Naissance d’un genre improbable : “le conte de fées littéraire français”

On retient souvent l’année 1690 comme date de naissance du conte de fées littéraire à la française : c’est le terminus a quo proposé aussi bien par Mary Elizabeth Storer que par Raymonde Robert. Cette année-là, en effet, Mme d’Aulnoy inséra une histoire merveilleuse, “L’Île de la Félicité”, dans un roman intitulé Histoire d’Hypolite, comte de Duglas. On pourrait certes arguer que ce récit à fin malheureuse tient encore davantage de l’histoire allégorique et mythologique que du conte de fées, celles-ci n’occupant qu’une place très secondaire dans ce simple morceau intercalé au sein d’un roman. Mais a posteriori, on reconnaît avec raison dans ce conte le premier essai de Mme d’Aulnoy, encore maladroit, dans le genre de la féerie, fondé sur une scénario folklorique ; “L’Île de la félicité” donna le coup d’envoi d’une mode dont la première vague ne dura qu’une dizaine d’années, mais qui, saisie comme un phénomène de longue durée, se prolongea pendant environ un siècle, jusqu’à la veille de la Révolution française.

Cette irruption imprévue des contes de fées au cours des années 1690 ne doit pas nous induire en erreur : l’intérêt pour le merveilleux ne naît pas subitement au crépuscule du Grand Siècle. Bien au contraire, le XVIIe siècle fut tout entier le siècle du merveilleux, quand bien même une certaine vision scolaire tenta pendant longtemps de nous persuader du contraire. Ce qu’on appelle “le classicisme” ne saurait se réduire à la vraisemblance, au bon sens et aux trois unités tragiques. Des fantaisies baroques aux grandes fêtes illuminées de Versailles, des feux d’artifice de Vau aux prestiges des opéras et à leur débauche d’effets spéciaux, le public aristocratique se grise d’enchantements et de surprises. Nos œuvres font largement écho à ce goût des plaisirs et des féeries qui caractérise la culture de cour du Grand Siècle. La spécificité des contes de fées ne réside donc pas dans l’émergence soudaine du merveilleux au cœur d’un classicisme supposé sclérosé et rationnel, ni même dans le surgissement de créatures féeriques au fond jamais réellement oubliées, mais bien du choc de plusieurs genres et de plusieurs cultures en apparence antagonistes

  1. Le conte littéraire, genre volontiers aristocratique, souvent facétieux ou grivois (par exemple tel qu’il est pratiqué par Marguerite de Navarre), illustré au cours des derniers siècles par les conteurs italiens, et tout récemment, en France, par La Fontaine. Celui-ci, s’il n’a certes pas écrit de conte de fées, n’ignore pas le merveilleux : pas moins de quatre fées prennent place dans Psyché, et la magie de son conte La Coupe enchantée vient tout droit de l’Arioste, tandis qu’il rêve dans “Le Pouvoir des fables” au plaisir que lui procurerait Peau d’Âne si par hasard ce récit lui était conté.
  2. Le conte populaire, appelé plus tard “folklorique“, peuplé de fées et d’animaux parlants, que nos auteurs brandissent comme témoignage d’une tradition à la fois féminine, millénaire et paysanne, celle des “nourrices”, des “mies” et des “mères-grands”.
  3. La culture aristocratique, galante et mondaine des auteurs et des autrices, marquée par un goût pour un style raffiné et les histoires d’amour compliquées. La “Précieuse”, telle que la décrit Perrault, “toujours tendre et sérieuse”, et qui “ne veut ouïr parler que d’affaires de cœur” (p. 165) est la lectrice visée par les contes de la période.

De la facétie burlesque à l’art d’aimer galant, en passant par les récits superstitieux des veillées, ce sont ces différentes composantes que nous nous proposons d’explorer dans les prochains billets. On l’aura deviné: la rencontre de ces ingrédients fondus dans une même “marmite des fées” (N. Jasmin) ne pourra produire qu’un objet  littéraire totalement neuf et inattendu: “le conte littéraire français“, selon l’expression utilisée par la plupart des spécialistes du sujet (par exemple Raymonde Robert, Anne Defrance ou Nadine Jasmin).