” lors d’un spectacle de marionnettes. Source: https://www.histoires-de-paris.fr/marionnettes-foire/
  1. Contes, éd. N. Jasmin, op. cit., p. 246. []
  2. Voir un article à paraître de Karine Abiven, dont je donnerai les références ultérieurement. []
  3. Voir sur les marionnettes Charles Magnien,  Histoire des marionnettes en Europe : depuis l’antiquité jusqu’à nos jours, Paris, Michel Lévy, 1852, URL : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k8825257  ; et Michel Manson, “Madame d’Aulnoy, les contes et le jouet”, in Jean Perrot (éd.), Tricentenaire Charles Perrault. Les grands contes du XVIIe siècle et leur fortune littéraire, Paris, In Press Editions, 1998, p. 143- 156. URL : https://www.academia.edu/9728279/Madame_dAulnoy_les_contes_et_le_jouet. []
  4. Robert Garapon, “La permanence de la farce dans les divertissements de cour au XVIIe siècle”, in Cahiers de l’Association internationale des études françaises, 1957, n°9, p. 117-127, URL : https://www.persee.fr/docAsPDF/caief_0571-5865_1957_num_9_1_2103.pdf. []
  5. “Entrée des ramoneurs de cheminées. On me dispensera d’expliquer cette entrée, parce qu’elle est si équivoque qu’il n’y a pas moyen de lui donner un sens qui ne soit double”, hésitait Paul Lacroix, Ballets et Mascarades de cour de Henri III à Louis XIV, Genève et Turin, J. Gay et fils, 1868-1870, t. II, p. 216-218. []
  6. N. Jasmin, édition citée, p. 247. []
  7. Ibid., p. 515. []
  8. Etienne Tabourot, Les Bigarrures et touches du seigneur des Accords, Paris, Richer, 1603, folio 52v. Le “chapeau pointu” fut à l’origine un signe infamant imposé aux Juif, avant d’être associé aux sorcières et aux alchimistes charlatans. Voir Naomi Lubrich, “Judenhut et Zauberhut : la prolifération d’un signe juif”, in Revue genevoise d’anthropologie et d’histoire des religions, n°10, 2015, p. 137-162, URL : https://www.persee.fr/docAsPDF/asdi_1662-4653_2015_num_10_1_1043.pdf. []
  9. Contes, éd. N. Jasmin, op. cit., p. 591. []
  10. En France comme en Angleterre, où Pulcinella deviendra le célèbre Punch. De ce côté-ci de la Manche, Guignol ne détrônera Polichinelle que bien plus tard []
  11. Voir sur la collection Théâtrales : http://www.theatrales.uqam.ca/foires/05a.html#forces . []
  12. Françoise Joulie, “Le rôle de François Boucher à la manufacture de Vincennes”, Revue de la société des amis du musée national de céramique, 2004, URL : https://www.amisdesevres.com/download/13_33-52.pdf. []
  13. C. Patin, Relations historiques et curieuses de voyages, Lyon, Claude Muguet, 1674, p. 191. []
  14. Notons que les marionnettes invitent Michel Manson à privilégier une autre piste : “Comment ne pas entendre, comme les enfants, une histoire merveilleuse se déroulant au pays des jouets ?”, art. cit. L’hypothèse de M. Manson nous paraît toutefois moins bien rendre compte de la dimension foraine très présente dans le texte. []
  15. Ainsi que l’écrit Evelyne Lecucq dans l’article “Alexandre Bertrand” de la World Encyclopedia of Puppetry Arts, 2009. URL : https://wepa.unima.org/fr/alexandre-bertrand/. []
  16. “La Chatte blanche”, édition citée, p. 761. []
  17. « Féerire à la foire », Féeries, 5, 2008, 51-77. []