De l’usage politique des Fées : Mélusine, en passant par la Lorraine

Le conte de fées est-il un genre politique ? On ne s’interrogera pas ici sur le rôle joué par les créatures magiques auprès des rois et reines de papier qu’elles influencent, manipulent ou ensorcellent, mais plutôt sur l’usage politique de la féerie à la fin du XVIIe. On s’intéressera en particulier à Mélusine, héroïne d’un roman bien oublié, paru en 1698. Les pistes proposées ci-dessous s’inscrivent dans le sillage des réflexions développées par Marine Roussillon dans Don Quichotte à Versailles. L’imaginaire médiéval du Grand Siècle (Champ Vallon, 2022). On verra dans ce billet, si l’on veut, une proposition d’apostille à cet ouvrage très stimulant. Nous renvoyons aussi à la thèse à paraître de Joanna Pavlevski-Malingre, Mélusigne, Merlusine, Melusina : Fortunes politiques d’une figure mythique du Moyen Âge au XXIe siècle, soutenue en 2017 à l’Université de Rennes-II1

*

Les contes de fées des années 1690, sous couvert de fantaisie et d’imagination débridée, sont en fait étroitement liés au contexte politique de la fin du siècle. L’acmé de la production coïncide en effet avec un événement international majeur, la fin de la guerre de la Ligue d’Augsbourg, qui avait opposé la France à une large coalition européenne de 1689 à 1697. Au fil des années, le conflit était devenu ruineux et difficile pour tous les belligérants. L’hiver 1693-1694, nous l’avons vu, fut l’un des pires de l’Ancien Régime, et une crise économique survint deux ans plus tard. La situation des armes était encore indécise lorsque, en août 1696, à la suite du traité de Turin, la Savoie, auparavant membre de la Grande Alliance, prit le parti de la France.  Cette volte-face fragilisa les ennemis de Louis XIV, et des négociations ne tardèrent pas à s’engager. Elles débouchèrent sur les traités de Ryswick signés en septembre et octobre 1697. Ils garantissaient une paix de compromis où chacun pouvait trouver son compte, au prix d’une redéfinition de certaines frontières et de diverses tractations.

La plupart des recueils de contes de fées ont été publiés entre 1697 et 1698 : ils étaient donc exactement contemporains de cette paix retrouvée après des années très pénibles. L’heure était à la joie et à l’espoir, et les contes se faisaient l’écho de cet optimisme. Dans les récits féeriques comme dans la vraie vie des princes, tout finit par des mariages après une réconciliation générale. Deux unions, prévues par la paix de Ryswyck, furent ainsi célébrées à l’automne 1697 : celle de Monseigneur le duc de Bourgogne, dauphin de France, avec la fille du duc de Savoie, Marie-Adélaïde ; et celle de “Mademoiselle”, alias Elisabeth-Charlotte d’Orléans, avec le duc Léopold Ier de Lorraine. À la faveur de la paix, celui-ci pouvait enfin prendre possession de son duché, dont sa famille avait été exilée depuis 64 ans : il devenait désormais un mari présentable, à défaut d’être tout à fait aussi prestigieux que les Orléans auraient pu le souhaiter. En vérité, la nièce du roi, écartée des alliances matrimoniales pendant la guerre, désespérait de trouver un parti sortable et s’apprêtait à “coiffer Sainte-Catherine” : il n’était plus temps de faire la difficile. Cette union satisfaisait a minima les ambitions de Madame Palatine, puisque le duché de Lorraine, bien que pauvre et ballotté entre la France et le Saint-Empire, était souverain : aussi Mademoiselle obtenait-elle un titre d’Altesse Royale. Ce mariage réalisait ainsi les prédictions de Perrault, qui avait promis une couronne à Mademoiselle dans la vignette surmontant la dédicace de ses contes en prose. La preuve en était faite, Élisabeth-Charlotte était effectivement “née pour être couronnée“.

A l’automne 1697, les déconvenues matrimoniales de la princesse, évoquées plaisamment deux ans auparavant dans “La Belle au bois dormant”, n’étaient plus qu’un souvenir : c’en était fini du sommeil de cent ans, métaphore d’un long célibat forcé. Le plus inattendu est que cette union arrangée avec un Léopold désargenté se changea bientôt en mariage d’amour, à la grande surprise de la cour.

Un an après les Contes ou Histoires du temps passé, donc quelques mois seulement après ses noces, Élisabeth-Charlotte fut de nouveau la destinataire d’un ouvrage de féerie : l’Histoire de Mélusine, tirée des chroniques du Poitou, et qui sert d’origine à l’ancienne Maison de Lusignan, parue en 1698, également chez Barbin. Son auteur était François Nodot, munitionnaire aux armées et par ailleurs un peu faussaire2 . Le roman de Nodot était essentiellement une réécriture de Mélusine, ou la noble histoire des Lusignan, composé à la fin du XIVe siècle par Jean d’Arras. Le romancier médiéval racontait dans ce récit l’histoire de Raymondin, gentilhomme du Poitou, époux d’une fée bâtisseuse nommée Mélusine, à qui l’on devait en particulier l’imposant château de Lusignan. L’union fut d’abord bénie par la naissance de dix enfants, qui eurent presque tous de glorieux destins. Plusieurs s’illustrèrent à la croisade : l’aîné, Guy, devint roi de Jérusalem, tandis que son frère Urien acquit le trône de Chypre. Le récit finit mal toutefois pour Raymondin : celui-ci enfreignit l’ordre que lui avait donné son épouse de ne pas la voir le samedi — c’était le jour où elle se baignait dans une pièce reculée du château, à moitié métamorphosée en serpent. Raymondin aggrava son crime en trahissant le secret de Mélusine. Celle-ci, transformée en dragon ailé, s’enfuit alors à tout jamais.

L’Histoire de Mélusine de Jean d’Arras fut rapidement éditée après l’invention de l’imprimerie. Elle passa ensuite dans la Bibliothèque bleue, collection populaire qui lui assura une immense célébrité, tout en lui faisant perdre son prestige originel. Nodot s’employa à redorer le blason de Mélusine en proposant une adaptation galante et mondaine d’un récit qui n’était jusque-là qu’un best-seller des librairies troyennes. Deux ans plus tard, il poursuivit sa tâche en donnant à imprimer la suite de cette légende : l’Histoire de Geoffroy, surnommé à la grand’dent, sixième fils de Mélusine, parue chez la veuve Barbin en 1700.

Dans la préface de L’Histoire de Mélusine, Nodot expliquait avoir entrepris la rédaction de ce récit à la demande de  “plusieurs personnes de qualité qui sont sorties de la fameuse Mélusine“. Seulement, il gardait le silence sur l’identité de ces  commanditaires. Quels pouvaient donc être ces mystérieux descendants de Mélusine qui engagèrent cet écrivain obscur à rendre à la fée du Poitou ses lettres de noblesse, au moment où la mode du conte merveilleux battait son plein à la cour de Versailles ? Et quelles raisons pouvaient guider ces énigmatiques “personnes de qualité” en confiant à Nodot cette mission inattendue ?

La maison de Lorraine et la “chimère de Jérusalem”

Plusieurs familles se réclamaient à l’époque de l’ascendance des Lusignan et donc de Mélusine. Le plus célèbre de ces lignages était celui des La Rochefoucauld3 . Ce n’est pas de ce côté qu’il convient de chercher ici, ni du côté d’éventuels aristocrates poitevins, mais plutôt de la belle-famille de “Mademoiselle”, désormais “Son Altesse Royale”, duchesse de Lorraine et de Bar depuis son mariage. C’était justement la duchesse de Bar de l’époque, Marie de France, qui, au XIVe siècle, avec son frère Jean de Berry, avait engagé Jean d’Arras à composer l’Histoire de Mélusine. Elisabeth-Charlotte pouvait donc apparaître à la fois comme la descendante et le double de cette muse du Moyen-Âge. Elle jouait, à quatre siècles d’écart, le même rôle d’inspiratrice et de mécène à l’égard de Nodot, que jadis Marie de France à l’égard de Jean d’Arras.

Un autre lien, plus essentiel, unissait les Lusignan et la Lorraine. Il passait par René d’Anjou, “le bon roi René”. Celui-ci acquit la couronne de Lorraine, mais pouvait prétendre également à celle de Jérusalem, puisque Marie d’Antioche, petite-fille d’Amaury de Lusignan, avait vendu la Palestine aux Capétiens-Anjou en 1277. Au prix d’une certaine gymnastique généalogique, Léopold pouvait donc se considérer comme monarque in partibus de l’ancien royaume latin du Proche-Orient.4 Il ne s’en priva pas : fort de cette filiation, il se para du titre prestigieux, quoique purement nominal, de roi de Jérusalem, qui lui permettait d’ajouter une couronne glorieuse à sa modeste souveraineté ducale. Saint-Simon railla cette “chimère de Jérusalem” dans la relation qu’il fit du mariage, célébré en octobre 1697 :

On fut surpris de la couronne qui surmontait ce portrait ; elle était ducale, mais fermée par quatre bars, ce qui, aux fleurs de lis près, ne ressemblait pas mal à celle que le roi avait fait prendre à Monseigneur. Ce fut une invention toute nouvelle que ses pères n’avaient pas imaginée, et qu’il mit partout sur ses armes. Il se fit donner en même temps l’altesse royale par ses sujets, que nul autre ne lui voulut accorder […]. Cette couronne était surmontée d’une couronne d’épines, d’où sortait une croix de Jérusalem.5 .

On comprend dès lors le but visé par Nodot : il ne s’agissait pas seulement pour lui de flatter une princesse devenue héritière par alliance de Mélusine, mais bien plutôt de contribuer à justifier l’ambition de son mari, et de rendre plus crédible sa prétention au titre de souverain de Jérusalem, en magnifiant l’épopée militaire et courtoise des Lusignan, ancêtres supposés du duc, desquels celui-ci tenait  son rang de roi titulaire. Nodot, en retraçant, ainsi qu’il le précisait dans son titre, “l’origine de l’ancienne maison de Lusignan”, renforçait les liens de filiation entre Mélusine et l’actuelle Maison de Lorraine. Il célébra la fée comme l’origo et fons de la famille, à la manière de Virgile faisant de Vénus l’aïeule des Julio-Claudiens pour affermir leur autorité. Affirmer l’ascendance mélusinienne de la famille de Lorraine revient à proclamer qu’elle a depuis toujours vocation à défendre la vraie religion contre l’Islam. Le projet de Nodot s’apparentait ainsi de très près à celui de Jean d’Arras, qui contait l’épopée mélusinienne pour légitimer lui aussi le pouvoir de son maître, depuis peu possesseur d’un Poitou qui venait à peine d’être repris aux Anglais. La ressemblance avec la situation de la Lorraine était évidente. La translatio proposée par Nodot était même d’autant plus adéquate que l’on pouvait aisément tracer d’autres parallèles entre l’histoire de Mélusine et la vie de Léopold. Les fils de Mélusine étaient des héros des croisades :  de même, le duc de Lorraine s’était illustré dans la guerre contre les Ottomans, qui menaçaient alors l’Europe centrale ; il avait participé activement au siège de Timisoara, en 1694, alors qu’il n’était âgé que de quinze ans.6 . Guy de Lusignan, aîné de Mélusine, avait combattu Saladin et les Turcs, et soutenu le siège de Jérusalem : de même, Charles, père de Léopold et généralissime de l’armée impériale, avait vaillamment défendu Vienne investie par les janissaires de la Sublime Porte (1683). Les dix ans de trêve négociés avec Saladin par Geoffroy  dans L’Histoire de Geoffroy entraient en résonance avec la paix de Karlowitz signée en 1699 entre l’Autriche et la Turquie. Jérusalem était un mirage, certes, mais Saint-Simon avait beau dire : Léopold pouvait après tout, avec quelque ombre de vraisemblance, se rêver en chevalier croisé volant au secours de la chrétienté, dans une France où l’idée de croisade n’avait pas complètement disparu. Certains, en France, considéraient encore que les intérêts religieux devaient l’emporter sur la raison d’Etat. Louis Le Laboureur, dans Charlemagne, exaltait l’empereur comme un modèle pour le roi de France, exhorté d’aller “mettre la terreur dans le camp des Ottomans”. Un prince qui va lutter contre les Mahométans doit être vu comme un allié précieux des intérêts de la France, suggère Nodot en superposant les figures de Guy et Geoffroy sur celle du duc de Lorraine.7 .

La maison de Savoie et la “chimère de roi de Chypre”

Une autre famille fameuse pouvait se réclamer des Lusignan : la maison de Savoie, au cœur du processus de paix qui venait de s’achever. Grace au renversement d’allégeance en faveur de la France, les Etats du duc Victor-Amédée avaient acquis le statut enviable de puissance souveraine intermédiaire. Or, les ducs de Savoie pouvaient se parer du titre de roi de Chypre depuis qu’Anne de Lusignan, fille de Janus de Lusignan, avait épousé le duc Louis Ier de Savoie.8 . Cette “chimère de roi de Chypre” semblait ridicule et incongrue à Saint-Simon, bien qu’il lui reconnût un peu plus de fondement qu’à celle de Léopold. La prétention du duc, écrit le mémorialiste, possède “quelque réalité par le traitement d’ambassadeur de tête couronnée déféré aux siens”9 . Marie-Adélaïde, duchesse de Bourgogne depuis son mariage, était donc elle aussi, pour qui voulait y croire, descendante de Mélusine, et à ce titre susceptible de se trouver honorée par l’évocation des exploits des Lusignan au Proche-Orient. L’insistance mise par Nodot, à la fin de son histoire, sur la présence de Mélusine à Sassenage, dans le Dauphiné et non loin de la Savoie, peut valoir comme une forme d’hommage supplémentaire à la nouvelle épousée.

Pour la duchesse de Lorraine comme pour celle de Bourgogne, l’histoire de Mélusine ne saurait se réduire à l’évocation d’une plaisante figure mythique propre seulement à occuper les heures de désœuvrement : c’est un livre politique, qui retrace l’origine historico-mythologique d’au moins deux parmi les plus grandes familles d’Europe, et plaide en faveur de leurs prétentions souveraines. L’Histoire de Mélusine de Nodot, comme celle de Jean d’Arras autrefois, participe ainsi d’une entreprise de légitimation du pouvoir. Le roman de Nodot obéit à un “projet lignager“, comme l’écrit justement Joanna Pavlevski-Malingre10 . On comprend que Nodot maintienne l’ambiguïté entre vérité et fiction, se réclame de Chroniques authentiques, et soutienne jusqu’à la plus criante invraisemblance l’historicité de son héroïne :

J’ai consulté tous les livres que j’ai pu découvrir qui en ont parlé. J’ai trouvé que c’était environ l’an mille que Mélusine fit les prodiges qu’on lui attribue, & bâtit entre autres ce château si fameux et si important.

La véracité de Mélusine est indispensable à l’efficacité du projet généalogique. Elle justifie le bien-fondé des titres revendiqués par les descendants des Lusignan. Le roman médiéval ainsi adapté par Nodot, loin de constituer une œuvre de pur plaisir, revêt une actualité et même une urgence aux yeux de ce milieu aristocratique qui fantasme un lien si vif avec ses ancêtres qu’il en abolit volontiers les siècles : l’esprit et les qualités des princes d’autrefois passent tout entiers dans ceux d’aujourd’hui, en vertu d’un principe de “transfert de puissance” repéré par Jacques Le Goff11

Cet usage généalogique n’a pas échappé aux contemporains. L’abbé de Villiers, dans son Entretien sur les contes de fées parue peu après le roman de Nodot, il note cette récupération du genre féerique, à son sens simple flagornerie :

Le Parisien : Que ne dites-vous pas aussi que [les contes ont été inventés] pour flatter la vanité de ceux qui se piquent d’une illustre origine ?

Le Provincial : Je crois en effet qu’on ne connaîtrait point ces fées, si les hommes n’avaient eu la folie d’illustrer leur maison par quelque événement miraculeux, et vous me faites penser que c’est peut-être à cette folie qu’il faut attribuer l’origine de ces conte.

Le Parisien : Si cela est, vous les faites remonter bien haut; les familles qui comptent des fées parmi leurs ancêtres, ont pour modèles, Hercule, Alexandre et plusieurs autres.12 

Une telle appropriation politique de la féerie surprenait déjà Villiers, elle nous choque plus franchement encore aujourd’hui : on aurait tôt fait de rejeter le roman de Nodot comme simple instrument de propagande, au service du “soft power” ducal, voire de la mégalomanie de Léopold, de Victor-Amédée, ou peut-être des deux. C’est que, nous explique Marine Roussillon, nous ne sommes plus capables d’apprécier un usage politique des plaisirs qui ne posait pas tant difficulté à l’époque, même si, à l’extrême fin du siècle, la littérature tend à prendre davantage d’autonomie par rapport aux enjeux politique et religieux.

Le projet fut-il couronné de succès ? Au premier abord, il semble que la réponse soit positive : L’Histoire de Mélusine fut rééditée en 1700, et Nodot la compléta la même année en publiant une suite, L’Histoire de Geoffroy, fils de Mélusine, chevalier à la grand-dent. Cela dit, nous ne savons rien des faveurs dont aurait pu bénéficier Nodot en échange des hypothétiques services rendus aux Maisons de Lorraine ou de Savoie. L’examen des exemplaires suggère que l’édition de 1700 de l’Histoire de Mélusine est constituée d’invendus rajeunis par une nouvelle page de titre. Il est possible aussi que cet éloge indirect de la Lorraine et de son soutien aux guerres de l’Empire n’ait pas été du goût de la France, alors plutôt amie avec les Turcs qui offraient une alliance de revers contre l’Autriche. Dans ce contexte, l’éloge de la croisade a pu sembler déplacé, et susciter plus d’embarras que d’enthousiasme. On ne saurait exclure que l’ambiguïté de l’hommage, adressé à Mademoiselle, ait pu froisser d’autres prétendants13 . Selon Joanna Pavlevski-Malingre, le roman “ne remporte qu’un succès modéré”14 . Jacques Bernard donne du livre une critique réservée dans les Nouvelles de la république des lettres. Malgré cette réussite pour le moins mitigée, la réécriture galante de Jean d’Arras par Nodot constitue un témoignage supplémentaire de l’influence déterminante du Moyen-Âge sur ce qu’il est convenu d’appeler “le classicisme”. Il manifeste à quel point il convient de réviser le “lieu commun d’un ‘âge classique’ ignorant de son passé médiéval”, selon la formule de Marine Roussillon (op. cit., p. 184-185). Le roman de Nodot ne fait pas seulement entrer à Versailles Raymondin et Mélusine : il passe aussi en contrebande, en plein “classicisme”, quelques souvenirs des vieilles légendes bretonnes arthuriennes, comme celles d’Avalon et de la fée Morgane. Il nous permet aussi de mieux comprendre “comment le XVIIe siècle a imaginé son passé médiéval”, c’est-à-dire qu’il l’a largement fantasmé à partir de ses rêveries chevaleresques et féeriques. Le Moyen-Âge des classiques n’est pas un Moyen-Âge érudit, mais un “Moyen-Âge de fantaisie” plus proche de la medieval fantasy tolkiennienne que des travaux de Le Goff ou Duby.

En attendant l’édition annotée de ce roman de François Nodot, actuellement en préparation pour le éditions Champion, les curieux pourront se reporter au site: http://melancholia.fr/melusine, en cours de construction.

  1. En attendant la publication, on en trouvera un résumé ici: https://univ-rennes2.academia.edu/JoannaPavlevski/CurriculumVitae. []
  2. Il avait feint avoir retrouvé à Belgrade un manuscrit de Pétrone, dont il avait supposé une édition []
  3. Voir par exemple cette vidéo de Laurence Plazenet, ou le chapitre de la thèse de Joanna Pavlevski-Palingre consacré à cette question, “L’inscription forte de Mélusine dans le patrimoine lignager et dans l’imaginaire de la maison de La Rochefoucauld”, op. cit., p. 693 sqq. []
  4. Il n’était pas le seul prétendant, et d’ailleurs, aujourd’hui encore, plusieurs princes européens continuent de revendiquer le titre, ce qui en dit long sur la pérennité d’une certaine vision fantasmée des croisades. []
  5. Saint-Simon, Memoires, texte établi par Adolphe Chéruel, Hachette, ome 2, chap. XIV, p. 211-229. []
  6. Les Turcs avaient repris les hostilités anti-impériales à partir de 1682, encouragés en sous-main par Louis XIV, très heureux de voir s’ouvrir un front à l’est de l’Empire. []
  7. Sur la permanence de l’idée de croisade et la place de celle-ci chez Le Laboureur, voir Marine Roussillon op. cit, p. 79 : “Dans cette configuration, les princes protestants du Saint-Empire ne sont pas des ennemis, mais des alliés privilégiés.” []
  8. En réalité, il pouvait aussi revendiquer, par la même transmission, le titre de roi d’Arménie et de roi de Jérusalem, dont se prévaut aujourd’hui l’héritier de la maison, l’actuel Victor-Emmanuel de Savoie, parmi d’autres prétendants. Roi de Jérusalem, même simplement titulaire, reste apparemment un titre très convoité par l’aristocratie européenne. []
  9. Saint-Simon, Mémoires, op. cit., même chapitre. []
  10. Mélusigne, Merlusine, Melusina, thèse citée, p. 64. []
  11. Jacques Le Goff, La Civilisation de l’Occident médiéval, Paris, Arthaud, 1964, p. 196-197, sur la translatio imperii. []
  12. Abbé de Villiers, Entretiens sur les contes de fées [1699]. éd. Julie Bloch, in L’Âge d’or du conte de fées, Paris, Honoré Champion, “Bibliothèque des génies et des fées”, vol. 5, 2007. []
  13. Ils étaient nombreux. Sur les dynasties revendiquant l’héritage de Mélusine, voir Etienne de Lusignan, Les Droits, autorités et prérogatives que prétendent au royaume de Jérusalem, les princes et seigneurs spirituels et temporels ci-après nommés : le pape patriarche, empereur, rois de France, Angleterre, Aragon, Naples, Hongrie, Chypre et Arménie, les républiques de Venise et Gênes, les ducs d’Anjou Bourbon, Savoie, Lorraine et Montferrat, les comtes de Brienne, Laval et autres, Paris, G. Le Noir , 1586. Ouvrage cité en bibliographie dans la thèse de J. Pavlevski-Malingre, op. cit. []
  14. Thèse citée, p. 738. []