Quelques réflexions préliminaires

Cette année, encore, je consacrerai un carnet à explorer quelques pistes de réflexion autour des œuvres du XVIIe siècle mises au programme des Agrégations (et désormais aussi des Capes) de Lettres. Mais le choix des œuvres impose cette fois quelques précautions méthodologiques préalables.

Une autrice de contes de fées inscrite au programme? Il y a quelques décennies, l’idée aurait paru fort saugrenue, si l’on en juge par la piètre estime dans laquelle étaient généralement tenues les conteuses de la fin du XVIIe siècle. Le folkloriste Paul Delarue écrivait ainsi, au seuil du Conte populaire français, en 1957 :

“Le genre fut surtout pratiqué par les dames […] Presque tous [sont] devenus illisibles pour les générations suivantes, découragent les meilleures volontés et méritent l’oubli dans lequel ils sont tombés”.1

Bien que Paul Delarue exceptât partiellement Mme d’Aulnoy de cette condamnation assez générale2, il n’en reste pas moins que son propos résume une opinion largement admise depuis la fin du XVIIe siècle : dès 1699, les contes, “partage des femmes”, passent pour l’illustration du “mauvais goût”3. Les conteuses étaient disqualifiées à la fois pour la puérilité de leurs histoires, et la prétendue préciosité de leur style.

Les dernières décennies du XXe siècle ont heureusement fait justice de ces préjugés : Jacques Barchilon, Raymonde Robert, Anne Defrance, ou encore Nadine Jasmin ont montré que Mme d’Aulnoy valait mieux que le mépris où elle fut longtemps tenue. L’édition au programme, procurée en 2008 par Constance Cagnat-Deboeuf, ouvrait à la conteuse les portes de la prestigieuse collection Folio : cet événement constitua une première consécration pour notre écrivaine, que parachève cette année son entrée dans le club très fermé des auteurs (et autrices) d’Agrégation. L’on ne peut évidemment que s’en réjouir.

Passé ce premier enthousiasme, il ne nous en faudra pas moins considérer les problèmes méthodologiques posés par les choix du jury.

Première difficulté : Alors que l’Agrégation privilégie d’habitude l’étude d’une ou plusieurs œuvres complètes d’un même auteur, le programme de cette année propose une anthologie composée de morceaux choisis arrachés à différents tomes issus de plusieurs ouvrages publiés séparément en 1697 et 1698. Le principe de cette sélection n’est pas dépourvu de “subjectivité”, prévient Constance Cagnat : pressée par les contraintes du format de poche, l’éditrice s’est trouvée tenue d’isoler quelques contes parmi les plus célèbres, quitte à les détacher parfois (dans le cas du Nain Jaune et de Belle-Belle) du récit-cadre dans lequel ils étaient originellement insérés. Il s’ensuit que le livre ainsi constitué forme un “échantillon”, reconnaît encore Constance Cagnat. Cette mise à disposition en Folio d’un florilège de contes permet une prise de contact facile avec le corpus féerique de Mme d’Aulnoy: le volume est à ce titre extrêmement précieux et utile, y compris pour un usage pédagogique en Premier Cycle universitaire ; mais dans la perspective de l’Agrégation, ce choix éditorial, si l’on n’y prend garde, risque d’introduire des biais : il pourrait nous laisser conclure à une forme d’interchangeabilité entre les contes, comme si au fond Mme d’Aulnoy avait écrit vingt-cinq histoires conçues sur le même modèle, et qu’il suffisait d’en avoir lu quelques-unes pour les connaître toutes. Par ailleurs, en optant pour les contes dépourvus de récits-cadres, ou en supprimant parfois ces derniers, l’édition au programme nous empêche de prendre en compte les effets produits par l’énonciation, essentiels pour préciser les jeux de signification des récits insérés dans Le Nouveau gentilhomme bourgeois ou Don Fernand de Tolède. D’éventuels effets d’échos et de réponses, d’évolutions, de reprises en miroir, ou toute autre stratégie de mise en recueil nous échappent, du fait des principes d’édition. Seul subsiste pour nous un archipel de neuf contes-îles, entre lesquels la navigation sera rendue difficile. Le numéro 1 de Féeries, consacré au recueil de contes, avait pourtant mis en garde contre la menace du “dépeçage” (J.-P. Sermain) des collections de contes choisis et désenchâssés, “arrachés” de l’espace cadre4 .

Si encore nous disposions de bons arguments pour justifier le principe de cette présentation fragmentaire : mais en réalité, rien ne vient suggérer que Mme d’Aulnoy a renoncé à toute composition en recueil. Bien au contraire, il serait aisé de montrer, par exemple, que “Serpentin Vert” constitue le contrepoint du “Nain Jaune” auquel il fait suite : ces deux contes aux titres colorés, narrés  tous deux par don Fernand, sont liés par le même souci moraliste de montrer les pièges de l’amour-propre, et leur profération entraîne des effets en retour sur le récit-cadre. Les traitements variés de thèmes récurrents (comme celui du mythe de Psyché, véritablement obsédant pour Mme d’Aulnoy) ne peuvent pas non plus être correctement appréciés à la faveur de notre anthologie qui ne retient que “Gracieuse et Percinet” comme seul exemple de ces réécritures antiques et lafontainiennes.

Bref, il paraît très difficile de se contenter de la sélection Folio : l’Agrégative et l’Agrégatif se concentreront bien sûr sur l’édition au programme, mais ne pourront faire l’économie de lectures complémentaires, voire d’une lecture intégrale des contes de l’autrice, pour rendre justice à la complexité de l’œuvre.

Une seconde difficulté, non moindre que la précédente, vient encore compliquer le travail du préparateur : le jury propose cette année deux auteurs pour le même siècle. Le fait est rare ou, pour mieux dire, sans précédent à ma connaissance pour l’épreuve de littérature française. On est nécessairement amené à s’interroger sur les raisons de cette décision inédite. Le choix des contes en prose à l’exclusion des contes en vers peut se concevoir : les deux séries de publications ne furent jamais réunies du vivant de l’auteur, et toujours artificiellement “homogénéisées”5 dans des éditions qui les unissaient de façon artificielle. Il n’en reste pas moins que, des vers à la prose, Perrault poursuit sa réflexion sur les contes de fées, et que cette évolution d’un style précieux à une écriture en apparence plus dépouillée aurait pu faire l’objet de propos pertinents de la part des candidats.

Dernier point: l’édition au programme est une édition scolaire, excellente à tous égards, mais qui pose elle aussi à ce titre deux difficultés pour une lecture de haut niveau scientifique telle qu’on l’attend aux concours. D’abord, elle n’indique pas toutes les variantes, néanmoins essentielles pour apprécier le style du conteur, et l’évolution de certains de ses parti pris d’écriture entre 1695 et 1697. Ensuite, elle privilégie les illustrations de Gustave Doré: celles-ci sont splendides mais, par l’effet de commentaire qu’elles induisent, elles risquent de conduire à des biais de lecture; on peut regretter de ne pas disposer du frontispice et des vignettes originales qui faisaient partie intégrante du dispositif éditorial, et dont on sait qu’elles s’appuyaient sur des estampes contrôlées par l’auteur — peut-être même  gravées à partir des propres dessins de Perrault: “Tout semble attester l’importance que ce dernier accordait aux images dans son recueil”, estime ainsi Christophe Martin6 . Nous les donnons sur le présent carnet pour la commodité de la lectrice et du lecteur.

En l’absence de consignes et d’explications données par le jury sur le choix des auteurs et le découpage des œuvres, on reste dans le doute : convient-il de confronter Mme d’Aulnoy et Perrault, au risque de dresser des palmarès, et de prendre l’un(e) comme faire-valoir de l’autre ? S’agit-il de manifester les éventuelles spécificités de l’écriture féminine et de l’écriture masculine, en une comparaison dont les conclusions, fondées sur un corpus aussi partiel eu égard à l’abondante production de l’époque, seraient nécessairement douteuses ? On se perd en conjectures sur les réelles motivations du jury, d’autant que, à notre connaissance, il n’existe aucun lien réellement objectivable (lettres, témoignages, etc.) qui justifieraient cette étude conjuguée de Perrault et de Mme d’Aulnoy, plutôt que de mettre en parallèle Perrault avec d’autres conteuses ou conteurs, comme Fénelon ou Mlle L’héritier, avec lesquels il entretenait des liens bien plus assurés.

Ces précautions méthodologiques une fois énoncées, ne boudons pas notre plaisir, et rendons hommage au jury qui donne ses lettres de noblesse à une autrice encore méconnue, à un genre littéraire méprisé, et peut-être même (mais ce point sera à discuter), à une forme de culture populaire habituellement exclue des programmes d’Agrégation.

  1. Paul Delarue et Marie-Louise Tenèze, Le Conte populaire français. Catalogue raisonné des versions de France et des pays de langue française d’outre-mer, Nouvelle édition en un seul volume, Maisonneuve & Larose, 1997 p. 20. []
  2. “Madame d’Aulnoy vient en tête par l’abondance et la qualité de sa production”, ibid. []
  3. Abbé de Villiers, Entretiens sur les contes de fées, Paris, Jacques Colombat, 1699. []
  4. J.-P. Sermain, “La face cachée du conte”, Féeries, 1, 2004, https://journals.openedition.org/feeries/64. []
  5. J.-P. Sermain, art. cit. []
  6. Christophe Martin, “L’illustration du conte de fées (1697-1789)”, CAIEF, 2005, 57, p. 113-132. URL:  https://www.persee.fr/doc/caief_0571-5865_2005_num_57_1_1565 . Voir aussi ce qu’écrit sur cette question Rémi Mathis : « Si l’on veut comprendre le livre que l’on étudie, il faut prendre en compte l’ensemble des éléments signifiants – le texte principal, bien sûr, mais aussi les caractéristiques de l’édition, les pièces liminaires… et les images, qui participent de la construction de cet objet complexe. »,  https://histoirelivre.hypotheses.org/4164 . []